Rwanda-Mozambique: “La mission militaire rwandaise n’est pas encore terminée”, a déclaré Kagame 

Par Erasme Rugemintwaza

Du 24 au 25 septembre 2021, le président rwandais Paul Kagame a effectué une visite de travail de deux jours au Mozambique, où il a envoyé un contingent de 1.000 éléments des forces spéciales pour aider les soldats mozambicains à lutter contre la pseudo-insurrection djihadiste. Dans son discours adressé aux soldats rwandais et mozambicains, Paul Kagame a déclaré que son pays contribuera à la sécurité et à la reconstruction de la province de Cabo Delgado détruite par une campagne insurrectionnelle armée de longue durée. Qu’est-ce que Kagame a vraiment fait au Mozambique pendant cette visite? Pourquoi le gouvernement rwandais est-il impliqué au Mozambique?

Au début du mois juillet 2021, le Rwanda a déployé au Mozambique un contingent de 1.000 soldats et policiers d’unités spéciales, respectivement de la Force de défense du Rwanda (RDF) et la Police Nationale du Rwanda (RNP). Cette intervention a été très controversée par la communauté internationale et en particulier la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (CDAA), car les motifs diplomatiques ou géostratégiques plausibles semblaient flous. Beaucoup voient dans cette mission, la main française, pour ses intérêts économiques de protéger un chantier de gaz naturel de TotalEnergies de plus de 20 milliards d’euros. D’autres trouvent une mission avec un agenda caché pour Kigali de déstabiliser la communauté des réfugiés Hutu au Mozambique, toujours décriée par Kigali comme une menace pour son régime.

Malgré cette atmosphère de controverses vives, le Rwanda a été le premier de plusieurs pays Africains à aller renforcer l’armée de Mozambique, submergée par l’aggravation d’un conflit apparemment considéré comme une insurrectionnelle djihadiste, dans sa province de Cabo Delgado qui est un nid de richesses naturelles..

Le président Paul Kagame a atterri dans la capitale provinciale Pemba vendredi matin où il a été reçu par son homologue mozambicain Filipe Nyusi. Sur l’agenda de cette visite de deux jours, il y avait d’abord un discours adressé aux forces armées et de la police déployées à Cabo Delgado pour libérer la région et rétablir la paix. Au cours de ces trois derniers mois, une saga a vanté la bravoure des troupes rwandaises, jusqu’à ce qu’aujourd’hui, beaucoup se demandent comment une insurrection pouvant mettre l’armée régulière mozambicaine en débandade, peu entraînée soit-elle, pendant 4 ans, s’est volatilisée dans la nature avec la simple annonce de la présence rwandaise.

Mais aux côtés du Rwanda, les membres du bloc de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe de 16 Nations (CDAA) a également des troupes expédiées, dont près de 1.500 promis par le voisin du Mozambique direct, d’Afrique du Sud qui est d’ailleurs une puissance militaire de l’Afrique. L’Union européenne (UE) a entre-temps créé une mission militaire pour le Mozambique pour aider à former son armée qui est considérée comme mal formée et mal équipée.

Et ensemble, les troupes rwandaises et mozambicaines ont remporté une victoire majeure en août lorsqu’ils ont poussé des insurgés de leur siège de facto dans le port de la ville de Macimboa da Praia. Cette victoire a été relayée dans le monde entier, pour honorer les forces Rwandaises et les traiter de “héros”. Il était opportun que les deux présidents rendent visite à leurs armées enfin de les applaudir pour leur bravoure.

En Kiswahili, qui est une langue “officielle” pour les services de sécurité rwandaise, Kagame a déclaré: « Je veux commencer par remercier mon frère et ami, le président Nyusi et sa délégation de nous avoir invités à cette ville et merci aux soldats rwandais et mozambicains et la police pour tout le travail acharné que vous avez fait pour libérer Cabo Delgado. Le travail n’a pas été facile, vous avez fait un excellent travail aux côtés de troupes mozambicaines. Vous avez sacrifié et enduré des jours de soleil brûlant, et des nuits de fortes pluies et sous le feu. Le travail effectué jusqu’à présent ne peut pas s’arrêter ici. Nous avons maintenant une autre mission qui consiste à continuer à protéger ce pays afin qu’il puisse être reconstruit » 

