Tragédie lors du rassemblement de campagne de Kagame à Rubavu : Un décès et 37 blessés selon les autorités

Le 23 juin 2024, une tragédie a marqué le deuxième jour de la campagne électorale du président Paul Kagame à Rubavu. Une personne a perdu la vie et 37 autres ont été blessées lors d’une bousculade survenue à la fin du rassemblement alors que des milliers de participants tentaient de quitter les lieux en même temps. L’incident s’est produit sur le site de Gisa situé à seulement 5 km de la frontière de la RD Congo, dans le secteur de Rugerero, district de Rubavu, dans la Province de l’Ouest.

Selon un communiqué de presse du Ministère rwandais de l’Administration Locale, l’équipe médicale présente sur place a fait tout son possible pour secourir les victimes. Les blessés ont été transportés à l’hôpital de Gisenyi, tandis que quatre personnes grièvement blessées ont été transférées à Kigali pour des soins plus intensifs. Le ministère a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et a assuré qu’il suivrait de près la situation des blessés.

Les autorités locales ont rapidement réagi pour contenir l’incident et minimiser son impact sur la campagne électorale. Cependant, selon des sources sur place, le bilan réel des victimes pourrait être plus lourd que celui annoncé officiellement. Il semble que les autorités aient tenté de minimiser l’incident afin de ne pas perturber le déroulement de la campagne présidentielle et législative du FPR-Inkotanyi.

Il est de notoriété publique que la participation aux rassemblements électoraux du parti FPR-Inkotanyi est presque obligatoire pour la population. Les autorités locales veillent strictement à ce que tout le monde soit présent, sous peine de représailles, notamment le refus de services administratifs ou l’accusation de s’opposer au régime. Les contributions financières sont également exigées, même de la part des personnes qui ne sont pas membres du FPR-Inkotanyi.

Le parti FPR-Inkotanyi n’a pas commenté l’incident, préférant poster sur son compte X (anciennement Twitter) : « Le président Paul Kagame a été accueilli par plus de 250 000 supporters enthousiastes à son arrivée dans le district de Rubavu pour la deuxième étape de la campagne présidentielle du FPR. »

Lors de ce rassemblement tragique à Gisa, le président Kagame a prononcé plusieurs discours, dont des extraits ont été publiés sur le compte X du parti FPR-Inkotanyi. Kagame a parlé des valeurs culturelles rwandaises, notamment en disant : « Si quelqu’un vous donne une vache, cela signifie qu’il vous aime. C’est un symbole de son souhait de vous voir prospérer. C’est ce que représente une vache dans notre culture rwandaise. Exprimer de la gratitude, c’est renvoyer la générosité reçue à travers cette vache. C’est rendre les meilleurs vœux de prospérité que vous avez reçus. »

Il a également évoqué l’importance de la confiance mutuelle : « La confiance que nous avons les uns envers les autres est très précieuse, c’est ce qui rend tout possible. Ayez confiance les uns envers les autres, ayez confiance envers vos dirigeants, et en nous construisant de cette manière, nous devenons forts, de sorte que le développement s’accorde avec le temps, mais dans cette période, vous voulez aller vite. »

Kagame a souligné la nécessité de renforcer les capacités de sécurité : « À mesure que nous progressons et construisons davantage, nous continuons à renforcer nos capacités de sécurité pour assurer la durabilité de ce que nous construisons. Nous voulons de bonnes relations avec nos voisins et au-delà, en particulier avec les pays africains et d’autres dans le monde. Pour nous, la première chose est une bonne collaboration. Lorsque vous vous développez et souhaitez entretenir de bonnes relations et nouer des partenariats, vous devez également être prêt. Que se passerait-il si certains ne veulent pas de bonnes relations avec vous et cherchent plutôt à déstabiliser votre sécurité, êtes-vous prêt à les confronter ? Nous cherchons toujours à avoir la capacité de répondre à cette question lorsque cela est nécessaire. Nous faisons ce qui nous concerne, nous nous concentrons sur nous-mêmes et sur nos objectifs, nous transformons nos vies, et nous laissons aux autres ce qui les concerne. Nous savons ce qui nous incombe et nous sommes toujours prêts à travailler et à bien vivre avec ceux qui le veulent. Mais quand ce que je ne mentionnerai pas se produit, nous serons toujours prêts. »

Il a insisté sur l’importance des actions concrètes : « Ce sont les actions qui nous aident à atteindre nos objectifs désirés. Si vous restez assis et chantez des slogans, et ne faites que parler sans faire ce qui est nécessaire, vous n’atteindrez rien. Le FPR et les partis en coalition avec nous, appellent tous les Rwandais, qu’ils soient dans le pays ou à l’étranger, à travailler dur et ensemble, et à atteindre le développement sans laisser personne de côté. Ce qui nous a divisés dans le passé, nous l’avons laissé derrière, nous l’avons surpassé. Chacun de nous, Rwandais ou étrangers vivant au Rwanda, doit profiter des bénéfices qui accompagnent notre développement car nous sommes un peuple uni travaillant ensemble pour atteindre nos objectifs. »

Enfin, Kagame a déclaré : « Il n’y a pas d’autre voie que le Rwanda suivra ou que les Rwandais accepteront, si elle n’inclut pas les trois piliers [Unité, Démocratie et Développement]. C’est ce que nous visons, que ce soit au sein du FPR, des partis en coalition avec le FPR, et de tous les Rwandais en général. C’est ce que nous voulons atteindre au plus haut niveau possible. »

Lors de ce meeting, Kagame a également salué les partis politiques qui soutiennent le candidat du FPR-Inkotanyi, à savoir le PSD, le PL, le PDC, le PPC, le PSP, le PSR, le PDI et l’UDPR.

L’incident de Rubavu soulève des questions sur les conditions de sécurité lors des rassemblements de masse et sur la manière dont les autorités gèrent de tels événements. Il met également en lumière les pratiques coercitives du régime de Kagame pour assurer la participation massive aux rassemblements électoraux, souvent au détriment de la sécurité et du bien-être des citoyens.