Les attaques du M23 ou l’armée rwandaise enfin prise à son propre piège

Récemment tout juste le 29 mars 2022, le général Ekenge Sylvain porte-parole du gouvernement provincial du nord-Kivu en RDC a présenté deux militaires capturés sur le champ de bataille à savoir l’adjudant Habyarimana Jean Pierre et le soldat de rang Uwajeneza Muhindi John provenant des Forces rwandaises de défense (RDF) précisément du 65e bataillon dirigé par le lieutenant colonel Ruhindo Joseph faisant partie de la 402ème brigade commandée par le général Nkubito Eugene. Il y a lieu alors de se poser la question de savoir si les rebelles du M23 sont bien des ressortissants congolais ou juste une partie des forces armées rwandaises détachées qui opèrent des incursions en territoire de la RDC sous le couvert politique du M23. Il y a aussi matière à s’interroger sur l’impact de sa force de frappe contre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo(FARDC) depuis qu’elles ont été récemment renforcées par l’armée ougandaise dans les opérations de chasse aux rebelles ADF.

GOMA, République Démocratique du Congo, 28 mars 2022

De violents combats ont éclaté dans la nuit et se sont poursuivis lundi dans l’est de la République Démocratique du Congo lorsque des combattants du groupe rebelle M23 ont attaqué des positions de l’armée près de la frontière avec l’Ouganda et le Rwanda, ont déclaré un responsable local et un témoin. L’armée congolaise a confirmé les attaques et déclaré que le M23 était soutenu par des soldats rwandais, dont deux auraient été capturés. Il a nommé les deux soldats dans un communiqué et les a présentés lors d’une conférence de presse lundi soir. Le porte-parole du gouvernement rwandais, le porte-parole de l’armée et le procureur général n’ont pas encore rien dit de ces accusations. Le M23 s’était emparé de vastes étendues de territoire lors d’une insurrection en 2012 et 2013, avant que ses combattants ne soient chassés par les forces congolaises et des Nations Unies en Ouganda et au Rwanda. Les enquêteurs de l’ONU ont précédemment accusé le Rwanda et l’Ouganda de soutenir le groupe, ce que les deux pays avaient alors nié.

Les affrontements ont commencé vers 01h00 (23h00 GMT) près des villages de Tshanzu et Runyonyi, à environ 50 km (31 miles) au nord-est de la capitale provinciale Goma, a déclaré un témoin à Runyonyi.

« Nous ne savons pas qui contrôle la zone, mais il semble que ce soit une attaque sérieuse », a déclaré le témoin à Reuters, ajoutant que les combats étaient plus intenses que les affrontements précédents.

L’armée congolaise a déclaré dans un communiqué qu’elle s’efforçait de « rétablir rapidement l’autorité de l’Etat » à Tshanzu et Runyonyi.

Les deux villages stratégiques étaient les dernières poches de résistance du M23 avant qu’il ne soit chassé du Congo en 2013. Le groupe les a également brièvement saisis lors d’une attaque nocturne similaire en novembre. Des efforts régionaux ont été déployés ces dernières années pour démobiliser le M23, mais ses dirigeants se sont plaints de la lenteur de la mise en œuvre d’un accord de paix et ont accusé l’armée congolaise de lui faire la guerre.

« Notre organisation, le M23, qui a pu attendre patiemment neuf ans la mise en place du processus de paix, déplore cette terrible option de la violence », a déclaré le porte-parole du M23, Willy Ngoma, dans un communiqué la semaine dernière.

KINSHASA, le 28 mars 2022

Plusieurs positions de l’armée ont été attaquées par les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) depuis lundi matin dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon des sources sécuritaires locales. Les rebelles du M23 ont lancé plusieurs attaques contre des positions des Forces armées de la RDC (FARDC) dans le territoire de Rutshuru, au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, depuis 3 heures du matin, heure locale, selon des sources militaires. Des témoins ont déclaré que les bruits de violents combats ont duré plusieurs heures et que certains résidents locaux ont fui vers la région frontalière, tentant de passer en Ouganda, selon des sources locales. Le M23 est un groupe d’anciens rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP). Le nom vient de l’accord du 23 mars 2009 entre le CNDP et le gouvernement de la RDC. Les dirigeants du M23 ont accusé le gouvernement de ne pas respecter cet accord.