Et pour conclure son discours Kagame avertit les insurgés: «Les rebelles savent mieux que nous n’allons nous assoir et les laisser revenir et menacer la vie des habitants de Cabo Delgado. Merci Président Nyusi de nous avoir invité et créer cette occasion de parler à nos soldats afin qu’ils puissent quitter cet endroit étant  sûr que ce qu’ils ne le jugent »”

Pour sa part, le président Filipe Nyusi à Paul Kagame a déclaré: «Merci de la coopération entre nos soldats. Les soldats rwandais ont montré un respect immense à nos citoyens. Ils sont aimés et respectés. Nos soldats sont à jamais redevables et nous sommes impatients de poursuivre la reconstruction de la vie de nos citoyens pour le mieux ». Filipe Nyusi a appelé les troupes rwandaises, les “vrais héros”

Encouragés par des fonctionnaires publics, les gens rentrent chez eux et environ 25 000 avaient été ramenés à la maison. Mais les responsables des Nations Unies ne sont pas sûrs de la sécurité et un document compilé en septembre pour les agences des Nations Unies et d’autres organisations d’aides a fait remarquer qu’il n’était pas clair si les capacités des combattants avaient été considérablement réduites “Les combats se poursuivent dans certains endroits et les autorités civiles n’ont pas été rétablies dans leurs fonctions ». Le document poursuit:« Les civils de cette région craignent vraiment les combattants de ce groupe armé. Ils sont notoires pour les décapiter et enlever les personnes, et tous les villages sont toujours complètement déserts. Beaucoup de bâtiments ont été torchés, les marchandises des magasins ont été pillées, les voitures ont été mises en feu aussi “.

Ronald Rwivanga, le porte-parole de la Force de défense du Rwanda a déclaré que les Rwandais conduisent des civils dans la région où ils contrôlent près d’un projet de gaz naturel liquéfié de 20 milliards de dollars par le géant petrolier TotalEnergies, qui a été obligé de s’arrêter suite à l’attaque de Palma.

En outre, les analystes de sécurité disent que les faiblesses des militaires mozambicains qui ont permis à l’insurrection armée de s’installer dans le nord –soldats qui sont mal équipés, indisciplinés et mal payés – ne seront pas facilement inversées, même avec d’autres forces là-bas. Ils disent que la sécurité est incertaine en dehors des petites zones fortement gardées et la violence s’est poursuivie. Les populations locales et les forces de sécurité ont récemment signalé une série d’attaques dans le district de Quissanga, au sud de Macimboa da Praia, où des combattants sont supposés prendre retraite après la reprise de la ville. La dernière attaque a eu lieu le 22 septembre au village de Lindi. Deux personnes ont été tuées et deux autres blessés et des combattants ont capturé plusieurs femmes et filles. Ils ont également fait des embuscades aux deux bus transportant des soldats le 23 septembre causant au moins une mort. Au total, environ 10 personnes ont été tuées dans plusieurs villages à Quissanga au cours de la semaine écoulée. Et certaines des victimes seraient décapées.

Lorsqu’il finissait sa visite, Paul Kagame et Filipe Nyusi se sont rendus au stade de la municipalité de Pemba pour célébrer la Journée des forces armées et avant de s’adresser aux membres de la presse, les deux présidents se sont réjouis d’assister au spectacle de la démonstration navale à la base navale à Pemba.

S’adressant aux membres de la presse, Paul Kagame a déclaré: «La durabilité réside dans la manière dont nous avons travaillé ensemble pour combattre le terrorisme en même temps, de coopération. Le Mozambique a mis sur place un système pour former leurs forces pour prendre en charge tout le problème auquel ils peuvent être confrontés à l’avenir ». Sur le financement des troupes déployées Kagame a déclaré: «Ce qui est coûteux c’est permettre une telle situation de continuer de la façon dont il était sans rien faire à ce sujet. C’est plus coûteux que l’opération elle-même. Cela coûte plus de vies perdues et un avenir perdu en termes de développement».

