Ce qui se cache derrière le voyage de Kagame à Berlin

Par RUGEMINTWAZA Erasme

La visite de 3 jours de Kagame en Allemagne, a été sans nul doute couronnée par les succès. Mais qu’est ce qui se cache derrière cet engouement de l’Europe et l’Afrique pour Kagame. Quelles sont ses répercussions?

Le 26 août 2021 la présidence rwandaise a posté sur son compte Tweeter, un message selon lequel, le président Paul Kagame était arrivé à Berlin, en Allemagne. Il rejoignait d’autres chefs d’Etats de différents pays africains dans un somment G20 Compactwith Africa(CwA), organisé sous le patronage de la Chancelière Allemande, Angela Merkel, ce 27 août 2021. L’initiative CwA a été lancée en 2017 par l’Allemagne pour promouvoir l’investissement privé en Afrique. 

De prime abord, soulignons que l’objectif principal du CwA est d’accroître l’attractivité des investissements privés en améliorant d’une manière substantielle les cadres macroéconomiques, commerciaux et financiers. Le CwA offre aux pays africains qui le souhaitent l’opportunité d’améliorer les conditions de l’investissement privé, notamment en matière d’infrastructures.  Soulignons que douze pays africains ont rejoint l’initiative: Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, Ghana, Guinée, Maroc, Rwanda, Sénégal, Togo et Tunisie. Le sommet de CwA était pour le Rwanda, une occasion propice pour étaler ses talents en négociations commerciales, car le pays, comme le souligne toujours Paul Kagame, est dirigé comme une entreprise commerciale. Ceci est d’autant plus que vrai car un pays enclavé sans ressources naturelles ne peut survivre que par son attractivité des investissements et, des fois, par son « approvisionnement », chez les voisins!

Sur l’agenda du somment de CwA, figurait un point très important: la production  du vaccin contre covid-19 en Afrique, pour pallier au grand problème de distribution des vaccins dans les pays du Sud. La pandémie de coronavirus qui est un prix de l’incurie et des programmes défectueux ou inexistants en matière se santé, a mis au grand jour le fossé, combien béant, entre les riches et les pauvres. L’Occident a raflé d’un coup tous les vaccins aux dépens de pays pauvres qui espéraient pourtant que le programme COVAX était un bon régulateur  dans la distribution des vaccins. Un nationalisme vaccinal a gagné le terrain : chacun pour soi, seul Dieu pour tous! Il faut alors essayer de colmater, petit à petit ce fossé qui témoigne de l’immaturité de la solidarité mondiale.

Pour alors pour pallier à ce problème de vaccins, il faut aussi la relocalisation des firmes de production. C’est ainsi le sommet de CwA a été une occasion de discuter sur ce défi urgent de santé. 

Le Rwanda et le Sénégal élus

Tout prédestinait le choix du Rwanda pour la production des vaccins anti-Covid-19 et médicaments, car Kigali a déjà dans ses tiroirs un protocole d’entente dans ce domaine signé ce 12 août 2021. Au Rwanda, “Le Ministère de la Santé est en partenariat avec la Coopération Belge, via Enable, pour contribuer à l’objectif du Rwanda de construire un écosystème solide dans l’industrie biotechnologique et de stimuler la préparation du Rwanda à fabriquer des vaccins et d’autres produits pharmaceutiques ». 

A cette prédisposition de Kigali, s’ajoute un emgouement sans precedent témoigné à  Kagame, même avant le somment de CwA. Ainsi la présidente de la Commission Européenne, Mme Ursula Von der Layen, va poster à son compte twitter le message suivant : « Bonne rencontre avec le président Paul Kagame du Rwanda. Le Rwanda sera l’un des moteurs du redressement de l’Afrique. Nous avons discute de la vaste portée de partenariats plus solides entre nos entreprises et nos collectivités »

Ainsi une réunion en marge du sommet de CwA, a réuni les acteurs principaux dans cette orientation de production des vaccins anti-Covid-19. Le message de la présidence du Rwanda dit. « Le président Paul Kagame a participé à une réunion avec le PDG de BioNTech, Uğur Şahin, convoquée par la fondation kENUP, avec le Président Macky Sall, la Présidente Ursula von der Leyen  pour convenir d’une marche à suivre pour la production de vaccins debout en bout en Afrique, en commençant par le Rwanda et le Sénégal »

La Banque Européenne d’Investissent a rejoint cette initiative et poset sur son compte tweeter « Les vaccins devraient être accessibles à tous. Aujourd’hui, nous rejoignons la Présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen et les Présidents Macky Sall et Paul KAGAME pour soutenir une nouvelle initiative par BioNTech Group de mettre en place des sites de production de vaccins au Rwanda et au Sénégal »

Toutes ces réunions, toutes ces négociations ont été coiffé par un communiqué conjoint dont la teneur est retenue ci-après : 

BERLIN, ALLEMAGNE, le 27 aout 2021

BioNTech SE (Nasdaq: BNTX, « BioNTech »ou « Société ») a convenu aujourd’hui d’évaluer la mise en place des capacités de fabrication durable de vaccins au Rwanda et au Sénégal pour soutenir l’approvisionnement en vaccins pour les Etats membres de l’Union africaine. Suite à l’invitation de la Fondation kENUP, le Président Paul Kagame du Rwanda, le Président Macky Sall du Sénégal et la Présidente Ursula Von der Leyende la Commission Européenne, ont rencontré Uğur Şahin, PDG et co-fondateur de BioNTech, à Berlin pour discuter du développement d’une fabrication durable de vaccins pour l’Afrique. La réunion a abouti à un communiqué conjoint affirmant l’intention de la BioNTech de fabriquer des vaccins à ARNm issus de ses programmes de développement de vaccins contre le paludisme et tuberculose sur le continent africain.

