RWANDA: Un chef d’accusation saugrenu contre l’activiste Aimable Karasira!

Aimable Karasira

Par RUGEMINTWAZA Erasme.

D’après certains milieux journalistiques proches du gouvernement de Kigali, les chefs d’accusation retenus contre l’activiste youtubeur Aimable Karasira vont être augmentés. Ces informations ont été confirmée par différentes sources!

Selon ces informations, l’Office Rwandais d’Investigation (RIB), aurait saisi une importante somme d’argent dont on ignore la source chez l’activiste Aimable Karasira. Ainsi, Karasira va être chargé du délit « d’enrichissement illicite».

On rapporte que les investigations préliminaires concluent que la plus grande partie de cet argent saisi chez Karasira, provient des cotisations collectées à l’étranger pour lui être envoyées. Le RIB dit que ceux qui envoient cet argent à Karasira, sont de membres des groupes d’opposition réputés de négationnisme et révisionnisme du génocide contre les Tutsi.  Le porte-parole du RIB dit : « Nous savons que ces gens qui se trouvent à l’étranger, collectent  et envoient de l’argent aux personnes comme Karasira et leur dictent ce qu’ils doivent dire pour semer le désordre dans le pays et inciter la population à l’insurrection. C’est de l’argent sale»

Dr. Thierry Murangira ajoute que Mr. Karasira est bien portant, qu’il n’a aucun problème particulier de santé. Karasira et par-dessus tout bien lucide sans aucun problème psychologique.

Le porte-parole de RIB dit qu’il saisit l’occasion de lancer un avertissement aux utilisateurs de réseaux sociaux, de se garder de recevoir l’argent des groupes qui se trouvent à l’étranger à fin de publier des informations fausses et criminelles. Il continue en disant que dans ses investigations, le RIB a trouvé que Karasira et  beaucoup d’autres gens qui utilisent les réseaux sociaux tels que Youtube, Facebook, Instagram et les sites d’internet, acceptent de l’argent pour trahir le pays en donnant le champ libre aux ennemis du pays qui diffusent sur leurs chaînes de fausses nouvelles, des rumeurs, des chantages, tout pour ternir l’image du pays. Ils font tout cela dans le malsain dessein d’éclipser les activités de l’Etat, inciter la population à l’insurrection, la diviser… Tout cela, dit Dr.Thierry Murangira, constitue des délits.

En conclusion, RIB apporte à la connaissance de toute la population qu’il ne tolèrera jamais les gens qui se rendront coupables des actes ici-haut mentionnés. Le RIB n’interdit personne de jouir de ses droits d’expression, mais personne ne doit se couvrir de ces droits pour enfreindre aux lois tout en semant le trouble dans le pays.

Les informations concernant cette saisie d’argent ont bel et bien été confirmées par le porte-parole de RIB, Dr Thierry Murangira et ce nouveau chef d’accusation fera partie du dossier en examen et qui sera transmis au parquet ce lundi, le 7 juin 2021. Rappelons que, quand Karasira fut arrêté, le RIB a laissé savoir qu’il est poursuivi pour les crimes du négationnisme et révisionnisme du génocide contre les Tutsi du 1994 et du divisionnisme.

Dr. Thierry Murangira a dit à certains journalistes œuvrant dans le pays que lors de la perquisition de la maison de Karasira, on a trouvé plus de 10 milles dollars américains (10,981 USD), 520 Euros, et plus de 3 millions de Francs rwandais (3,142,000 Frws), il y avait aussi dans son portable (mobile money) 11 millions de Francs rwandais ainsi que beaucoup d’autres sommes importantes d’argent en dépôt dans diverses banques dont on continue de faire l’investigation.

Le nouveau chef d’accusation d’enrichissement illicite est traité dans l’article 9 de la loi No 54/2018 du 13/08/2018 régissant la lutte contre la corruption. L’article stipule que : 

« Toute personne qui sera incapable d’expliquer la provenance de sa richesse par rapport à ses revenues légalement reconnues, commet un crime. Si l’acte est avéré par le jugement d’un tribunal, la personne est passable d’une peine de prison ne pouvant pas être en dessous de 7 ans et ne dépassant pas 10 ans et d’une amande allant de 3 à 5 fois la valeur de la richesse illicite».

Un juriste contacté par « The Rwandan » a déclaré que la pratique de changer ou d’augmenter les charges du prévenu est devenue une monnaie courante dans la justice rwandaise. Par ailleurs, « The Rwandan » détient l’information selon laquelle, Karasira a été interrogé par le RIB, avec l’assistance de Maître Philbert Gashagaza, ce 03 juin 2021.

LEAVE A REPLY