Et pour souligner sa philosophie prêchant “des solutions africaines aux problèmes africains”, Paul Kagame a déclaré: “Les Africains sont capables et peuvent trouver des solutions à nos problèmes les plus difficiles. Rien ne devrait nous empêcher de garantir la stabilité, le progrès et le bien-être du peuple africain. C’est pourquoi le Rwanda n’a pas hésité, quand on nous a demandé de rejoindre nos forces armées avec les forces mozambicaines, de ramener la sécurité à cette région. Ensemble, nos forces communes ont réussi à repousser les insurgés.»

Même si ce déploiement militaire a soulevé des questions, la coopération entre le Rwanda et le Mozambique date de 2018 lorsque les deux pays ont signé un un protocole d’entente, avec 5 accords visant à aider les affaires et l’échange de connaissances, lors de la visite de Nyusi au Rwanda, en juillet 2018. Le seul accord bilatéral signé dans cette visite concerne la coopération commerciale et en investissement. Une visite pour démontrer, encore une fois, la puissance militaire de Kagame!

Pourquoi le gouvernement rwandais est-il impliqué au Mozambique?

L’insurrection à Cabo Delgado pose une menace très importante aux niveaux local et international. Sur le plan local, les djihadistes de la guerre de quatre ans à faible intensité ont tué plus de 3.300 civils, et fait 800.000 déplacés, et ont provoqué une grande insécurité alimentaire. Pendant ce temps, les majors énergétiques ExxonMobil et TotaÉnergies ont suspendu leur projet de gaz naturel liquide à Cabo Delgado. ExxonMobil investit 30 milliards de dollars de dollars et TotalEnegies 20 milliards. Les insurgés ont brandit la perception que les populations locales ne bénéficieront pas des accords le gouvernement passent avec less entreprises multinationales comme catalyseur pour leur attaque. Ainsi, cette insurrection représente une menace réelle et il est urgent de la combattre et de  sécuriser Cabo Delgado. Et comme les forces mozambicaines ont été mises en déroute et vaincues par l’insurrection, une intervention urgente et étrangère était requise. Le gouvernement rwandais a été le premier à secourir le Mozambique. Pourquoi le gouvernement rwandais est-il impliqué? Il y a un débat houleux à ce sujet.

Le gouvernement rwandais a présent cela comme une mission de «responsabilité de protéger». Cela, argumente-t-il, est inspiré de l’échec de la communauté internationale de protéger les civils au Rwanda au cours du génocide de 1994 contre les Tutsis.

L’intervention rwandaise au Mozambique est arrivée peu de temps après la visite du président français Emmanuel Macron à Kigali en mai cette année. Certains commentateurs ont suggéré que le Rwanda, financé par la France, est intervenu pour consolider les intérêts de la France, principalement les réserves de gaz de TotalEnergies. Le gouvernement rwandais s’est irrité qui ne fait qu’annoncer l’image du néo-colonialisme de la France. Le Gouvernement Rwandais a souligné la base humanitaire de son intervention.

Il y a des preuves successives d’un soutien français direct pour la campagne militaire rwandaise. Néanmoins, la France a tenu une série d’entretiens de haut niveau avec le Rwanda et l’Afrique du Sud sur le conflit de Cabo Delgado dans les mois précédant leurs interventions à Mozambique. Cela suggère une coordination étroite entre Paris et ces acteurs, reflétant les intérêts français énormes en jeu. En mai cette année, Macron a discuté des solutions militaires à la crise avec un certain nombre de chefs d’État africains lors d’un sommet à Paris. Ces discussions comprenaient le président mozambicain Filipe Nyusi, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa et le président rwandais Paul Kagame. Cela a été succédé par des pourparlers similaires avec Kagame et Ramaphosa à Kigali et Pretoria plusieurs semaines plus tard. Lorsqu’il était en visite au Rwanda, 10 jours après la réception de Kagame à Paris, à la fin de mai de cette année, le président Emmanuel Macron a annoncé que la France et le Rwanda travaillaient main dans la min sur trois cas, à savoir la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Mozambique.

