L’IMMATURITE ET MALHONNÊTETÉ INTELLECTUELLE DU Dr JEAN DAMASCENE BIZIMANA ET CIE: (Part 2)

Par Jean UWIZEYE

Pourquoi donc Jean Damascene BIZIMANA et Cie ont daté la haine ou l’idéologie du génocide à partir de la naissance des associations APROSOMA ET LE MOUVEMENT SOCIAL HUTU 1956 sans tenir compte de l’histoire globale du Rwanda ? En dehors de la malhonnête intellectuelle destinée à nuire les uns (hutu) pour protéger les autres (tutsi comme eux) ceci relève de la partie prise.

Comme tout les tribalistes tutsi, ils veulent tout simplement cacher le servage dans la société rwandaise l’un des piliers de la monarchie Nyiginya-tutsi aux conséquences incommensurable pour mieux accuser le colonisateur d’avoir divisé les rwandais et de dédouaner ses ancêtres tutsi de leurs responsabilités. La haine anti-tutsi ne date pas des années 50. La révolution de 1959 n’est pas le point de départ de cette haine là. Elle est le fruit de l’intransigeance de la cour royale de Mutara III RUDAHIRWA (avec sa volonté de couper, de déraciner et de bruler l’arbre mauvais c.-à-d. Tuer les leaders hutu) et Kigeli V NDAHINDURWA (et sa campagne militaire de mettre à exécution le déracinement de l’arbre du mauvais).

La période coloniale avec le contrat de soumission de la monarchie rwandaise en échange de son maintien au pouvoir, sa protection et son allégeance au colonisateur allemand n’a pas non plus altéré les rapports de servage existants entre hutu-tutsi. Le colonisateur arriva juste après la guerre de Rucunshu et aida la cour loyale du Roi Musinga illégitime et contesté à mater la rébellion dans le nord. La cohabitation des institutions du colonisateur et de la cour royale a vécu son temps tant bien que mal et s’accuser mutuellement pour la gestion désastreuse du pays pour cette période. Au lendemain des indépendances en Afrique et au Rwanda en particulier les hutu-tutsi se sont affrontés non pas en raison du surcharge de travail exigé par le colonisateur ou la volonté de diviser pour reigner comme aiment le dire les tutsi.

Deux idéologies ont provoquer un choc culturel. D’un côté les hutu et des tutsi sous l’influence de la culture européenne (enseignements chrétienne et philosophie politique occidentale) déterminés à s’émanciper ont milité pour leurs droits civiques et remettent en cause l’ordre politique existant. D’un autre côté les hutu et les tutsi conservateurs des valeurs politiques traditionnelles rwandaises avec la cour royale s’opposent au changement au nom de la sacro-sainte culture, héritage des ancêtres. En outre, l’idéologie politique de Joseph Habyalimana GITERA (aprosoma), Grégoire KAYIBANDA et ses compagnons (MDR parmehutu) a été imprimé dans son ensemble dans la constitution de 1961. La constitution du décembre 1978 du temps de la présidence du feu Général major Juvénal HABYALIMANA renferme son idéologie.
Le comble dans la recherche de Jean Damascene BIZIMANA est son ignorance de tant d’autres associations à caractère tribal, ethnique, religieux, couleur de peau du même genre que aprosoma, parmehutu … agissant dans le monde.

A titre d’exemple:

  1. Association sur des bases de couleurs de peau: le CRAN en France parler au nom et pour les intérêts de l’homme noir. Sa vision d’émanciper l’homme noir dans la société blanche dominante n’est pas mis en cause pour la division ou promotion du génocide en France.
  2. Association sur des bases Ethnique: Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France).
  3. Association sur des bases religieuses: JMF (Jeunes Muslimans de France). On est en droit de s’interroger sur le niveau de la culture générale de notre cher Dr JEAN DAMASCENE BIZIMANA et cie. Doué dans la rétorque mais souvent trahi par leur immaturité intellectuel. C’est un aveugle qui se veut être un locomotive pour les rwandais et les tutsi en particulier. Être de mauvaise foi est plutôt leur genre, leur recherche a pour but de radicaliser les plus jeunes et conforter les suppremacistes tutsi au pouvoir dans leur délire. En alimentant la peur chez les tutsi, ils s’assurent de provoquer une solidarité tribal et le rejet des hutu et ainsi constituer un vivier de recrutement des fidèles et loyaux tutsi pour le système FPR Inkotanyi. Au Rwanda, il n’y a pas eu une idéologie du génocide, nous avons eu une guerre qui a mal tourné et dégénéré à des tueries de masse. Parler d’idéologie du génocide, c’est de la propagande pure invention du FPR Inkotanyi pour légitimer son régime. Aujourd’hui le CNLG est tout droit dans la politique de faire porter le fardeau au hutu. Paul Kagame et les siens ont mal compris les belles paroles de sagesse du roi Salomon Proverbes 25 …21: Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger; S’il a soif, donne-lui de l’eau à boire. 22: Car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête, Et l’Eternel te récompensera.

LEAVE A REPLY