KWIBUKA27: KAGAME DEFIE L’OCCIDENT!

Par RUGEMINTWAZA Erasme

Aujourd’hui c’est le 7 avril. En cette date le Rwanda et le monde entier commémore le Génocide contre les Tutsi de 1994. C’est une journée pour commencer le deuil national qui dure 7 jours. C’est le moment de témoignages  accablant des ténèbres dans lequel le pays des Milles Collines, -mais aussi des milles problèmes-, a sombré pendant cent jours. Cent jours de meurtres fratricides dont la mèche n’est autre que l’assassinat du Président Juvénal Habyarimana qui mit le feu sur la poudre. Mais cent jours de résurgences des tares ethniques! Mais, le jour du 7 avril, c’est plus spécialement le moment propice pour Paul Kagame de régler les comptes. Tout le monde attend toujours, avec peu de patience les foudres qu’il va déverser sur le monde en ce jour de deuil, sans froid aux yeux.  Ainsi le jour de commémoration du Génocide est devenu plus que jamais un outil politique! Qu’est- ce que  Kagame a-t-il dit en cette 27ème commémoration?

Il faut tout d’abord souligner que cette commémoration est la deuxième qui se passe dans des situations extraordinaires dues aux mesures de lutter contre la pandémie de covid-19. Il n’y a plus de foules dans les stades à travers le pays ; peu de gens se rassemblent autour de quelques autorités dans les sites ad hoc. C’est le strict respect des mesures de lutter contre le covid-19. 

Au niveau national, les cérémonies  de commémoration du Génocide se sont déroulées successivement sur deux sites : le Site Mémorial de Gisozi et Kigali Arena. Tout a commencé  dans le Site Mémorial de Gisozi, là où le président Paul Kagame en compagnie de son épouse, du doyen des représentants des corps diplomatiques accrédités à Kigali, du président de l’IBUKA et de la présidente de l’AVEGA ont procédé à déposer les gerbes de fleurs sur les tombes et à allumer le flambeau de la mémoire. Rappelons que ce flambeau de la mémoire qui est le symbole de la résilience du peuple rwandais, sa marche inexorable de la caverne vers la lumière pour un avenir radiant, doit flamboyer pendant 100 jours qu’a duré le Génocide. Cent jours aussi durant lesquels le spectre de l’ethnisme resurgit : Tout Tutsi est victime et innocent, tout Hutu est bourreau et est publiquement vilipendé, le Mutwa quant à lui, est plus qu’oublié! Cent jours où la jeunesse Tutsi reçoit une idéologie de haine  envers leurs confrères Hutus! 

Cette étape de Gisozi est une routine, allons plutôt dans Kigali Arena  à une dizaine de kilomètres de là, où il s’est dit de choses sérieuses. Dans son allocution, BIZIMANA Jean Damascène, Secrétaire Exécutif de la Commission Nationale de Lutte Contre le Génocide(CNLG) a brossé un tableau macabre de l’histoire de l’idéologie génocidaire des Hutu, depuis la première république de Kayibanda jusqu’à Jean KAMBANDA, ce malheureux premier Ministre qui a accepté que son gouvernement a bel et bien préparé le Génocide contre les Tutsi. Il a écopé de la perpète alors qu’il espérait une certaine clémence pour avoir bien collaboré avec le TPIR. Bizimana Jean Damascène, homme connu pour ses positions extrêmes  a ainsi profité de l’occasion pour réfuter  toute idée « révisionniste ».  Le Gouvernement rwandais connait actuellement une guerre plus difficile à gagner, de réduire au silence toute personne qui parle des massacres des Hutu ou quelque chose sur la situation quelque fois précaire des Tutsi, rescapés du Génocide. Une ligne rouge bien gardée a été tracée par le régime de Kigali et gare  à celui qui s’en approche sans son aval. Certains youtubeurs sont ainsi dans la ligne de mire. Une guerre machiavélique contre toute voix dissidente.

C’est dans cette situation très tendue, dans une tempête diplomatique jamais connue par le régime de Kigali que Paul Kagame a préparé  et livré son discours. 