BÉNI, Congo

Le groupe rebelle congolais M23 a nié mercredi 30 mars 2022 avoir abattu un hélicoptère des Nations Unies qui s’est écrasé dans l’est du Congo, tuant les huit personnes à bord. Le porte-parole rebelle Will Ngoma a accusé l’armée congolaise d’avoir tiré sur l’hélicoptère. L’armée congolaise avait auparavant blâmé le M23 pour le crash de l’hélicoptère de l’ONU. Huit casques bleus de l’ONU ont été tués dans l’accident au milieu des combats rebelles dimanche, a indiqué la mission de l’ONU au Congo. Les corps des casques bleus ont été emmenés à Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, et une enquête a été ouverte sur la cause de l’accident, a indiqué la mission de l’ONU au Congo, connue sous le nom de MONUSCO. Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que l’équipe de l’ONU travaillerait en coopération avec le gouvernement congolais. Les personnes à bord de l’hélicoptère Puma comprenaient six membres d’équipage – tous issus de l’armée pakistanaise – et deux militaires, un de la Fédération de Russie et un de Serbie, a indiqué l’ONU. C’était l’un des deux hélicoptères dans l’est du Congo pour surveiller la situation après que les rebelles ont attaqué plusieurs villages du Nord-Kivu, dont Tchanzu près de Rutshuru, Runyonyi, Ndiza et Tchengerero. Dujarric a déclaré que la MONUSCO continuait « d’effectuer des reconnaissances dans la zone autour de Rutshuru pour surveiller les activités des groupes armés et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les civils », et de soutenir l’armée congolaise avec le partage d’informations, la logistique et les premiers soins aux soldats blessés. L’armée pakistanaise a déclaré que tous les passagers étaient morts, donnant les noms du pilote pakistanais et de l’équipage. L’est du Congo est sujet à l’insécurité car plusieurs groupes armés se disputent le contrôle de ses terres riches en minerais. En 2012, les rebelles du M23 contrôlaient de vastes zones de l’est du Congo, y compris Goma. Les rebelles ont finalement été repoussés de l’est du Congo vers l’Ouganda et le Rwanda en 2013 par les forces congolaises et des Nations Unies. Malgré les efforts continus pour désarmer le groupe, les rebelles du M23 ont récemment intensifié leurs attaques dans la région. Le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres « est profondément préoccupé par la résurgence des activités du M23 dans la zone frontalière » du Congo, proche du Rwanda et de l’Ouganda, « ainsi que par-là l’impact de la violence impliquant des groupes armés sur les civils », a déclaré Dujarric. Le porte-parole du M23, Ngoma, a déclaré que le groupe reste un mouvement politique et militaire au Congo et ne reçoit pas d’aide du Rwanda ou de l’Ouganda voisins. « Nous avons des armes qui ont été laissées par l’armée congolaise sur les champs de bataille », a-t-il dit, s’exprimant sur un téléphone portable depuis un lieu tenu secret dans l’est du Congo. Il a déclaré que le groupe arrêtera ses attaques si le Congo honore les termes de l’accord de paix qu’il a signé avec eux.

Dénégations sans fondement : rejeter ce que tout le monde sait et voit

Le porte-parole adjoint du gouvernement rwandais, Alain Mukuralinda, dément les accusations de l’armée de la République démocratique du Congo concernant le soutien de Kigali au mouvement rebelle M23 relancé dans l’est. Il nie également que deux hommes présentés aux journalistes comme des soldats rwandais arrêtés lors d’attaques contre des bases de l’armée congolaise soient originaires du pays. Vaincu en 2013 par l’armée congolaise, le M23 fait à nouveau l’actualité depuis novembre, lorsqu’il a été accusé d’avoir attaqué plusieurs positions militaires. Le mouvement reproche notamment aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté les engagements pris pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. 

L’armée rwandaise « n’est en aucune façon impliquée dans des activités guerrières » en RDC, a-t-il ajouté. Pour étayer ses accusations, le général congolais Ekenge a déclaré que deux militaires rwandais avaient été arrêtés lors des attaques de lundi et a précisé leur identité : l’adjudant Jean-Pierre Habyarimana et le soldat John Uwajeneza Muhindi, alias Zaje, du 65e bataillon de la 402e brigade RDF. Dans un message vidéo, Willy Ngoma, porte-parole du M23, a également affirmé que le mouvement était « congolais et ne bénéficiait d’aucune assistance, ni à proximité « Depuis l’arrivée massive en RDC de Hutus rwandais accusés d’avoir massacré des Tutsis lors du génocide de 1994, le Rwanda est régulièrement accusé par Kinshasa d’incursions au Congo et de soutien à des groupes armés à l’Est ». Avec l’arrivée au pouvoir début 2019 de Félix Tshisekedi, qui a rencontré à plusieurs reprises son homologue rwandais Paul Kagame. Mais le regain d’activité du M23 a ravivé la suspicion.

Cependant, malgré ces rebuffades, autant les lacunes à Kinshasa ont beaucoup à répondre pour avoir engendré cette crise et d’autres, il existe des preuves claires du soutien rwandais au M23 et cela ne peut pas – ne doit pas – être ignoré. Le Groupe d’experts des Nations Unies sur le Congo, des organismes de recherche tels que Human Rights Watch, des journalistes indépendants et des agences nationales de renseignement ont tous entendu des témoignages et vu des preuves d’un soutien constant du Rwanda aux rebelles. Des entretiens avec des centaines de déserteurs des FARDC et de divers groupes armés, dont le M23, ont révélé l’étendue du soutien rwandais dans le recrutement et l’armement des combattants du M23. Un certain nombre de déserteurs du M23 ont prétendu de manière indépendante et crédible être des Rwandais qui avaient été recrutés au Rwanda avant d’être transférés vers les positions rebelles de l’autre côté de la frontière. Des entretiens avec des commandants et des officiers du renseignement des FARDC, des soldats actuels du M23 et des dirigeants politiques et communautaires ont tous révélé l’implication du Rwanda dans le M23. Le Groupe d’experts des Nations Unies a également découvert des communications radio, des SMS et des photographies incriminants, qui sont tous présentés dans un addendum à son dernier rapport.

