Rwanda. Le drame des “ hutu de service” humiliés et torturés psychologiquement par le régime FPR de Paul Kagame qu’ils servent.

Par Muhire James

Introduction 

Depuis sa conquête militaire du Rwanda, le FPR de Kagame brandit des trophées des personnalités hutu pour clamer qu’il est venu pour mettre fin à la discrimination ethnique dont il accuse les régimes précédents qualifie de “hutu”. Dès juillet 1994, il a usé de ce subterfuge pour berner l’opinion mondiale en nommant un hutu  comme Président. Mais il s’avérera que le nigaud Pasteur Bizimungu n’était rien, car c’est Kagame comme Vice- Président et Ministre de la Défense qui détenait tous les pouvoirs. Kagame a même fini par le jeter en prison et à occuper  ouvertement le fauteuil de Président de la République.

Le cas de Pasteur Bizimungu est le plus connu car plus criant vu son rang. Mais d’autres “ hutu de service” ont été instrumentalisés ou le sont encore et en prime avec des consignes strictes de s’humilier publiquement et en permanence. 

C’est ce que nous allons relater brièvement dans cet article.

Quelques cas: 

Les gros poissons

1. Augustin Iyamuremye.

Celui-ci est actuellement Président du Sénat et donc protocolairement le numéro deux du régime après Paul Kagame. Mais son parcourt et son calvaire actuel ne sont pas enviables. Ce Docteur vétérinaire s’est lancé en politique dès la réinstauration du multipartisme en 1991. Il a adhéré au parti d’opposition le PSD C’est sur ce ticket qu’il fut nommé Préfet de la Préfecture Gitarama en 1992. Au démantèlement du Service Central des Renseignements ( SCR) qui de la Présidence ( pour fermer les yeux et boucher les oreilles du Président Habyarimana) passa sous la tutelle du Premier Ministre issu de l’opposition pro-FPR, le Dr Iyamuremye en devint le Directeur de la Sûreté Intérieure. C’est le poste qu’il occupait en avril 1994. Sur le plan personnel et familial Augustin Iyamuremye est le gendre de Théodore Sindikubwabo , le Président de la République intérimaire d’avril à juillet 1994. L’épouse d’Iyamuremye est en effet l’une des filles de Théodore Sindikubwabo. Ce fait constitue le talon d’Achille du Dr Iyamuremye et le FPR sait très bien taper dessus et à tout bout de champ.

Ainsi, Augustin Iyamuremye est sommé de maudire son beau-père chaque fois qu’il prend la parole, sachant pourtant qu’il lui a sauvé la vie quand après avril 1994, le Président lui a fourni sa garde personnelle pour veiller à sa sécurité comme “ membre de la famille présidentielle”. Tout cela sachant très bien qu’il ne pouvait pas échapper à ceux qui combattaient le FPR qui savaient très bien que le même Iyamuremye espionnait pour le FPR quand il était Directeur du SCR, plutôt que de renseigner le régime et le Gouvernement qui l’avait nommé à ce poste.

Le comble de l’humiliation est que l’épouse du même Iyamuremye donc la fille du Président a.i Sindikubwabo, est obligée d’être une servante au domicile de la First Laddy Jeannette Kagame pour nettoyer et comme femme de ménage. Et en plus, celle-ci ( l’épouse d’Augustin Iyamuremye) est trimbalée partout au Rwanda et à l’étranger pour crier ce fait: “ Etre employée au domicile de Kagame alors qu’elle est la fille du “génocidaire Sindikubwabo”. Preuve selon elle , de la mansuétude et le pardon de Paul Kagame!

2. Bernard Makuza.

Cet ancien étudiant “ moyen”( pour ne pas dire médiocre) de la faculté de Droit à l’UNR Butare, fut sous le régime de Kagame longtemps Premier Ministre et même un temps Président du Senat. Sur le plan personnel et familial il est le fils d’Anastase Makuza, l’un des premiers universitaires rwandais et un des pères de la Révolution Sociale de 1959 qui a établi la Démocratie et la République en remplacement de la Monarchie féodale et l’hégémonie tutsi. Mais Bernard est aussi le cousin de Paul Kagame car sa mère, donc l’épouse d’Anastase, était une tutsi de la lignée royale et une des tantes de Kagame.