La chose cruciale pour participation du Rwanda à Cabo Delgado, sont des liens croissants entre le Rwanda et le Mozambique après que les deux pays aient signé un mémorandum d’accord en 2018, avec 5 accords. Plus tôt cette année, Nyusi a fait une visite éclaire à Kigali pour demander l’aide militaire du Rwanda à Cabo Delgado. Nyusi avait précédemment indiqué sa préférence pour une intervention militaire bilatérale plutôt que multilatérale. Il est peut-être préoccupé par la cession d’un control excessif a la mission de la CDAA/SADC dirigée par la superpuissance régionale qu’est l’Afrique du Sud. Il a également évoqué l’expérience rwandaise qui consiste à mener des missions de maintien de la paix très disciplinées et efficaces. Celles-ci comprenaient les bataillons rwandais opérant en République centrafricaine en dehors de la mission de maintien de la paix plus large des Nations Unies, semblable au soutien actuel du Rwanda aux forces mozambicaines en dehors de la SADC.

Parallèlement à ses objectifs humanitaires, le gouvernement rwandais bénéficie de la sécurité et des termes diplomatiques de sa participation à Cabo Delgado. L’intervention convient à la «responsabilité de la protection» du Rwanda dans les missions de maintien de la paix au Darfour, au Mali, à la RCA et à Haïti. Celles-ci ont renforcé son image internationale et lui ont donné un crédit international considérable. Par exemple, en 2010, lorsque les donateurs étrangers ont considéré des poursuites et suspendre l’aide au Rwanda en raison de ses crimes présumés dans l’est du Congo, Kigali a menacé de retirer ses soldats de la mission de la paix du Darfour.

La campagne Cabo Delgado est également conforme aux discussions récentes du Rwanda de s’attaquer à des menaces islamistes dans le pays et dans la région plus large. En termes géopolitiques régionaux, le Rwanda se sera réjoui des informations selon lesquelles ses troupes dans le nord du Mozambique se sont révélées plus efficaces que celles de la CDAA/SADC, avec laquelle elle a souvent eu une relation tendue.

Enfin, l’intervention du Rwanda renforce ses relations bilatérales avec le Mozambique et la France. Un catalyseur clé pour la poussée diplomatique du Rwanda avec le Mozambique au cours des dernières années a été la préoccupation que Maputo était devenue un coussin de lancement pour des dissidents rwandais exilés. Cela a inclus des membres du groupe d’opposition, le Congrès National Rwandais. Les liens de sécurité plus étroits ont inclus la demande du Rwanda selon laquelle le Mozambique offre le paradis aux membres de l’opposition sur son sol.

Kagame a fustigé, pendant des années, la France pour ne pas avoir présenté des excuses quant à sa complicité dans le génocide de 1994. Il a donc pris des survivants de génocide par surprise lorsqu’il accueillit chaleureusement les remarques de Macron sur la question. Ils avaient des doutes quant à savoir si Macron avait pleinement reconnu et s’est excusé pour le rôle de la France dans le génocide. Les commentaires chauds de Kagame ont précédé l’annonce d’un nouveau paquet de développement français de 500 millions d’euros au Rwanda!

Kagame, un “Deus Ex Machina” pour le Mozambique!

Les forces rwandaises ont jusqu’à présent démontré l’efficacité pour s’attaquer aux insurgés djihadistes. Cela a amené le gouvernement mozambicain à affirmer que l’entrée de Rwanda a fondamentalement modifié l’allure du conflit et amélioré la situation de la sécurité des civils et des sociétés étrangères.

Les opérations simultanées des forces rwandais et de la CDAA/SADC peuvent toutefois poser des problèmes dans les mois à venir. Divers dirigeants de la CDAA/SADC – ainsi que le plus grand parti d’opposition de Mozambique, Renamo – ont critiqué l’arrivée des troupes rwandaises. Ils soutiennent que cela aurait dû être un effort exclusivement de la CDAA/SADC. Ces questions relevaient clairement de l’esprit du ministre rwandais des Affaires étrangères Vincent Biruta qui s’est rendue à Pretoria début juin de cette année pour discuter de la coopération  Rwanda-Afrique du Sud au Mozambique. Ceci est venu peu de temps après que les chefs militaires rwandais aient effectué leur première visite de reconnaissance à Cabo Delgado.