Sans intérêt, pas d’action

Les réseaux ex-CNDP de l’armée congolaise (les Forces armées de la république démocratique du Congo [FARDC]) se sont mis à établir une chaîne de commandement parallèle et un racket lucratif de contrebande. Les provinces du Kivu sont riches en ressources minérales ; à partir de 2009, ces minerais ont été introduits en contrebande au Rwanda en quantités énormes, les exportations rwandaises de certains minerais dépassant la production nationale. Les réseaux de l’ex-CNDP ont également assuré la sécurité des nombreux intérêts commerciaux rwandais dans les Kivus. Les intérêts de Kigali à maintenir l’influence de l’ex-CNDP dans la région étaient clairs.

Le mode opératoire

Ignorer le rôle des intérêts géopolitiques rwandais dans les Kivus, c’est saper fatalement tout effort visant à s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité dans l’est du Congo. Le Rwanda veut toujours assurer sa présence sur le sol de la RDC et à cette fin, il crée des rébellions contre tout régime grâce aux Rwandais qui ont évolué dans ce pays en tant qu’anciens réfugiés mais qui bénéficient de la double nationalité rwando-congolaise. Jouant les agents doubles, ils sont congolais sur le sol de la RDC et quiconque doute d’eux est accusé de violer leurs droits fondamentaux, du seul fait de leurs revendications politico-militaires.

À cet égard, l’étendue de l’implication du Rwanda est une question vitale et encore sans réponse. En effet, même si les analystes pro-rwandais prétendent qu’il est très difficile « de trouver des preuves que des troupes rwandaises bien entraînées et lourdement armées sont présentes de l’autre côté de la frontière », il s’agit toutefois d’une affirmation plutôt trompeuse ; le plus souvent, les accusations portées contre le Rwanda ont accusé des personnalités clés de l’armée et du gouvernement de gérer le recrutement de civils et de réservistes qui sont ensuite armés et franchissent la frontière pour renforcer les positions du M23, plutôt que de fournir aux rebelles des « hommes bien entraînés et lourdement armés ». troupes rwandaises ». Le Rwanda a également apparemment fourni un autre soutien logistique et des renseignements au M23, tout en permettant à des individus (dont Nkunda) d’opérer depuis le Rwanda pour mobiliser un soutien aux rebelles. Pour les analystes pro-Kigali, exiger des preuves que des bataillons rwandais entièrement armés se battent contre les troupes congolaises sur le sol congolais est malhonnête ;par contre, il sied de souligner que le soutien rwandais est plus subtil, mais non moins sérieux, que de telles prétentions extravagantes. L’objectif déclaré du M23 est de négocier avec le gouvernement congolais afin de mettre pleinement en œuvre les termes de l’accord de paix de 2009 signé avec le CNDP ; il cherche, en effet, à sécuriser et à renforcer le contrôle ex-CNDP des provinces du Kivu. Ceci, encore une fois, est clairement dans l’intérêt du Rwanda.

Conclusion

Les efforts regrettables déployés par les partisans du régime rwandais pour blanchir le rôle du Rwanda dans les incursions du M23 en RDC contribuent à perpétuer le cycle de violence dans l’est du Congo. En effet, nul n’ignore que les Forces de défense rwandaises(RDF) ont toujours fait partie intégrante de toutes les rébellions tutsi qui ont déstabilisé la RDC depuis 1996 à savoir l’AFDL, le RCD, le CNDP et l’actuel M23 et des rapports et enquêtes techniques indépendants ont incontestablement confirmé les faits. Qui plus est, leurs commandants tels que Nkunda Laurent, Makenga Sultan et Jean Bosco Ntaganda étaient des militaires rwandais formés en Ouganda et ayant participé à la rébellion du FPR durant les années 1990-1994. Étant d’anciens réfugiés rwandais ayant évolué en RDC, ils maîtrisent le terrain et parlent les langues locales, ce qui facilite la fiabilité de leurs revendications politico-ethniques.

Sinon, il peut être politiquement gênant pour les partisans du régime du président rwandais Paul Kagame d’admettre la culpabilité rwandaise dans la souffrance de centaines de milliers de Congolais, mais si des intérêts parallèles contraires aux ambitions de Kinshasa continuent de contrôler les Kivus, la paix ne viendra jamais.

LEAVE A REPLY