Le seul supplice infligé à Bernard Makuza en échange des privilèges que procure l’exercice du pouvoir au sommet de l’Etat, consiste à ce que chaque fois qu’il prend la parole en public, il doit maudire son défunt père le grand Anastase Makuza en l’accusant d’avoir été “ génocidaire” depuis 1959!

3. Pierre Damien Habumuremyi

Ce Self-made man et débrouillard, s’est enfui du Rwanda comme la plupart des hutu en juillet 1994. Il n’avait d’autre diplôme d’études que celui du cycle du secondaire. Mais il est rentré au Rwanda quelques années plus tard bardés de diplômes universitaires jusqu’à celui de “Doctorat” sans que l’on sache quelles universités il avait fréquenté ni dans quelles facultés il les a obtenu. Il sera remarqué par le FPR qui l’utilisera allant même à le nommer Premier Ministre. Après avoir été remercié à ce poste, il va se lancer dans les affaires en privé. Mais pour lui remettre à sa place et lui mettre une croix au dos avec laquelle il devra désormais monter son calvaire, il fut arrêté et jeté en prison pour une affaire de chèques sans provision. Il en sortira quelques mois plus tard par grâce présidentielle. Mais il est désormais sommé de chaque fois dans ses déclarations publiques ou quand il est requis par la presse du FPR, de se mettre à genoux en louant “la bonté et la miséricorde” de Paul Kagame qui l’a pardonné!

4. Boniface Rucagu

Rucagu est un vieux magouilleur de la catégorie de ceux qui mangent sur tous les râteliers ( Kurya ingoma zose) . Il a en effet occupé des postes politiques ou administratifs sous la Iè , la IIè République et surtout sous le régime du FPR. 

Sous-Préfet de la Sous-préfecture Kabaya( Ngororero) dans le Kingogo de Gisenyi, puis député du MRND jusqu’en juillet 1994, il est parmi les premiers que le FPR a nommé à la tête des préfectures après sa conquête militaire. Il sera ensuite Gouverneur, Chef de Itorero (  département d’endoctrinement et de création des milices du FPR)…

Aujourd’hui vieillissant, il a pour consigne stricte de brandir partout à tort et à travers, les symboles du FPR et l’image de Paul Kagame. Ainsi, il pousse le ridicule jusqu’à s’habiller du sous-vêtement à la cravate en passant par le pantalon et la chemise , des habits frappés du portait de Paul Kagame et qu’il doit exhiber fièrement ( même le caleçon et les chaussettes!).[ si possible mettre sa photo trouvable en ligne avec ces habits] 

5. Général Paul Rwarakabije

Cet officier issu de la 14è Promotion ESM était  Lt Colonel de Gendarmerie en 1994. Dans la jungle de la RDC ses collègues l’avaient choisi pour être leur “ Commandant en Chef” dans leur mission de veiller à la sécurité des milliers de réfugiés hutu abandonnés par le monde et donc sans substance ni défense. En 2010, Rwarakabije va les trahir en se rendant les bras levés au FPR qui l’embarqua vers Kigali. Delà pour les besoins de propagande le FPR va lui reconnaître le grade de Général-Major et en le nommant Commandant adjoint de la Réserve puis Chef des Prisons du Rwanda jusqu’à sa mise à la retraite.

L’humiliation et la croix que le FPR lui a donné pour porter toujours aussi longtemps qu’il vivra, est celui consistant à déclarer à chaque prise de parlole qu’il remercie l’APR dans toutes ces opérations militaires. Il ajoute même que si l’APR a  tué sa femme Pélagie et ses trois enfants en 1999, ceci était nécessaire pour démoraliser les” Abacengezi” que lui-même Rwarakabije était censé commander au moment des faits. Pélagie et les enfants qui se trouvaient chez leur père et grand-père, le très connu et respecté instituteur Mathias Rukebesha qui habitait à Busogo ( commune Mukingo-Ruhengeri) non loin du centre de négoce de Byangabo et sur la route Ruhengeri-Gisenyi, ont été massacrés par les soldats de l’APR opérant dans cette zone, dès qu’ils ont su qu’ils étaient la famille d’un officier des FAR .

