COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FEDERATION DES VERTS D’AFRIQUE SUR L’ESCLAVAGISME EN LIBYE

C’est avec une grande stupéfaction et une profonde indignation que les responsables de la Fédération des Verts d’Afrique (FeVA), ont vu à travers les médias, des images choquantes et insoutenables des actes d’esclavagisme en Libye. Ces images mettent en exergue une vente aux enchères de ressortissants africains originaires des pays membres de la CEDEAO vendus comme du bétail par des nationaux Libyens. Un trafic d’être humain, ignoble et digne d’une époque révolue. Qualifiés de crime contre l’humanité, ces actes sont passibles de la Cour Pénale Internationale (CPI). Les auteurs, co-auteurs et complices doivent y répondre devant celle-ci.

– Considérant que ces crimes ont été rendus possibles voire aggravés par la situation d’insécurité quasi permanente et hautement dangereuse qui prévaut actuellement en Libye et qui résulte en grande partie des conséquences des politiques anti-immigrations de l’Europe ;

– Considérant la responsabilité historique des pays membres de l’OTAN pour leur intervention directe en Libye avec pour objectif le renversement du régime de Kadhafi ;

– Considérant la démission voire la complicité des Présidents et Chefs d’Etat des pays de la CEDEAO dont les ressortissants en sont victimes ;

– Considérant que l’esclavage est un crime odieux contre l’humanité.

La Fédération des Verts d’Afrique (FeVA), demande instamment à :

– 1. L’Union Africaine de prendre des mesures énergiques à l’endroit du gouvernement Libyen pour l’amener à rechercher les auteurs, co-auteurs et complices de ces crimes afin de les déférer devant la CPI ;

– 2. La Libye de libérer immédiatement tous les prisonniers ressortissants des pays de la CEDEAO ;

– 3. Aux pays membres de l’union Européenne de revoir leurs politiques anti-immigrations dans le respect des principes fondamentaux des droits de l’homme souvent mis en avant dans leurs relations diplomatiques ;

– 4. Aux dirigeants des pays de la CEDEAO de se ressaisir non seulement pour défendre et garantir tous les droits des ressortissants des pays membres à la foi dans l’espace CEDEAO qu’en dehors, et de créer les conditions favorables au développement et à l’épanouissement de la jeunesse, dans leurs pays respectifs;

– 5. La Société civile et tous les défenseurs des droits de l’homme de rester vigilants et mobilisés pour dénoncer les abus, violations et toutes les atteintes aux droits de l’homme dans la région.

Fait à Kigali, le 24 Novembre 2017

Pour la FeVA

Dr.Frank Habineza

Président

1 COMMENT

  1. Frank est devenu expert en comédie. En effet, ce Monsieur n’a jamais condamné la vente des 40000 migrants africains à Kagamé à 5000 dollars US tête par le Premier Ministre Israëlien, Benyamin Netanyahu. Il convient de rappeler que les 200000 dollars US ont été empochés par Kagamé. Le commerce des migrants africains est fait par les trafiquants des produits en tout genre et criminels arabes qui sévissent en Libye, un pays sans Etat et où règnent en maîtres les bandes armées et criminels de tout calibre. Ce méfait ne peut donc être imputé aux soi-disant autorités libyennes. Par contre la vente des migrants africains par Netenyahu à Kagamé est constitutif d’un crime contre l’humanité commis par les autorités des Etats que sont Israël et le Rwanda. Sur l’échelle de la gravité, les crimes commis par Kagamé est plus grave que celui commis par les trafiquants en Libye même s’ils sont condamnables à plusieurs égards. Aussi, au vu des déclarations de Habineza Frank, il veut montrer qu’il a le sens de compassion humaine qu’il entend donc exprimer. Or, ce même Habineza n’a pas exprimé sa compassion à l’endroit des enfants rwandais mineurs au demeurant dits enfants de rue qui ont été publiquement brûlés vifs par les escadrons de la mort de Kagamé et sur ordre de celui-ci. Ce crime horrible a indigné des millions de Rwandais qui ont accès à l’internet. Habineza ne peut nullement prétendre l’ignorer car les FDU, à sur ce crime, fait une déclaration publique sans équivoque. Comme Kagamé, ce monsieur prétend avoir la compassion humaine à l’égard des étrangers alors qu’il n’en pas à l’endroit des Rwandais. Sa déclaration est donc une mise en scène. Frank Habineza n’a jamais condamné les assassinats des Rwandais dont les corps ont été retrouvés dans le lac Rweru. Pourtant, il savait et sait parfaitement que l’auteur de ce crime n’est autre Kagamé. Kagamé a fabriqué un document. Il en a ensuite produit en millions de copies qu’il a appelées Pétitions des Rwandais par lesquelles ils lui demandent d’être président à vie. Le comble pour l’auteur de ce document est qu’il était truffé d’une erreur inexcusable qu’un Rwandais qui a fait l’école primaire et qui a appris le Kinyarwanda ne peut commettre. C’est qui a permis aux Pigeons Voyageurs savoir qu’il s’agit effectivement d’un faux document. Ceux-ci porté ce faux document à Habineza et lui ont demandé de dénoncer publiquement le méfait de Kagamé. Qu’a-t-il fait. Il a observé le silence de tombeau. Par son silence, il s’est lui décrédibilisé. Frank Habineza a organisé une collecte de fonds pour payer les honoraires de l’avocat d’un individu qui a à son actif des milliers de cadavres de Rwanda à savoir Karenzi Karake Emmanuel. Au vu de l’ensemble de ses actes, le parti Vert Rwandais n’en est pas un. C’est une excroissance du FR. Et pour preuve, aucun rwandais n’a entendu Habineza qui se dit opposant politique critiquer la politique publique de Kagame ou dénoncer le détournement des plusieurs milliards de nos francs par Kagame et sa clic. Il sa propre définition du mot opposant politique.

LEAVE A REPLY