Procès en appel de Octavien Ngenzi et Tito Barahira: 02 Mai 2018 : Jour 1

La première journée du procès en appel de Octavien Ngenzi et Tito Barahira est consacré à:

  • La présentation de 4 interprètes qui ont prêtés serment

  • Tirage au sort des jurés qui vont par la suite prêter serment

    • 9 principaux (3 hommes et 6 femmes)

    • 5 suppléants au lieu de 3 à la demande du procureur (3 femmes et 2 hommes)

  • l’identité des accusés

La présidente a également rappelé la longue détention provisoire subite par les accusés. 5 ans pour BARAHIRA et 7 ans et 11 mois pour NGENZI. Ces délais de détention sont bien évidemment hors la loi, mais on le rappelle, ces procès politiques échappent à toutes les lois. A ce jour, toutes les demandes de mise en liberté de M. NGENZI ont été refusées pour motifs « trouble à l’ordre public ou risque de fuite ».

  • Lecture de la liste des témoins

On apprend qu’une grande partie des témoins de la défense n’a pas été retrouvée. C’est souvent le cas lorsque les témoins sont au Rwanda, et qu’ils subissent trop de pressions s’ils souhaitent témoigner à décharge. Un des témoins de contexte cité par la défense, en la personne de Filip Reintjens, a également exprimé par courrier son désir de ne pas témoigner, car il ne pense pas pouvoir s’exprimer sans crainte, selon les exigences du serment. Il redoute « des débats virulents » et dénonce « une entreprise d’intimidation ».

Ce courrier de M. Reintjens recentre le débat sur la crédibilité des témoins de l’accusation, notamment ceux vivants au Rwanda, sur leur capacité à fournir des témoignages réels, libre de tout pressions et intimidations. Si un chercheur universitaire Belge et vivant en Europe craint les pressions, que penser d’un paysan qui vit et qui a toute sa famille au Rwanda?

  • Le calendrier provisoire du procès :

La présidente poursuit en donnant des informations sur le calendrier. Il n’y aura pas d’audiences la semaine du 7 au 11mai, le 21 mai, le 22 et 25 juin. Elle nous informe également que tous les lundis et mercredis après-midi aucune audience n’aura lieu, pour permettre les soins de M. Barahira.

La journée du jeudi 3 mai sera consacrée au rapport d’audience, des conclusions de nullité déposé par la défense puis le CV de monsieur Tite BARAHIRA.

Lire plus>>>

Autres infos sur le procès 

Loading...

1 COMMENT

  1. Dans cette AFFAIRE, il me semble qu’il serait exact d’appeler et retenir ce procès: le Procès Gouvernement Kagame via son agent Gauthier Alain contre Ngenzi Octavien et Barahira Tite.

    Ce titre me semble judicieux car les plaintes contre ces deux accusés prisonniers ont été concoctées par Ibuka- Maison mère, branche du FPR et le parquet de Kigali puis déposées devant les tribunaux français par Gauthier Alain, employé du gouvernement Kagame opérant en France. Ce fait est établi et conséquemment insusceptible de discussion.

    Comment Gauthier est-il un agent du gouvernement Kagamé ou du régime notoirement sanguinaire de celui-ci?

    Cette Affaire fait la Une des médias français, étrangers et rwandais.

    L’accusateur effectif est le Gouvernement Rwandais de Kagame via ses agents, Alain Gauthier et son épouse opérant en France en étroite collaboration avec l’ambassade du Rwanda en France. Celle-ci gère plusieurs millions de francs rwandais pour les actions menées par les agents du gouvernement rwandais opérant en France dont les Gauthier Alain.

    Ngenzi Octavien et Barahira Tite ont été accusés par Gauthier Alain et son épouse, président de l’Association dite CPCR.

    Selon ceux qui connaissent effectivement Gauthier Alain, lors d’une visite officielle de Pasteur Bizimungu, alors président du Rwanda en France, celui-ci a reçu les Rwandais. Il s’avère que Gauthier était présent avec son épouse de nationalité rwandaise.

    Il a publiquement évoqué ses actions au bénéfice du gouvernement rwandais : des plaintes qu’il a déposées auprès des tribunaux français et les Hutu nommément concernés, sur la base des faits concoctés par Ibuka, branche du FPR et le Parquet de Kigali.

    Il a dit qu’il a déposé une demande de naturalisation rwandaise et qu’il ne comprend pas pourquoi il n’a pas encore obtenu la réponse positive au vu des services rendus au Rwanda confondu avec le gouvernement Kagame.

    Bizimungu Pasteur lui a alors promis qu’il va s’en occuper personnellement.

    Pour les services faits, outre le financement de leurs méfaits sur toute la France contre les Hutu listés et voyages fréquents ici au Rwanda par le gouvernement de Kagame, les Gauthier ont été doublement récompensés par le commandant suprême, Général Major Kagame.