‘Nous tenons à remercier tous les participants pour la discussion d’aujourd’hui, pour le soutien et la confiance qu’ils nous ont accordés. Notre objectif est de développer des vaccins en Afrique et de mettre en place des capacités de production durable de vaccins pour améliorer conjointement les soins médicaux’, a déclaré, Prof, Dr. Uğur Şahin, PDG et co-fondateur de BioNTech. ‘Nous nous engageons d’investir dans la recherche et l’innovation de pointe pour soutenir le développement de vaccins, en plus de la création d’installations de fabrication de l’accumulation d’une expertise de fabrication sur le continent africain’.

BioNTech a déjà commencé l’évaluation des capacités de fabrication, suite à l’annonce de la Société de son objectif de développer un vaccin antipaludique bien toléré et très efficace et de mettre enœuvre des solutions durables d’approvisionnement en vaccins de bout en bout sur le continent africain. La décision d’évaluer des solution de fabrication au Rwanda et au Sénégal suit les orientations de l’Union Africaine, des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), et de l’Agence Médicale africaine en cours de formation. Les emplacements potentiels des sites de fabrication nécessaires devraient implantes aux mêmes sites que les prochains centres de vaccination de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ces efforts seront alignés sur l’initiative Team Europe sur la fabrication et l’accès aux vaccins, aux médicaments et aux technologies (MAV+) dirigée par la Commission Européenne en collaboration avec les Etats membres de l’UE.

Le Dr. Nkengasong, directeur de CDC Afrique, le Dr Matshidiso Moeti directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, et le Dr Werner Hoyer, Président de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), ont également participé à la réunion, qui s’est déroulée en marge du G20CwA. L’OMS, la Commission Européenne et d’autres organisations ont déjà participé à la première phase de planification du projet de lutte contre le paludisme de BioNTech et ont offert leur  soutien pour identifier et mettre en place l’infrastructure nécessaire ». 

Ainsi le monde entier politique et financier, public et privé élit le Rwanda et le Sénégal pour essayer de créer l’équilibre Nord-Sud.

Avant de quitter Berlin, le Président Paul Kagame a tenu à remercier la chancelière Angela Merkel en ces termes: « Merci à la chancelière Merkel pour l’hospitalité chaleureuse et l’engagement envers G20CwA. Nous avons eu de discussions fructueuses sur les opportunités d’investissement et le renforcement de notre partenariat par les résultats tangibles et la transformation ».

Mais d’où vient cet engouement pour Paul Kagame, l’homme dont la carrière tant militaire que politique est jalonnée de crimes odieux? Comment Kagame dont aucun rapport de l’ONU sur la violation des droits de l’homme ne peut pas manquer de pointer du doigt, parvient-t-il à faire danser tout l’Occident et l’Afrique autour de lui? Beaucoup d’analystes s’accordent sur fait. Paul Kagame s’est constitué autour de lui un think-tank dont la tâche primordiale est, non pas donner les orientations politiques fortes, mais plutôt d’acheter les personnes fortes en les soudoyant. Les Sarkozy, Tony Blair sont devenus comme des hommes-sandwiches de la marque Kagame! Et si ce n’est pas par l’argent que Kagame n’a pas de probleme de verser pour embrigader une figure puissante comme Bill Clinton, Emmanuel Macron, c’est par chantage de dévoiler la complicité ou la « responsabilité accablante » dans les crimes. Ici on comprend l’importance du pillage des ressources naturelles de la RDC: c’est pour se constituer un empire financier afin de pouvoir payer toutes ces marionnettes d’hommes qui l’entourent. C’est ici l’art du lobbying, appris, certes chez son ami intime l’Israël, car sans lobbying l’Israël n’aurait pas vu le jour, et sans lobbying le FPR-Inkotanyi n’aurait jamais mis le pied dans Kigali. Car on n’a jamais vu, un criminel invétéré, un dictateur jouir d’un aussi charisme angélique comme Kagame! Dans cette affaire de production de vaccins à Kigali, Paul Kagame a réussi de mettre dans sa poche le numéro un mondial dans le domaine de la santé, le Tigréen Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il est son homme. Le choix du Rwanda n’est autre qu’un jeu de combines mercantiles. Ainsi le CwA a été une occasion plus que jamais très propice pour Paul Kagame de se tenir droit et ipso facto une occasion plus que jamais malheureuse pour les voix dissidentes contre lui  et surtout pour Rusesabagina, qui  tous risquent d’être consacrés par l’Occident obnubilé par l’argent et les chantages de Kagame. Contre l’argent de Kagame, seul le peuple rwandais peut arrêter les méfaits. A bon entendeur salut!

LEAVE A REPLY