Le président Félix Antoine Tshisekedi surprend tout le monde

Félix Tshisekedi

Par Arnold Gakuba

 Introduction

Après deux ans et quatre mois à la tête du vaste pays qu’est la RDC, le président Félix Antoine Tshisekedi apporte un nouveau style de gouvernance complètement différent de ceux de ses prédécesseurs. Cette nouvelle gouvernance régionale semble surprenante étant donné qu’il avait commencé à gérer l’État comme d’autres présidents et qu’aucun changement n’était attendu de lui compte tenu de son origine politique ; mais désormais il révolutionne la politique de la région des grands lacs où le président Kagame au pouvoir depuis bientôt 30 ans manifestait des penchants à s’imposer comme un roi de la région grâce à sa pitoyable politique du mensonge.

1.Qui est Félix Tshisekedi?

Félix Tshisekedi, né le 13 juin 1963 à Léopoldville, est un homme d’État congolais (RDC), président de la République depuis janvier 2019. Il est élu le 9 février 2020, premier vice-président de l’Union africaine pour 2020 et président pour 2021.

Fils de l’ancien Premier ministre Étienne Tshisekedi, il est élu président de la République démocratique du Congo lors de l’élection présidentielle de décembre 2018. Bien que controversée du fait d’allégations de fraude électorale, il s’agit de la première alternance politique pacifique depuis l’indépendance du pays. Cependant, des suspicions apparaissent par la suite concernant l’étendue réelle des pouvoirs du nouveau président, celui-ci devant composer avec le camp de son prédécesseur Joseph Kabila, soupçonné de vouloir continuer à diriger le pays dans l’ombre. De fait, l’alliance avec celui-ci semble se terminer en février 2021 avec la constitution d’une nouvelle majorité parlementaire et la nomination d’un nouveau Premier ministre.

2. Carrière politique 

1)Débuts

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est le fils d’Étienne Tshisekedi, d’abord proche de Mobutu puis l’un des principaux opposants aux régimes de Mobutu puis des Kabila père et fils. Né le 13 juin 1963 à Léopoldville, Félix Tshisekedi effectue ses études secondaires à Kinshasa.

Il rejoint les rangs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti dirigé par son père, puis en devient l’un des cadres. Fin 2008, il est nommé secrétaire national de l’UDPS chargé de l’extérieur.

En novembre 2011, il est élu député à Mbuji-Mayi. N’ayant jamais siégé, il est déchu de son mandat dès le 18 juin 2013.En octobre 2016, il est nommé secrétaire général adjoint de l’UDPS

2)Crise politique de 2016

La volonté de Joseph Kabila de repousser indéfiniment l’élection présidentielle et de prolonger son mandat créée une situation de crise politique en RDC. L’opposition, réunie au sein du Rassemblement de l’opposition (dont l’UDPS fait partie), négocie avec Kabila la tenue de nouvelles élections. Étienne Tshisekedi dirige les négociations pour le Rassemblement, et son fils fait partie de la délégation qui négocie. Les négociations aboutissent aux « accords de la Saint-Sylvestre » signés le 31 décembre 2016.

À l’issue de ces accords, l’opposition doit proposer un candidat au poste de Premier ministre. Le nom de Félix Tshisekedi est souvent mentionné.

En mars 2017, Pierre Lumbi est nommé président du Conseil des sages du Rassemblement de l’opposition, et est co-président du Rassemblement avec Félix Tshisekedi.

Le 7 avril 2017, c’est finalement Bruno Tshibala qui est nommé Premier ministre de la République démocratique du Congo, ce qui fait perdurer les divisions au sein de l’opposition.

3)Élection présidentielle de 2018

Fin mars 2018, Félix Tshisekedi est élu à la présidence de l’UDPS-Tshisekedi. Il est aussi désigné candidat pour représenter le parti lors de l’élection présidentielle prévue pour décembre 2018. Il passe un accord électoral avec Vital Kamerhe, président de l’Union pour la nation congolaise, qui retire sa candidature en faveur de Tshisekedi. Il fait campagne avec son colistier au sein de la coalition Cap pour le Changement (Cach). En août, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) valide la candidature de Tshisekedi à l’élection présidentielle. Lors du dépôt de celle-ci, il aurait joint à sa candidature un diplôme en communication et marketing obtenu à Bruxelles. Cependant, ce diplôme s’est avéré être un faux, ce que la ville de Bruxelles a confirmé officiellement dans un communiqué.