Mais la force militaire ne peut atteindre que beaucoup. Cela a été clairement précisé dans des cas comparables de violence islamiste dans la Corne de l’Afrique, du Nigéria et du Sahel. Des interventions politiques et socio-économiques systémiques sont nécessaires pour aborder des années de négligence de Frelimo dans le nord du Mozambique. Celles-ci ont produit la privation et la marginalisation qui sous-tendent l’insurrection. Les Mozambicains eux-mêmes sont clairement les acteurs clés de cette situation. Néanmoins, le Rwanda et la SADC devraient utiliser leur crédit diplomatique pour encourager Nyusi à répondre aux causes structurelles – et non seulement aux manifestations violentes – du conflit. Cela inclut la garantie que l’immense richesse du gaz naturel qui va couler une fois que le conflit sera réprimé, ne bénéficiera pas seulement au gouvernement de Nyusi et aux sociétés multinationales, mais surtout, aux mozambicains ordinaires..

Pendant ce temps, Kagame a déclaré que les troupes rwandaises sont toujours là.

1 COMMENT

  1. Kagame n’est plus, en fait, Président du Rwanda mais chef d’entreprises, c’est-à-dire ses propres entreprises, celles du FPR et celles des oligarques de son régime. Il en est devenu un VRP ( Voyageur Représentant Placier).
    La parfaite illustration est les contrats commerciaux qu’il a conclu avec Tshisekedi, le Président Centrafricain et le Président Mozambicain. Le bénéficiaires de ces contrats sont ces entreprises et Kagame en personne et nullement les Rwandais.
    C’est pourquoi, pour lui, la détresse morale et matérielle innommable dans laquelle se trouvent des millions de Rwandais est un dépourvu de sens, le tout nonobstant les appels itératifs lancé par ces Rwandais à leur soi-disant Président ou Président exclusivement sur le papier.
    Ce qui est encore gravissime dans les annales de l’historie de l’Afrique Moderne, il est payé sous les mois, soit plus de 7 millions de nos francs par mois hors avantages connexes et divers. Au regard des faits, Kagame se comporte comme un chef mafiosa impitoyable.
    Le même Kagame a transformé son armée dite armée par euphémisme armée du Rwanda et partant armée des Rwandais, en une armée de mercenaires et vigiles, le tout au services de ses intérêts et ceux des oligarques de son régime dont il en est chef incontesté. Mercenaires car il envoie les soldats de son armée dans les Etats étrangers pour pour protéger les intérêts de ses partenaires alors qu’il n’y aucun accord de défense avec les Etats concernés d’une part et sans en informer le Parlement d’autre part. Ces soldats rwandais sont aussi devenus des vigiles des entreprises françaises et américaines au Mozambique en l’occurrence. Des millions de Rwandais et le monde entier ont vu les images de ces soldat qui protègent les sites de Total ( France) et d’Exxon Mobil ( Américain). Au regard des faits, Kagame est un employé de la France et des USA. En sus de la finance, Kagame a demandé et obtenu du Président Français, Macron, les arrestations, les jugements et la mise en cage des Hutu mentionnés sur la liste qu’il a remise au à celui-ci lors de voyage ici au Rwanda d’une part et la négation de l’existence des millions de morts Hutu aussi bien au Rwanda qu’en ex-Zaïre. Des millions de Rwandais ont écouté des dires pathétiques et pitoyables de l’intéressé en réponse à la question posée par un jeune journaliste, Kagabo Jean-Pierre, fils du feu Kagabo José. Kagame encaisse les magots et donne les miettes à ses mercenaires. Le comble est que les veuves de ces mercenaires tombés sous les balles des laissés-pour-compte mozambicains ne reçoivent rien. Ils ne savent même pas pourquoi leurs maris sont dans allés ces pays. Ce que l’on appelle parlementaire par euphémisme ici au Rwanda sont en réalité des obligés de Kagame. Comme leur chef, ils sont payés, logés et nourris par les contribuables rwandais sans rien faire.
    Que le Plus Haut ait Pitié du Peuple Rwandais

LEAVE A REPLY