Paul Kagame a premièrement tenu à remercier la résilience et l’endurance des rescapés du Génocide qui inspire le courage à construire le pays et de revivre comme une nation ; et ainsi de souligner que malgré les conséquences du génocide et les voix qui puissent distraire, le Rwanda est plus que jamais uni, que le Rwanda a connu un développement miraculeux. Et d’en appeler à tout rwandais de sauvegarder ces miraculeuses transformations.

Dans une colère à peine contenue, Paul Kagame a mis en garde toute personne qui tenterait de  cette briser cet élan idéologique d’unité, de rwandité retrouvée. Ainsi Paul Kagame trouve  aberrante et abjecte la démarché des gros lobbies occidentaux qui active tout un arsenal  médiatique autour d’un criminel, sous prétexte qu’il a été kidnappé. 

« Nous avons tous le moyens pour protéger  notre peuple. Toute personne qui s’avisera à mettre à mal la sécurité du pays,  elle sera arrêtée et traduite en justice », dit-il. 

Dans une raillerie manifeste, Paul Kagame s’est  révolté contre une espèce de mesquinerie occidentale qui se dessine derrière le cas de Paul RUSESAGABINA, sans pour autant le nommer. 

Tout en saluant une possible normalisation des relations diplomatiques franco-rwandaises dont les prémisses sont traduites par le rapport Duclert, mais sans pour autant oublier de pointer du doigt la lourde responsabilité de la France dans le génocide contre les Tutsi du Rwanda de 1994, Paul Kagame a lancé un défi solennel  à l’occident : il se pliera ou n’acceptera jamais «  La raison du plus fort est toujours la meilleure ». Il a bien utilisé la Fable de Jean de la Fontaine « Le loup et l’agneau » pour se révolter contre une félonie occidentale, ancrée dans leur tradition. Qui peut troubler l’eau pour l’autre : Celui qui est amont ou celui qui est en aval?

1 COMMENT

  1. Kagame défie l’occident! Une ineptie ou une plaisanterie de mauvais goût.
    Il est au service de l’occident
    Où sont planqués des magots de plusieurs millions de dollars soit plusieurs milliards de nos francs, au Rwanda ou à l’occident? Ses millions de dollars créent des emplois en occident et nullement au Rwanda.
    Sous peine de tomber dans le caniveau de ridicules, il faut éviter ce genre de galimatias amphigouriques au surplus.
    Aussi, vous savez très bien que le Kagame évoqué dans votre article n’est sûrement le vrai Kagame que les Rwandais connaissent ( si vous êtes conséquents avec vous-mêmes, les photos infirment vos assertions).
    Le vrai Kagame, soit il n’est plus en état d’assumer ses charges, soit, il n’est plus de ce monde. Le reste est une mise en scène pathétique et pitoyable.
    Le jour Ju va bientôt arriver. Vous n’aurez pas où cacher vos têtes. Vous serez imbibés de honte.
    Comme je vous l’ai maintes fois dit, le Peuple Rwandais vient du fond des âges. Il présente une singularité multiséculaire. Les Rwandais ont des liens multiséculaires, divers et complexes de sorte qu’aucun Rwandais ne peut mentir un autre Rwanda. C’est cette singularité qui a permis à Kagame d’accéder au pouvoir dans n pays qu’il ne connaissait et qu’il ne connaît toujours pas. Tout au long de leur histoire, les Rwandais se sont battus uniquement pour le pouvoir. Il forment un et un seul Peuple, le Peuple Rwandais. Kagame qui ne le connait pas l’a divisé pour ses petits intérêts personnels. Il a tourné et tourne certains Rwandais dont les journalistes opérant pour son compte et son régime comme des zébus. Vous en faites partie. En échange, ils vous donne ou vous donnait les miettes. Regardez-vous et pensez d’abord à vos postérités. Les années ne produisent pas les âges mais la vieillesse. Tout agissement tendant à diviser les Rwandais est voué à l’échec et les auteurs de cette division en subiront inéluctablement les conséquences. C’est une question de temps.

Répondre à CESAR Cancel reply