Vendredi de Gratitude : Abbé Alexis Kagame

Mgr Alexis Kagame

Par Mukundente Ariane

Finalement, ce jour est arrivé! À la demande générale, pour ce Vendredi de gratitude, je vous présente, le très respectueux, Abbé Alexis Kagame. Il est né le 15 mai 1912 à Kiyanza dans l’ancien préfecture de Kigali (Rulindo), descendant d’une grande famille du clan de Basinga. Je ne pouvais pas m’empêcher de mentionner son clan, étant moi-même du clan de Basinga. Vous comprenez mes émotions! 

Ceci dit, vous connaissez, sans doute, l’histoire de Basebya et de Ndungutse qui avaient monté une rébellion contre le Roi Musinga. Basebya fut tué le 15 mai 1912 par les colons allemands, exactement le jour de la naissance d’Alexis Kagame.  Ainsi, le père de celui-ci lui donna le nom de Basebya pour souligner la bravoure de cet homme. Le nom fut abandonné, car la mère ne l’aimait pas, le père lui donna celui de Bagirishya. C’est Alexis Kagame, lui-même, qui abandonnera ce dernier nom pour celui de Kagame. Cependant, il aimait son nom donné par son père à la naissance qu’il a signé un article avec ce nom : ‘’ Basebya, « Quelques éléments d’une philosophie de la compréhension mutuelle entre colonisateurs et colonisés. », Comprendre, Revue de la société européenne de culture, 1960, Venise.’’

Extrêmement doué, il commença sa catéchèse à l’âge de 12 ans sans avoir fait l’école primaire. À 15, il est admis à l’école officielle pour les chefs. Il reçoit  son baptême en 1928 à l’âge de 16 ans à Rwaza et entra automatiquement au Petit Séminaire de Kabgayi. Après ses études secondaires, il continua au Grand-Séminaire toujours à Kabgayi en 1933 pour suivre ses études de philosophie et de théologie et devient prêtre en 1945. 

Pendant qu’il est encore étudiant au Grand-Séminaire, il devient le rédacteur en Chef de Kinyamateka où il publie ses essais littéraires. Ses supérieurs lui donnèrent la permission de faire des recherches sur l’histoire du Rwanda. C’est comme ça qu’il est remarqué par le Roi Mutara III Rudahingwa lors d’un concours devant le Roi. Questionné par celui-ci sur la source de ses connaissances, Alexis Kagame répond que c’est par deux conteurs et un certain Sekamana. N’étant pas les meilleurs selon, le Roi, ce dernier envoya à A. Kagame les meilleurs pour lui apprendre la poésie guerrière et dynastique du Rwanda. Plus tard, Alexis Kagame consigna ce savoir oral par écrit. C’est à cause de ses connaissances qu’il était parmi les ‘’Abirus’’ du Rwanda.

Extrêmement actif avant et après l’obtention de son doctorat à l’Université grégorienne de Rome en 1955, l’abbé enseigne et devient Directeur de la publication de la revue Kinyamateka. Il mène des recherches qui aboutissent à la publication de plusieurs ouvrages spécialisés. Il s’installe par la suite à la mission catholique de Butare, où il partage son temps entre ses devoirs de prêtre et ses études savantes.

Dans le milieu académique, il est célèbre pour son ouvrage ‘’La Philosophie bantu-rwandaise de l’être’’, qui fut sa thèse de doctorat. Un livre très intéressant qu’il faut s’abstenir de lire, si vous êtes préoccupés ou fatigués. Si vous êtes comme moi, il se lirait très bien dans l’avion, le meilleur endroit au monde pour lire un livre aussi compliqué soit-il. Le mot principal de cet ouvrage est fait de trois lettre ‘’NTU’’. 

Si on part du racine ‘’NTU’’, genre suprême, entité logique transcendantale qui signifie ‘’être’’ ou ‘’quelque chose’’, on va obtenir quatre catégories fondamentales de la pensée : 

– MUntu : l’existant intelligent (homme) 

– KIntu : l’existant sans intelligence (chose) 

– HAntu : l’existant localisateur (lieu-temps)

– KUntu : l’existant modal (manière d’être de l’existant) 

Pour la suite, il faut demander à Kama et Gama. En effet, sa thèse a été rédigée sous forme de dialogue, entre deux noms symboliques Kama et Gama. 

Si vous voulez connaître la philosophie rwandaise, je vous recommande fortement cet ouvrage.

