RWANDA-ARSENAL : Quand l’accord « Visit Rwanda » est mis question suite aux violations des droits de l’Homme!

Par RUGEMINTWAZA Erasme

Le Rwanda, parmi les 25 pays les plus pauvres du monde, a signé un accord avec l’ARSENAL, l’un des clubs de football les plus riches du monde dans la ligne d’augmenter son attractivité touristique. Mais ce parrainage de 10 millions de livres sterling par an est mis question, car le Rwanda continue de violer les droits de l’homme. Carine Kanimba, la fille de Rusesagabiga dont le procès a soulevé l’indignation internationale, a dit à Arsenal d’arrêter de prendre de l’argent de la dictature rwandaise. Comment la question est-elle perçue ?

C’est depuis 2018 que le Rwanda a un accord avec le club londonien de football, Arsenal. L’Office Rwandais pour le Développement (RDB), sponsorise également, en même temps qu’Arsenal, le Paris Saint Germain avec le même logo libellé « Visitez Rwanda», sur les maillots des équipes. Ces accords ont été conclus, a expliqué Clara Akamanzi, PDG de RDB car, « Investir dans la sensibilisation est primordial pour attirer les touristes, et dans le cas du Rwanda, la nécessité de transformer les perceptions négatives associées à notre histoire est également essentielle. C’est pourquoi nos partenariats avec des clubs de football comme Arsenal et le PSG sont des investissements si importants. Ils nous offrent une opportunité inestimable de montrer les merveilles de notre pays, de défier les préjugés enracinés et de dépeindre la réalité du Rwanda au monde ».

Comme l’a déclaré le porte-parole d’Arsenal, ce partenariat a bien fonctionné. «Depuis le début de notre partenariat en 2018, nous avons travaillé ensemble pour raconter l’histoire de la culture, du patrimoine et de la transition du Rwanda, ainsi que pour faire connaître le pays en tant que destination de vacances. Un an après le début du partenariat, les recettes touristiques du Rwanda ont augmenté de 17% et les touristes européens ont augmenté de 22%. Cette augmentation soutient la croissance de l’économie rwandaise, créant plus de revenus qu’ils peuvent réinvestir dans tous les secteurs clés, sortant des milliers de personnes de la pauvreté et autonomisant les citoyens. C’est là que nous continuerons à nous concentrer », déclara-t-il. 

Mais le porte-parole d’Arsenal sait de quoi il parle, quand il parle de raconter l’histoire de la culture, du patrimoine et de la transition du Rwanda et de faire connaître le pays en tant que destination de vacances? Qu’est-ce que le Rwanda est ou a vraiment?

Concernant l’attractivité du Rwanda, le régime du FPR a créé à la fois des catastrophes humanitaires et environnementales. Le Parc National de l’Akagera, avec sa faune, a été détruit. Ce parc, dont la superficie était de 2500 km2, n’en reste plus qu’à 1112 km2. Certaines populations de la faune ont été anéanties: Les lions et rhinocéros ont tous été tués par la réinstallation de la population après 1994. Le gouvernement qui a réinstallé la population dans le parc a été obligé de réintroduire les lions et les rhinocéros dans l’Akagera pour redevenir à nouveau  un parc « Big Five » en mai 2017. Le parc national des Virunga n’a jamais été une destination sûre en raison de l’insécurité due aux groupes armés qui foisonnent dans l’est du Congo voisin. C’est pourquoi la visite de cette demeure de gorilles de montagne est très coûteuse, comprise entre 750 et 1500 $. Les marais, qui constituent une réserve naturelle pour les oiseaux, ont été asséchés pour l’agriculture. Alors, à quel point le Rwanda serait-il attrayant alors que les réserves naturelles sont en danger? Certains pensent à une autre attractivité touristique: le Rwanda n’est pas seulement une plaque tournante de conférence internationale mais aussi un pays de belles filles! Quel est le véritable objectif de ce parrainage du pays le plus pauvre avec des clubs les plus riches d’Europe?

Le FPR-Inkotanyi, depuis l’agression jusqu’à la reconquête du Rwanda, a créé des désastres humains. Chaque village a une histoire horrible des massacres du FPR-Inkotanyi. Le régime est désormais classé parmi les plus terribles autoritaires du monde. Le 25 janvier 2021, les pays membres des Nations Unies ont formulé de vives critiques et des dizaines de recommandations concernant le bilan du Rwanda en matière de droits de l’homme lors de l’Examen périodique universel (EPU) du pays, au Conseil des droits de l’homme à Genève. Au cours de cet examen de janvier, le Rwanda a reçu 284 recommandations de 99 pays. Le Rwanda se situe à la 153e place selon le classement EPU. Cela signifie qu’au Rwanda, il y a une massive et pire violation des droits de l’homme. Mais Kigali utilise toujours de l’argent pour acheter même de grandes personnalités qui peuvent l’aider à redorer sa sombre image due aux graves violations des droits de l’homme. C’est ainsi que le pays le plus pauvre sponsorise les clubs riches d’Europe, Arsenal et le PSG.

