Nous avons le sentiment que notre père est retenu en otage par son avocat: Famille Kabuga

Félicien Kabuga

Bruxelles, le 2 avril 2021

Communiqué de presse

Nous, les enfants de Félicien Kabuga, sommes fortement préoccupés par la détérioration de la santé de notre père et de ne pas recevoir d’informations de la part de son avocat commis par le tribunal, Me Emmanuel Altit.

Le 1er avril 2021, la Chambre de première instance du Mécanisme international des Nations Unies pour les tribunaux pénaux a rendu une décision refusant de renvoyer Me Altit en tant qu’avocat de Félicien Kabuga. Félicien Kabuga avait demandé que Me Altit soit renvoyé parce qu’il refusait de partager des informations sur son état de santé et les mesures qu’il prend pour protéger les intérêts de M. Kabuga avec ses enfants.

Donatien Nshimyumuremyi, le fils aîné de Félicien Kabuga, a déclaré: “La santé de notre père se détériore depuis son arrivée à La Haye et son avocat, Me Emmanuel Altit, n’a pas été en contact avec notre père ou ses enfants depuis plus de deux mois, voire après avoir eu un accident dans le quartier pénitentiaire et dû subir une opération chirurgicale majeure. Nous avons le sentiment que notre père est retenu en otage par son avocat, qui refuse de communiquer avec lui ou sa famille et ne défend pas ses intérêts.”

Nous avons consulté plusieurs avocats pénalistes internationaux et avons été informés qu’il est possible, avec le consentement de notre père et de la Chambre de première instance, que l’avocat de notre père partage avec nous des informations sur son état de santé et ce qu’il fait à ce sujet. Nous les enfants de Kabuga avons été les premiers responsables des soins de notre père ces dernières années et il a été très douloureux pour nous d’être exclus par une personne censée veiller au meilleur intérêt de notre père.

Nous notons avec une grande inquiétude que notre père reste hospitalisé à La Haye pendant plus d’un mois et qu’il est si faible et confus que la dernière conférence de mise en état n’a dû se faire que par écrit car il n’a pas pu se présenter. Cela veut dire, comme l’avocat ne l’avait pas vu depuis longtemps, que notre père est complètement exclu d’une procédure décidant de son sort. Il semble totalement inapte à se présenter à son procès. Se retrouver sans avocat capable de nous fournir des informations appropriées sur notre père et sur ce qui est fait pour protéger sa santé et ses droits a été dévastateur. Nous craignons que l’avocat ne collabore avec les autorités pour traduire notre père en justice sans tenir compte de son état physique et mental et que les droits de notre père et nos droits fondamentaux soient violés.

Nous demandons que la procédure dans l’affaire de notre père soit menée avec une plus grande transparence et qu’il soit autorisé à avoir un avocat en qui il a confiance et dont nous pouvons être sûrs qu’il veillera à ses intérêts.

Au nom de la famille Félicien Kabuga

Donatien Nshimyumuremyi

LEAVE A REPLY