COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU CONGRÈS NATIONAL RWANDAIS, RNC, A LA SUITE DU MEURTRE DE L’ARTISTE KIZITO MIHIGO

Kizito Mihigo

Aujourd’hui, lundi 17 février 2020, nous avons appris la triste nouvelle de la mort de l’artiste musical Mr. Kizito Mihigo. Les rapports des médias étaient basés sur un communiqué de presse publié le même jour par le porte-parole de la Police Nationale Rwandaise, CP JB KABERA.

RNC ne peut pas et n’acceptera pas le récit de la police nationale rwandaise selon lequel KIZITO MIHIGO s’est suicidé.

C’est maintenant une culture abjecte que les organes de sécurité au Rwanda, en particulier la Police Nationale du Rwanda, les Forces de Défense Rwandaises et les membres de divers services de renseignement exécutent sommairement des citoyens rwandais et trompent le public avec des allégations selon lesquelles les victimes se sont suicidées ou ont été tuées par le personnel de sécurité en état de légitime défense.

L’article 12 de la Constitution rwandaise de 2003 telle qu’amendée en 2015 dispose que «Toute personne a droit à la vie. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa vie. » Sans l’ombre d’un doute, RNC est d’avis que le défunt a été arbitrairement et illégalement privé de sa vie au poste de police de Remera, dans la capitale rwandaise de Kigali, où il aurait été détenu.

Ce poste de police particulier est notoirement connu comme l’un des nombreux autres endroits où les détenus sont exécutés par le personnel de la Police Nationale Rwandaise de la manière dont le chanteur KIZITO MIHIGO a été exécuté. Le 27 février 2015, le Dr Emmanuel GASAKURE, alors médecin personnel du président Kagame, a été abattu sous menottes au même poste de police. À ce moment-là, le porte-parole de la police a menti au public que le médecin tentait de désarmer un policier en service. L’histoire a été sommairement classée sans autre enquête.

Peu de temps après, le 23 avril 2018, M. Donat MUTUNZI, un avocat au barreau de Kigali, a également été tué au même poste de police et la police a de nouveau menti qu’il s’était suicidé. C’est une indication forte que le poste de police de Remera est devenu un lieu d’exécution de citoyens rwandais dont les dirigeants rwandais veulent se débarrasser.

RNC condamne fermement l’exécution sommaire de KIZITO MIHIGO et demande que l’inspecteur général de la police nationale rwandaise IG Dan Munyuza et le commandant du poste de police de Remera soient tenus individuellement responsables du meurtre de KIZITO MIHIGO pour avoir planifié ou ordonné l’exécution de la victime ou comme supérieurs parce qu’ils savaient ou aurait dû savoir que KIZITO MIHIGO était sur le point d’être tué et n’ont pris aucune mesure raisonnable pour empêcher son assassinat ou punir les auteurs de cet acte ignoble.

RNC demande en outre au gouvernement rwandais d’accepter et de faciliter la création d’une commission internationale indépendante pour enquêter de manière approfondie sur les raisons du fléau des meurtres incessants de citoyens rwandais innocents par le personnel des organes de sécurité, y compris le récent assassinat de M. KIZITO MIHIGO.

PRETORIA, 17 FEVRIER 2020

Dr Etienne MUTABAZI

Porte-parole RNC
E-mail: emutabazi64@gmail. com Tel: +27 63 111 3627

Website: http://rwandanationalcongress.org Tel: +27 63 111 3627

Loading...

LEAVE A REPLY