RWANDA: Evode Banyangiriki porté disparu depuis 2 semaines, après l’assassinat de ses frères

Par Erasme Rugemintwaza

Après que les forces de sécurité rwandaises eurent abattu 3 habitants du secteur de Mukarange, district de Gicumbi dans la province du Nord du Rwanda, le 14 octobre 2021, un autre habitant, ayant survécu à ce massacre, est porté disparu depuis que la police l’a enlevée de son domicile, dimanche le17 octobre 2021; voici déjà deux semaines.

Evode Nyanga du village de Ndarama, cellule de Cyamuganga, secteur de Mukarange, district de Gicumbi dans la province du Nord, qui était avec les trois hommes, abattus le 14 octobre 2021, a pu se cacher dans les toilettes d’une vieille femme tout près du lieu d’exécution. Evode Nyanga a raconté partout qu’il a entendu ses confrères supplier les forces de sécurité pour le pardon avant d’être lâchement abattus où ils étaient assis. L’on soupçonne alors, sans se tromper, qu’Evode a été enlevé pour faire disparaître un témoin gênant de ces meurtres.

The Rwandan a reçu, samedi 16 octobre 2021, des informations selon lesquelles les forces de sécurité opérant dans le district de Gicumbi avaient abattu 3 habitants à Kabuga près du centre de négoce de Rushaki dans le district de Gicumbi et avaient immédiatement emporté leurs corps, jeudi le 14 octobre 2021. Mais les corps ont ensuite été remis aux familles des victimes pour être ensevelis après que la nouvelle de cette confiscation des corps ait été relayée par les médias.

Selon les informations, toutes les victimes étaient originaires de la province du Nord, district de Gicumbi. Les victimes de catte barbarie sont Hakizimana Théophile et Nsabimana du village Ndarama, cellule Cyamuganga, secteur Mukarange et Niyonzima du village Nyacyoroma, cellule Gatenga, secteur Mukarange.

Un résident local a déclaré à The Rwandan que les trois hommes avaient été abattus jeudi soir, 14 octobre 2021, soupçonnés de faire partie d’une bande de fraudeurs qui font l’importation d’une liqueur illégale du nom Waragi (Kanyanga) en provenance de l’Ouganda.

Mais les gens qui connaissent bien les victimes disent que ce sont de citoyens ordinaires qui font le metier de maçon. Et que même le jour de leur fusillade, ils avaient passé la journée dans leur ordinaire bésogne. Ce qui a choqué le public, c’est que ces assassins des forces de sécurité ont apporté un jerycan de Waragi (Kanyanga) pour laisser croire que les 3 personnes ont été abattues en provenance l’Ouganda dans une affaire de contrebande.

Toute la population de cette zone blâme un commandant des forces de sécurité de la zone du nom de Mwesigye alias Gasongo pour son rôle manifeste dans la mort de ces 3 personnes et d’autres exécutions et ecactions dans la région dont il a l’habitude de commettre tout en alléguant que les personnes visées font de la contrebande des marchandises en provenance de l’Ouganda.

LEAVE A REPLY