    1/ Monsieur Gauthier a acquis la nationalité rwandaise par naturalisation.
    Or, il ne remplissait pas les conditions posées par la loi du 28 septembre 1963, Journal Officiel de la République Rwandaise, 1963, p.427, modifiée par la LOI ORGANIQUE N° 29/2004 DU 03/12/2004 portant code de la nationalité rwandaise.

    A leur (lui et son épouse) actif, il y a la condamnation d’un handicapé à vie, Simbikangwa Pascal pour planification et exécution du génocide des Tutsi, la condamnation en première instance par la Cour d’Assises de Paris de Ngenzi Octavien et Barahira Tite, des dizaines de plaintes déposées par lui devant les tribunaux français contre des Hutu résidant en France pour le compte de son employeur, à savoir le Gouvernement Kagame, confondu maladroitement avec le Rwanda et donc des Rwandais.

    2/ Pour les résultats obtenus dans leurs actions, les Gauthier viennent d’obtenir une récompense suprême de la main de Kagame: médaille Igihango
    Alain Gauthier et son épouse Dafroza ont été publiquement déclarés « héros» et décorés par le président Paul Kagame lui-même dans une cérémonie haute en couleurs le 18/11/2017.
    Samedi 18 novembre 2017, Alain Gauthier et son épouse Dafroza ont publiquement déclarés « héros» et décorés par le président Paul Kagame lui-même dans une cérémonie publique et excellemment pimentée. Il leur a remis l’Ordre National de l’Amitié Exceptionnelle ou médaille « IGIHANGO » aux seules fins d’honorer leur service exceptionnel rendu à la Nation Rwandaise et donc au Peuple Rwandais.

    Gauthier n’a aucune résidence ici au Rwanda et ne payent donc pas aucun impôt dans notre pays. Il n’a jamais payé d’impôt au Rwanda. Aucun Rwandais n’ a entendu parler de ou ne connaît ces services exceptionnels qui ont été évoqués par Kagame au bénéfice du Peuple Rwandais.

    Alors, quels sont ces services hors du commun que les Gauthier ont rendus à la Nation Rwandaise?

    Ces services sont en réalité ceux ci-dessus cités d’une part et ceux à venir à savoir la condamnation définitive de deux accusés par la France d’une part et les procès contre les Hutu contre lesquelles il a déposées des plaintes concoctées par les Ibuka et le Parquet de Kigali d’autre part.

    Il convient de rappeler que Gauthier a fait et fait des tours des télévisions et radios ici au Rwanda pour exposer ses actions en France pour le compte du gouvernement rwandais actuel confondu maladroitement avec le Rwanda (voir la Toile, Télévision Rwanda, Gauthier Alain). Il explique ses liens étroits avec Ibuka, branche du PFR et diverses associations, en fait des syndicats de délateurs et malfaiteurs qui ont été spécialement créés par le FPR, parti-Etat et société commerciale cotée à la bourse de Kigali, plus riche que le Rwanda, le tout pour broyer toute personne considérée comme gênant pour le régime y compris les avocats et les enfants de moins de quinze dits enfants de rue, qualifiés de déchets par Kagame, déchets qu’il faut débarrasser de sa ville, Kigali, ville interdite aux Pauvres Rwandais pieds nus.

    Il s’ensuit qu’en raison de ce lien étroit entre l’accusateur légal, à savoir les Gauthier avec un gouvernement sanguinaire rwandais qui ne respecte même pas les droits fondamentaux des Rwandais les plus élémentaires dont le droit à la vie et la justice équitable pour tous les Rwandais, mot dépourvu de sens, en toute logique, la Cour d’Appel de Paris devrait infirmer la décision de la Cour d’Assises rendue en première instance.

    Mais, il faudra que les accusés aient de bons avocats c’est-à-dire les avocats qui ont une vue d’ensemble sur le fond et la forme de l’Affaire Rwandaise d’une part et qui acceptent des concours intellectuels des Rwandais, Hutu et Tutsi, assoiffés de Justice. Ceux qui informent régulièrement les Rwandais, lecteurs du The Rwandan de la vraie nature de Kagame, du FPR et du régime de ce premier accepteront de témoigner à décharge dans cette Affaire, bien entendu si la défense le leur demande.

    En décernant aux Gauthier la récompense exceptionnelle dans l’histoire de notre pays, l’acte de Kagame a permis de démasquer ces premiers. Sous peine de mauvaise foi, ils ne peuvent plus nier leur lien étroit et exceptionnel avec Kagame et son régime.

    Que celui qui soutient le contraire partage son opinion avec les lecteurs de The Rwandan.

LEAVE A REPLY