Le procès de Paul Rusesabagina est un exemple parmi d’autres de violation flagrante des droits humains par le Rwanda. En effet, l’affaire Paul Rusesabagina inquiète le monde depuis son « enlèvement » en août 2020. Que ce soit l’Union européenne, les Etats-Unis, la Belgique, sa famille, son avocat le Belge Vincent Lurquin, des organisations internationales comme HRW, la Fondation Lantos, tous ont, a montré à un moment ou à un autre que ce procès est mal parti, ce qui ne garantissait pas l’équité. Tout le monde a dénoncé «un spectacle monté par le gouvernement rwandais pour faire taire un critique et refroidir toute dissidence future ».

Enfin, le verdict de ce procès est tombé le 20 septembre 2021: reconnu coupable de « terrorisme », Rusesabagina est condamné à 25 ans de prison ferme. Et encore une fois, toute la communauté internationale est indignée par ce verdict injuste. Comme d’habitude l’Union européenne, les Etats-Unis, la Belgique, sa famille, son avocat le Belge Vincent Lurquin, des organisations internationales comme HRW, ont dit « NON » à ce procès inéquitable.

Mais ce combat pour la justice doit être mené de manière holistique sur tous les fronts et en synergie, et sans arrêter les actions. C’est ainsi que la fille de Rusesabagina Carine Kanimba, après que son père ait été condamné à 25 ans de prison, en entretien avec Channel4, a exhorté Arsenal à “ARRÊTER de prendre de l’argent” de Kagame, afin de se dresser contre “l’injustice”. Lorsqu’on a demandé à Carine Kanimba de savoir qui elle cherchait pour faire pression sur Kagame, après la condamnation de son père, elle a déclaré : « Nous croyons continuer à plaider, à dire aux gens, à montrer au monde la réalité derrière ce régime. Et encourager des équipes comme Arsenal qui prennent de l’argent du dictateur à cesser de prendre son argent. Parce que ce sera la plus forte manifestation de soutien et la plus forte démonstration que la communauté internationale ne soutient pas ce niveau d’injustice. »

En fait, la situation rwandaise pose des questions difficiles à Arsenal ou au PSG concernant leur devoir moral et social en plus de savoir si les clubs sont utilisés comme des moyens blanchir et rehausser la réputation du Rwanda.

Le journaliste Michel Wrong dont le livre « Do not Disturb », littéralement « Ne dérange pas », analyse profondément le régime autoritaire de Kagame, a décrit l’accord avec Arsenal “comme être parrainé par Pinochet” et “une insulte aux contribuables britanniques“, dans une interview avec football.com, alors que le porte-parole d’Arsenal Supporters Trust a déclaré que le club avait “perdu sa boussole morale dans son désir de maximiser les revenus”.

Le président Paul Kagame est continuellement accusé d’utiliser des sports comme le basket-ball, le cyclisme et le football pour améliorer sa réputation en Occident. Michela Wrong a déclaré: «Beaucoup de gens pensent que c’est inapproprié. C’est un pays très pauvre avec un bilan discutable en matière de droits humains. Pourquoi ne pas dépenser cet argent dans les hôpitaux? Pourquoi ne pas le dépenser en éducation? Ceux-ci sont tous payés par les donateurs et les aides. Le Département pour le Développement International (DIFD) et l’Agence Américaine pour Développement International (USAID) ont toujours versé de l’argent (au Rwanda, Ndlr) mais pourquoi le feraient-ils alors qu’ils dépensent ces sommes pour un club de football? C’est une insulte aux contribuables britanniques qui rendent cela possible.»

En somme, comme l’a souligné Carine Kanimba, l’accord entre le Rwanda et Arsenal soulève des questions d’éthique, et ce, depuis sa signature. Il faut alors que cet accord s’arrête car il ne fait que profiter une partie, Kigali. Arsenal perd son image en acceptant l’argent du régime autoritaire de Kagame. Tous les moyens sont bons pour Kagame, le prince africain de Machiavel pour atteindre ses objectifs, peu importe même si son partenaire leurré est perdant. Kagame sait utiliser les deux armes du prince de Machiavel: la ruse du renard et la force du lion. Un homme averti, en vaut deux!

LEAVE A REPLY