Le 30 décembre 2018, il est élu président de la République démocratique du Congo. Le 10 janvier 2019, la commission électorale proclame les résultats provisoires des élections. Seuls 18 329 318 votants se sont exprimés lors de ce suffrage, soit 47 % des 40 millions d’électeurs congolais susceptibles de voter. Avec 7 051 013 de voix, soit 38,57 % de votes valablement exprimés en sa faveur, Félix Tshisekedi devance Martin Fayulu et ses 6 366 732 voix. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du parti du Président sortant occupe la troisième place avec 4 357 359 voix. Si les résultats devaient être validés par la Cour constitutionnelle, Félix Tshisekedi deviendrait le nouveau président de la République démocratique du Congo, succédant à Joseph Kabila et opérant ainsi la première transition démocratique du plus grand pays d’Afrique centrale.

4)Controverse électorale

L’élection présidentielle est très controversée en raison des soupçons de fraude électorale. Dès l’annonce des résultats, ceux-ci sont vivement contestés par Martin Fayulu qui revendique 61 % des voix et les résultats sont mis en doute par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), annonçant par ailleurs que ces derniers ne correspondent pas aux résultats collectés par ses 40 000 observateurs sur le terrain. Le 12 janvier, Fayulu dépose un recours devant la Cour constitutionnelle. Le 15 janvier, des fuites de documents de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) viennent corréler ces affirmations. Les résultats obtenus par RFI, le Financial Times, et TV5 Monde, issus de résultats compilés par la Céni et la Cenco, montreraient une victoire de Fayulu. Fayulu obtiendrait entre 62,8 % et 73,61 % des voix, Shadary entre 7,90 % et 17,99 % et Tshisekedi entre 15 % et 17 %.

Entre-temps, les résultats des législatives sont proclamés en avance, donnant une très large majorité des deux tiers à la coalition du gouvernement sortant, le Front commun pour le Congo (FCC), augurant une cohabitation qui rendrait caduc l’alternance.

En effet, le Président et le gouvernement sortants sont accusés d’avoir, devant l’impossibilité de faire élire leur candidat, choisi de faire gagner le candidat de l’opposition le moins hostile au régime. Un accord aurait ainsi été conclu entre Félix Tshisekedi et Kabila, attribuant au premier la présidence, et au second le contrôle du gouvernement et de plusieurs secteurs régaliens via une mainmise sur l’Assemblée nationale et les assemblées provinciales. Le contrôle de ces dernières, dont les membres procèdent à l’élection du Sénat, permettrait au Président sortant, sénateur à vie, de conserver une partie du pouvoir.

En janvier 2019, après rejet des recours, Félix Tshisekedi est proclamé vainqueur de l’élection présidentielle par la Cour constitutionnelle, et prête serment. Il devient ainsi le cinquième président du pays, et le premier à accéder au pouvoir par le biais d’une alternance pacifique.

Dans la nuit du 19 au 20 janvier 2019, il est proclamé élu président de la République par la Cour constitutionnelle. Fayulu s’autoproclame président élu et appelle la communauté internationale à ne pas reconnaître cette décision. La SADC, l’Afrique du Sud, le Burundi, le Kenya, la Namibie et la Tanzanie sont les premiers pays à adresser leurs félicitations à Tshisekedi

5)Président de la République

Son investiture a lieu le 24 janvier 2019. Il s’agit de la première transition pacifique dans le pays. Il prend ses fonctions le 25 janvier. Tshisekedi succède à Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001. Après son départ du pouvoir, Kabila prend le titre de « président honoraire » et devient sénateur à vie. Il conserve sa résidence présidentielle baptisée « GLM ». Les élections législatives et provinciales de 2018, puis les élections sénatoriales de 2019, voient sa coalition sortante, le Front commun pour le Congo (FCC), remporter la majorité des postes à l’Assemblée nationale, au Sénat et dans les provinces. Ces élections sont controversées en raison d’accusations de fraude électorale en faveur du camp de l’ancien président et il est soupçonné de manœuvrer dans l’ombre pour garder le contrôle du pouvoir au détriment du nouveau président Tshisekedi.