Alexis Kagame a publié plusieurs livres dont 122 en français. Dans tous ces écrits, le patrimoine culturel rwandais restait pour lui le centre de gravité. Il a compris très tôt qu’avec l’emprise européenne sur le Rwanda, la société traditionnelle devait s’ouvrir à la modernité.  Toutes les assises de la littérature traditionnelle étaient chambardées : avant la vie tournait autour du Roi et son pouvoir venait d’être réduit, la vache symbole économique remplacé par l’argent, l’oralité cédait place à l’écrit, et il n’y avait plus de poésie guerrière, car l’idéologie de conquête avait cessé depuis la conférence de Berlin qui avait défini les frontières des pays africains. 

C’est ainsi que pendant 27 ans, de 1941 à 1968, il va consacrer sa vie à écrire la poésie en kinyarwanda devenant ainsi le sauveur-conservateur de la langue et des traditions et le gardien-passeur du patrimoine culture rwandais. Nous lui devons le fameux Indyoheshabirayi (poème satirique), que j’ai essayé de lire sans rien comprendre, Isoko y’amajyambere (Epopée rwandaise), et Umulilimbyi wa Nyili-Ibiremwa (Epopée biblique) comparable à la Légende des siècles. 

Pour sa contribution et son travail titanesque dans la promotion de la culture rwandaise, il fut honoré par Président Habyalimana. En effet, le 5 juillet 1979, il est nommé “officier de l’ordre national des Grands Lacs”. Cinq mois avant sa mort, le 4 juillet 1981, le Pape Jean-Paul lui donne le titre honorifique de Monseigneur. Le 3 septembre 2014, il reçoit le “prix de l’académie” décerné par la Commission de la culture et de la langue pour sa contribution dans ces domaines. 

Le plus grand génie que le Rwanda ait connu, Abbé Alexis Kagame, poète, historien, philosophe..s’est éteint un certain mercredi le 2 Décembre 1981 à Naïrobi à l’âge de 69 ans. Définitivement, il a une place parmi nos héros nationaux. Humblement, aidez-moi à rendre hommage à cet autre fils du Rwanda, un des meilleurs parmi sa liste d’hommes et femmes exceptionnels.  

Abbé Alexis Kagame, Niyubahwe!

1 COMMENT

  1. Un article sommaire sur notre patrimoine culturel national qu’est l’Abbé Alexis Kagame.
    L’Abbé Alexis Kagame a répondu à l’appel de son créateur mais il est et restera avec les Rwandais.
    L’auteur de cet article apprend à des milliers de Rwandais, en particulier les jeunes nés sous le régime Kagame qui lisent The Rwandan, que l’Abbé était issu du clan Basinga.
    Or, il a été dit qu’il était Tutsi et avait un lien de parenté avec Mushikiwabo Louise, Secrétaire Général de l’OIF, sur décision unilatérale du Président Français, Emmanuel Macron et ce, au titre de preuve de ses amitié et admiration à l’endroit de Kagame. Mushikiwabo est un membre de l’oligarchie rwandaise et elle l’a prouvé. Pour être membre de cette oligarchie, il faut impérativement être Tutsi.
    Il s’ensuit que Mushikiwabo Louise est Umutsikazi, selon ses dires et sa biographie sommaire.
    QuestionS:
    1- Le clan Basinga est un clan de Batutsi ou de Bahutu?
    2- L’Abbé Alexis Kagame était Hutu ou Tutsi?
    3- Mushikiwabo Louise est-elle Umutsikazi ou Umuhutukazi? A-t-elle des enfants et ceux-ci sont-ils Tutsi?
    3- Elle a parlé de sa mère, son frère Ndasingwa Lando et sa grande soeur , de 9 ans son ainée.Elle n’a jamais parlé de son père. Qui est le père de Mushikiwabo? S’il a répondu à l’appel de son créateur, quand?
    Pourquoi ces questions? C’est pour que les lecteurs de the rwandan puisse se faire une opinion sur qui est Mushikiwabo Louise, pourquoi et comment celle-ci a été colée à l’Abbé Alexis Kagame?
    L’auteur de cet article qui est du clan Basinga comme Twagiramungu Faustin, Général Habyarimana pourra éclairer les Rwandais. Etant précisé que dans le Rwanda ancien les Basinga était numériquement plus nombreux que les membres d’autres clans.

LEAVE A REPLY