Kigali, le sommet de la honte (CHOGM 2022)

Dans cette nouvelle émission, j’explique ce qu’est le Commonwealth tout en demandant pourquoi le Rwanda est membre de cette organisation et surtout pourquoi le sommet des chefs d’Etats et de gouvernements se tient à Kigali dans quelques jours (24 et 25 juin 2022).

2 COMMENTS

  1. Le sommet du Commonwealth au Rwanda est un événement pour Kagame et les siens. Il ne l’est sûrement pas pour les Rwandais.
    Ces derniers n’ont jamais été consultés quant à leur volonté de faire partie de cette organisation. C’est Kagame qui, unilatéralement a décidé d’enrôler le Rwanda dans un machin inconnu des Rwandais.
    Il est crié sur les toits que le Rwanda et conséquemment les Rwandais est membre du Commonwealth.
    Or, force est de constater que, sauf les enfants d’oligarques du régime qui font les études maternelles, primaires et secondaires et universitaires dédiées avec des programmes d’enseignements établis par le Royaume Uni, avant d’entrer dans une université britanniques et américaine en l’occurrence, les jeunes Rwandais qui entendent poursuivre leurs études dans les universités britanniques et américaines doivent préalablement passer l’examen en anglais.
    Résultat : très peu réussissent le test en anglais. Cela signifie que le Rwanda est membre d’une organisation dont la mission est de promouvoir la langue anglaise dans le monde mais l’anglais n’est pas la langue officielle de la majorité écrasante des Rwandais.
    Enfin, la démocratie, respect des droits de l’Homme et la bonne gouvernance sont entre autres des valeurs principales que le Commonwealth est sensé véhiculer et faire respecter par les Etats membres dont le Rwanda., sous peine de sanction comme en témoigne le cas Zimbabwe. La bonne gouvernance signifie le développement économique et social des Etats membres. La démocratie et le respect des droits de l’Homme sont intrinsèquement liés à l’essor économique et sociale de tout Etat. Elles constituent en quelque sorte sa pierre angulaire.
    Question, celle organisation œuvre-t-il dans l’intérêt des Rwandais ou que représente le Commonwealth ? Sur le respect des droits de l’homme, la démocratie et la bonne gouvernance, les faits sont macabres. Un statut particulier a été conféré à Kagame et les siens par les dirigeants du Commonwealth en l’occurrence la Secrétaire Générale actuelle.
    Le Commonwealth a accordé au Rwanda, un régime sui generis, unique et spécifique : le droit de bafouer comme bon lui semble les droits de l’homme ou droit fondamentaux des Rwandais, en toute impunité. Sur la bonne gouvernance, dès lors que Kagame a cédé son pays, le Rwanda, aux multinationales anglo-saxonnes ou la mafia internationale anglo-saxonne, la corruption et les détournements massifs de deniers publics en sus de la spoliation des Rwandais de leurs biens qui sont légion au Rwanda et devenus des méthodes de gestion du pays ne peuvent faire l’objet d’aucune critique de la part du Commonwealth. En clair, vider les caisses publiques des Rwandais et planquer les magots dans les banques anglosaxonnes ou les paradis fiscaux crées par celles-ci sont des actes normaux de gestion du Rwanda. Enfin, seul Kagame a droit de demander et d’exiger aux dirigeants du Commonwealth que tel ou tel journaliste ne peut venir ici au Rwanda couvrir l’événement ci-dessus indiqué. Ainsi, la Secrétaire Générale du Commonwealth a rejeté la demande d’autorisation formulée par certains journalistes pour venir ici au Rwanda couvrir ce sommet. Ces journalistes sont la liste noire des négationnistes du génocide dit des Tutsi qui a été établie par Kagame et les siens, le tout en commun accord avec les dirigeants de cette organisation. Les règles applicables à Zimbabwe ou à ses dirigeants sont inapplicables à Kagame et oligarques de son régime. Zimbabwe a été suspendu du Commonwealth pour violations massives des droits de l’homme et la mauvaise gouvernance. Le monde entier a entendu les propos scatologiques du premier ministre britannique l’endroit du Président actuel de Zimbabwe (dictateur sanguinaire).
    Il résulte de tout ce qui précède que, pour les Rwandais, le Commonwealth a perdu toute sa crédibilité et son intérêt. Le sommet de Kigali du 20 au 25 courant est un non-événement. Il doit être vu et considéré comme tel. Ce qui est encore étonnant, le fils de la reine, le Prince Charles, qui a remplacé son mère et accompagné de son épouse, n’a pas été accueilli, à sa descente d’avion, par Kagame et la première dame. Ils ont été accueillis par l’ambassadeur du Rwanda au Royaume Uni c’est-à-dire un haut fonctionnaire alors que le premier ministre et le numéro deux du régime étaient disponibles. Où était Kagame?