Le 20 mai 2019, Félix Tshisekedi nomme Sylvestre Ilunga, membre du PPRD et directeur général de la Société nationale des chemins de fer du Congo depuis 2014, au poste de Premier ministre après des mois de négociations avec l’ancien président Kabila. Les négociations pour la formation du nouveau gouvernement durent encore plusieurs mois en raison de divergences entre les camps du président et de son prédécesseur. Le 14 août 2019, une première mouture du gouvernement est rejetée par le président de la République à cause du non-respect de la parité. Finalement, dans la nuit du 26 août 2019, Sylvestre Ilunga dévoile l’équipe de 65 membres qui compose le nouveau gouvernement. Outre le Premier Ministre, celui-ci est composé de 65 membres dont 5 vice-premiers ministres, 10 ministres d’état, 31 ministres et 17 vice-ministres. Sur ce total, 42 sont des membres du FCC, dont notamment les titulaires des ministères de la Défense nationale, de la Justice et des Finances, contre 23 pour les membres de la coalition Cash de Félix Tshisekedi. Près de 77 % des membres du nouveau gouvernement n’ont alors jamais occupé de place dans un gouvernement congolais. Peu paritaire, malgré les exigences de la loi, le gouvernement est composé d’une femme ministre des Affaires étrangères Marie Tumba Nzeza, membre de l’UDPS, parti qui empoche également le ministère de l’Intérieur. Le gouvernement prend ses fonctions le 6 septembre suivant. Il devient en août 2019 le premier président de la RDC à participer à la TICAD, la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, créée en 1993.

Dans une interview à TV5 Monde et au Monde dans l’émission « Internationales » le 22 septembre 2019, Félix Tshisekedi refuse de remplacer bon nombre de fonctionnaires présumés corrompus ou encore présumés responsables de crimes contre l’humanité.

Il tient son premier discours sur l’état de la Nation le 12 décembre 2019 devant les deux chambres réunies en Congrès.

Félix Tshisekedi est élu en février 2020 premier vice-président de l’Union africaine pour 2020 et président de cette organisation en 2021.

Le 8 avril 2020, Vital Kamerhedirecteur de cabinet et principal allié politique du président Félix Tshisekedi, est placé en détention provisoire à la prison centrale de Kinshasa. Il est accusé de détournement des fonds publics du programme des 100 jours du chef de l’État et comparait le 11 mai 2020 devant le tribunal de grande instance. En mai 2020, la demande de libération provisoire de Vital Kamerhe est rejetée et il reste en détention jusqu’à la prochaine audience fixée au 3 juin 2020. Très suivi, le procès est diffusé par la télévision nationale. Le 20 juin 2020, Vital Kamerhe, est condamné à 20 ans de travaux forcés, 10 ans d’inéligibilité et d’interdiction d’accès aux fonctions publiques, pour « détournements, corruption aggravée et blanchiment d’argent », par le Tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe. Son coaccusé, l’homme d’affaires libanais Samih Jammal, est condamné aux mêmes peines, avec une mesure d’expulsion vers le Liban à l’issue de leur exécution. Ce tribunal ordonne aussi la confiscation des comptes et propriétés de membres de la famille de Vital Kamerhe.

Des tensions resurgissent en juillet 2020 au sein de la coalition, entre les camps Kabila et Tshisekedi au sujet de diverses nominations dans l’armée, la commission électorale et la cour constitutionnelle.

En décembre 2020, les tensions restant fortes entre le FCC et Cach ; Félix Tshisekedi déclare qu’elles empêchent la mise en œuvre du programme sur lequel il a été élu. Il annonce alors la nomination d’un « informateur » dont le rôle est de former une nouvelle majorité à l’Assemblée pour appuyer les réformes prévues dans son programme. Le 1er janvier 2021, il annonce avoir choisi Modeste Bahati Lukwebo pour remplir cette tâche. Félix Tshisekedi parvient à rallier à lui nombre de députés du FCC de Kabila et à isoler politiquement ce dernier. La majorité parlementaire est reconfigurée et une nouvelle majorité dite d’« Union sacrée » est formée, rassemblant désormais 391 des 500 membres de la chambre basse. Ainsi, le bureau de l’Assemblée nationale et sa présidente Jeannine Mabunda sont destitués le 10 décembre 2020. Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est l’objet d’une motion de censure signée par 301 députés et déposée à l’assemblée nationale. Il est reproché à lui ainsi qu’à son gouvernement d’avoir échoué dans la mise en œuvre du programme de gouvernement pour lequel ils ont été investis. Le 27 janvier 2021, sur convocation du bureau d’âge de l’assemblée nationale, les députés ont voté en majorité en faveur de la motion de censure. Sur les 382 députés présents à l’ouverture de la séance, 367 se sont prononcés en faveur de la chute du Premier ministre et de son gouvernement, 7 députés ont voté contre, 2 se sont abstenus et 1 bulletin nul. Le 15 février 2021, le président Tshisekedi nomme Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge comme nouveau Premier ministre. Le gouvernement est investi le 26 avril suivant.

