Mozambique: Le journaliste Cassien Ntamuhanga aurait été remis à l’ambassade du Rwanda.

Cassien Ntamuhanga

Le journaliste rwandais Ntamuhanga Cassien, porté disparu depuis le 23 mai dernier, dans l’île d’Inhaca, après avoir été approché par sept éléments de la Police de la République du Mozambique (PRM) et un agent secret rwandais, a été remis hier à l’ambassade du Rwanda. à Maputo, bien que les deux pays n’aient pas d’accord d’extradition.

Dès le début, lorsque la disparition du journaliste Ntamuhanga Cassien a été signalée, considérée comme critique envers le régime de Paul Kagamé et qui était en exil au Mozambique depuis 2017, la Police de la République du Mozambique a nié tout lien avec l’affaire et a révélé qu’elle n’avait aucune trace de plaintes concernant la disparition ou l’enlèvement d’un étranger.

Cependant, le journal mozambicain Evidências dit savoir qu’après sa détention secrète sur l’île d’Inhaca, le jeune rwandais de 37 ans a été emmené sur le continent où il a été enfermé dans le 18e commissariat de la Police de la ville de Maputo, qui est situé dans la zone proche de la ville caserne de l’Unité d’Intervention Rapide « UIR ».

Autant que nous sachions, bien que le Mozambique n’ait jamais accepté la demande d’extradition du gouvernement de Paul Kagame, après plus d’une semaine de détention, Cassien aurait été remis hier à l’ambassade du Rwanda à Maputo, d’où l’on suppose qu’il sera conduit à Kigali, sans avoir été présenté à aucun juge comme l’exige le droit international.

Un apparent rapprochement entre le président de la République, Filipe Nyusi et son homologue Paul Kagame a peut-être facilité le processus et la communauté rwandaise au Mozambique est en panique. C’est parce qu’ils craignent que Paul Kagame n’ait apporté une aide militaire pour combattre l’insurrection à Cabo Delgado, en échange de son soutien dans la traque de ses opposants.

Les preuves ont révélé qu’après son arrestation, la communauté rwandaise au Mozambique, ainsi que son avocat, auront contacté la Police pour obtenir des informations sur ses motivations et le lieu où il se trouve, mais sans succès. Le commandement de la ville a déclaré qu’il n’était au courant d’aucune arrestation d’un citoyen rwandais.

Les membres de cette communauté, accompagnés de leur avocat, mécontents, se sont rendus sur l’île d’Inhaca, où le commandant du commissariat local a reconnu la détention du journaliste Cassien, mais a refusé de donner plus de précisions, affirmant qu’il s’agissait d’une affaire très sensible. . En fait, a-t-il avoué, en raison du caractère confidentiel de l’opération, le dossier d’arrestation n’a même pas été ouvert, ayant été transporté à Maputo le même jour.

En ce moment, la communauté rwandaise de Maputo connaît des moments d’appréhension en raison de la position du gouvernement mozambicain qui, bien qu’il n’ait pas d’accord formel d’extradition, serait en train de « livrer » les opposants à Paul Kagamé, exilés à Maputo après avoir été victimes de persécution et de détention arbitraire dans leur pays.

Le journaliste désormais détenu clandestinement à Maputo a vu son statut de réfugié régularisé et a exercé une activité commerciale sur l’île d’Inhaka, à un peu moins de deux heures de bateau de la capitale mozambicaine.

Face au silence des autorités nationales, la communauté rwandaise a soumis ce mardi le dossier au parquet général comme moyen de faire pression sur le gouvernement.

« Nous avons décidé de soumettre l’affaire au parquet général et notre avocat était là aujourd’hui. C’est ainsi qu’il faut faire pression sur les autorités pour localiser Ntamuhanga Cassien », a révélé le porte-parole de l’association, Cleophas Habiyaremye, cité par l’agence mozambicaine Lusa.

On sait qu’en plus de Cassien, il existe une liste d’autres Rwandais qui sont pourchassés à Maputo et qui pourraient dans les prochains jours être remis aux autorités rwandaises.

LEAVE A REPLY