  2. Ce CHOGM n’est même pas une honte mais un non-événement pour les Rwandais car il concerne que Kagame et ses amis politiques et de la haute finance anglosaxons.
    Il ne concerne pas les Rwanda, car sur décision de Kagame, les Rwandais issus de la masse populaire étaient frappés d’interdiction de sortir de leurs lieux de résidence, les écoles d’enfants du Peuple étaient fermées, les motards étaient frappés d’interdiction de faire le travail qui leur fait vivre avec leurs familles, des milliers d’enfants de rue et de mendiants ont été raflés et jetés dans les prisons qui leur sont réservés. Etant précisé que les écoles d’enfants d’oligarques du régime étaient ouvertes et que ce sont ces écoles qui ont été présentées par le maître du Rwanda pour prouver que les Rwandais ont effectivement l’anglophonie par ma maîtrise de la langue anglaise. Cette supercherie a été avalée comme une baguette par les visiteurs de ces écoles.
    Plus grave encore, Kagame a interdit les visites des prisonniers y compris par les membres de leurs familles qui leur apportent de quoi manger tous les jours pour certains, le tout jusqu’ la fin de la kermesse. Et aucun mot que l’agression armée de l’armée de Kagame contre la RDC sur décision de celui-ci en sa qualité de commandant en chef.
    Au regard de ces faits, sous peine de soutenir que Kagame = Rwanda = Rwandais, il est cynique et incohérent de dire que le Rwanda a organisé le CHOGM ou le sommet du Commonwealth. Kagame n’est pas le Rwanda et celui-ci n’est pas Kagame. Celui-ci n’est pas les Rwandais et ceux-ci ne sont pas Kagame même s’il est un élément de l’ensemble. Kagame= Kagame, en l’espèce exclusivement personne physique et donc nullement Président du Rwanda car en cette qualité, il incarne les Rwandais et le Rwanda, Dans le cas présent c’est-à-dire entant que personne physique, il n’incarne nullement le Rwanda, la Maison commune des Rwandais. Il ne l’a pas prouvé.
    Alors que la majorité écrasante des Rwandais ne parlent même pas anglais approximatif, le monde entier a entendu une personne appelée Kagame, Président du Rwanda, prononcer son discours exclusivement en anglais.
    Il ne s’adressait pas aux Rwandais mais à ses amis. Par ailleurs une place particulière a été spécialement réservée aux business. La politique et la situation des Rwandais prétendument membres du Commonwealth étaient secondaires dans les échanges et discours de Kagame et ses invités.
    Bref, l’ordre du jour de ce CHOGM était axé sur la finance et le Président Russe, devenu une maladie obsessionnelle pour le Premier Ministre Britannique.
    Aussi, il est dit que le Commonwealth incarne certaines valeurs qui constituent son pilier angulaire et qui sont limpidement précisées dans la Charte de cette organisation. Elles ont pour effet de s’imposent à tous les Etats membres dont le Rwanda, organisateur de ce CHOGM. La Charte ne prévoit pas l’exception.
    Or, devant le monde entier, Kagame qui, au surplus, va diriger le Commonwealth pendant deux ans, a dit que ces valeurs sont, pour lui, dépourvues de sens. S’ils sont dépourvus de sens, cela signifie qu’elles ne s’imposent pas à son pays et encore mois à lui, qui dans son pays est à la fois, Président, juge et loi comme il ‘a clairement dit lui-même lors de sa réponse à la question posée par une journaliste de la BBC quand il parlé de Madame Ingabire Umuhoza et Rusesabagina. Il a avoué que c’est bien lui qui a ordonné leur emprisonnement et condamnation pour plusieurs années. Par ces aveux clairs, Kagame a dit à ses invités et aux médias du monde entier que dans son pays, les juges sont ses obligés.
    Il dirige actuellement le Commonwealth. Le Rwanda a intégré dans son droit interne les valeurs du Commonwealth ci-dessus évoquées, entre autres, la démocratie, les droits de l’homme, la liberté d’information, la bonne gouvernance.
    Dès lors que pour la Charte du Commonwealth est un vulgaire chiffon et que quiconque ne peut lui imposer de respecter ces valeurs du Commonwealth qu’il dirige, se pose alors les questions de savoir quelles valeurs va-t-il incarner ? Quelles sont les sanctions prévues en cas de méconnaissance de ces valeurs par Kagame en sa qualité de dirigeant de l’Etat Rwandais, du Commonwealth mais aussi de l’OIF (organisation Internationale de la Francophonie). Certaines valeurs fondamentales notamment celles inhérentes à tout Homme et à toute société humaine sont communes à notre pays, le Commonwealth et l’OIF.
    Sont membres du Commonwealth, Kagame et les ressortissants des Etats qui ont été invités par lui, au premier rang le Royaume Uni, sûrement pas les Rwandais comme en témoigne les faits de notoriété publique ci-dessus évoqués. Les Rwandais ne seront jamais en fait membre de ce machin qui, au demeurant n’est que continuation de la colonisation. Le Royaume Uni a colonisé certains Etats Arabes et les USA. Combien de pays arabe sont membres du Commonwealth ? Pourquoi, les USA ne sont pas membre de cette organisation ? Kagame peut-il prétendre être plus anglo-saxons que Biden ?
    La colonisation matérielle et mentale des Africains par les mundelés continuent nonobstant leurs niveaux de qualification. C’est Kagame, idole de certains africains ignorants du Centre et de l’Ouest en particulier qui est la honte de ce CHOGM et des Africains.

LEAVE A REPLY