Félix Tshisekedi devient président de l’Union africaine le 6 février 2021. Il lance par la même occasion le 25 mars 2021 le grand prix panafricain de littérature qui doit récompenser les écrivains africains sur le sol africain avec une dotation de 30 000 dollars en marge du sommet des chefs d’État et le grand prix congolais du livre pour récompenser les écrivains et éditeurs congolais Le 30 avril 2021, le président Tshisekedi déclare l’état de siège dans les provinces orientales de l’Ituri et du Nord-Kivu, en raison de l’aggravation des violences commises par les groupes armés

3.L’état actuel des relations entre Tshisekedi et Kagame 

Après sa victoire, le nouveau président congolais Félix Tshisekedi a été félicité par différents présidents mais pas par le président rwandais Paul Kagame, qui avait exprimé de « sérieux doutes » sur sa victoire aux élections du 30 décembre 2018. Président sortant de l’UA, M. Kagame avait demandé le 17 janvier à la Cour constitutionnelle de la RDC la “suspension” de la proclamation des résultats, le temps d’envoyer une délégation à Kinshasa. Dans l’entretemps, Kinshasa accuse toujours Kigali de piller ses ressources naturelles

Soucieux de sauvegarder ses intérêts politiques et son plan macabre de s’approprier le territoire congolais, Kagame s’est vite ressaisi et a soutenu Tshisekedi malgré ses précédentes réserves. Ainsi, l’année 2020 fut marquée par des relations de bon voisinage au beau fixe Kagame espérant continuer de piller ce pays et considérant comme les autres Tshisekedi comme un apprenti politicien qui n’y ferait rien.Ainsi, il en profite pour multiplier des rencontres avec lui sur les questions de sécurité de la région.

le piège de Kagame n’a pas tardé à être démasqué ou le président Tshisekedi le savait mais se taisait attendant un moment propice-jusqu’aux dates du 16-17 mai 2021 ou le président Tshisekedi lui fit une surprise inattendue en cassant le mythe face à un Kagame qui le déconsidérait politiquement et s’arrogeait la place d’un porte parole de la région grâce à sa politique de mensonge entretenue pendant près de 30 ans.

Parmi les objectifs du périple de Kagame, il y avait le rejet de ses responsabilités pénales dans les tueries qui ont endeuillé la region alors que c’est lui qui les commandite depuis 1996; faisant le marketing de son pays par le genocide et rejetant le mapping report; se targuant d’être la solution à l’insécurité dans l’est du Congo alors que tout le monde sait que c’est lui qui en est l’origine.

ses plans n’ont pas tenu comme il s’y ‘attendait car alors qu’il comptait rentrer en vainqueur, il fut déçu notamment en rencontrant le president Tshisekedi qu’il considère comme son fils car ce dernier le surprit en lui demandant de remettre les criminels qui ont commis les massacres en RDC alors que c’est lui le premier criminel, comme s’il lui demandait de se rendre à la justice.

rappelons que parmi les charges contre Kagame, il ya non seulement les massacres des citoyens congolais mais aussi le pillage des ressources minières de ce pays et la violation de sa souveraineté.Ces propos de Tshisekedi ont surpris tout le monde surtout ceux qui n’étaient pas au courant de ce que Kagame avait fait en RDC et le fait que Tshisekedi n’avait pas eu l’occasion avant de démontrer sa position face aux crimes commis par son homologue rwandais déclara au monde qu’il ne soutenait point un criminel et que cela n’est pas dans sa nature.

Depuis lors, tous les medias congolais désapprouvent le comportement de Kagame qui a dénié les crimes commis en RDC et le considèrent comme un cynique tyran qui veut tourner l’épée dans leurs plaies.Entre autres journaux, LE PHARE écrivit qu’ils n’oublieront jamais les propos de Kagame par lesquels il les blessait les congolais en rejetant la responsabilité dans les crimes ignobles qu’il a perpétrés dans leur pays.

Conclusion

Le président Tshisekedi devient désormais le pourvoyeur de la paix, le progrès dans son pays et dans la région en général.Ce politicien qui avait été pris comme un apprenti, un débonnaire naif est en train de témoigner au monde de son talent d’homme de parole; de patriote et qu’il se désolidarise avec les menteurs; un vrai démocrate.

En accédant à la magistrature suprême de son pays, il fut directement approché par Kagame qui le leurrait de ses mensonges mais à Paris il vient de casser la coquille en démasquant tous ses mensonges et lui déclarant ouvertement qu’il ne peut couvrir les crimes que ce dernier a commis.Les congolais en particulier et la communauté internationale en general demandent que les auteurs des crimes contre l’humanité commis dans leur pays sont traduits en justice. Tshisekedi peut devenir inattendument la solution aux congolais, aux rwandais et à l’Afrique en général.

LEAVE A REPLY