6. Dr Venant Ntabomvura

Ce patriarche aujourd’hui nonagénaire, fut parmi les premiers étudiants de l’ Université Nationale du Rwanda ( UNR) qui venait d’être fondée en 1963. Comme étant déjà Assistant médical, il sera inscrit en faculté de médecine d’où il sortira avec le diplôme de “Docteur”. Sous la Iè et surtout la IIè République, il occupera plusieurs postes de responsabilité. Il sera Recteur de cette Université UNR, plusieurs fois Ministre et même Chancelier des Ordres Nationaux à sa retraite. Ce catholique pratiquant, pour avoir la vie sauve et bien finir ses jours, est obligé de blasphémer pour faire plaisir à Kagame et au FPR. 

Il ne cesse en effet de déclarer que Paul Kagame et Jésus Christ sont des “ vrais  jumeaux”. Autrement dit qu’il faudrait l’adorer comme on adore Jésus le Fils de Dieu et Dieu lui-même selon le dogme de la Trinité: Dieu le Père, Dieu le Fils et le Saint Esprit. Le Docteur Ntabomvura dans sa vieillesse ( démence?”) voudrais que l’appellation de Jésus soit remplacée par celle de Kagame dans toutes les incantations et prières des chrétiens!

7. Olivier Nduhungirehe

Le cas de cet ambitieux et arrogant garçon est symptomatique et tombe dans la catégorie de ceux que le FPR recherche pour les utiliser. Olivier est né quand son père Jean-Chrysostome Nduhungirehe était déjà ministre sous la IIè République. En 1994, il était encore aux études en Belgique. A la fin de celles-ci avec une Licence en Droit, il s’est vu pousser des ailes et a voulu exploiter ce petit diplôme et à tout prix. Il va ramper couvert très bas aux pieds des représentants du FPR en Europe jusqu’à se faire remarquer et se faire offrir un poste au Ministère des Affaires étrangères. De lè, ses courbettes seront couronnées de succès car il sera nommé Ambassadeur à Bruxelles pour représenter le Rwanda en Belgique et au  Luxembourg et auprès de l’Union Européenne. Son excès de zèle le propulsera au gouvernement du FPR comme” Sous-Ministre aux Affaires Etrangères chargé de l’East Africa Community”. Mais sa propension à exagérer et à vouloir paraître partout  avec le risque de commettre des bourdes monumentales, lui fera limoger du gouvernement. Apres quelques mois de purgatoire, il sera repêché pour être nommé encore Ambassadeur, mais cette fois-ci aux Pays Bas. C’est le poste qu’il occupe actuellement. Sa mission dans ce pays quasiment conquis politiquement par les Inkotanyi consiste à faire arrêter et extrader au Rwanda le maximum de cadres hutu qui ont trouvé asile en Hollande. 

Comme torture psychologique et humiliation le FPR l’oblige que chaque fois qu’il s’exprime sur les tueries d’avril 1994 à Kigali, il insiste pour dire que son petit frère Janvier que les Inkotanyi ont abattu devant la grille du domicile familial à Kicukiro, le méritait car selon lui “il était sur les barrières donc pour empêcher les Inkotanyi de prendre vite Kigali.” C’est sa mère qui est ulcérée quand elle entend ces élucubrations de son fils Olivier alors que c’est elle-même qui est sortie pour ramasser le corps de Janvier à la grille devant laquelle les Inkotanyi venaient de l’abattre alors que l’enfant venait à peine de sortir de la maison.

8. Alain Mukurarinda

Celui-ci est de la même trempe que Olivier Nduhungirehe. Juriste de formation, il fut un moment procureur mais spécialement avec pour mission de charger Victoire Ingabire qui venait de débarquer au Rwanda pour faire inscrire son parti et se présenter à la prochaine élection présidentielle.  Après cet exploit, ( faire condamner Victoire Ingabire à 15 ans de prison), Alain Mukuralinda qui ne cesse de s’en vanter, prit quelques années sabbatiques aux Pays-Bas où son épouse est cadre dans une Banque. Il vient d’être remis sur la scène politique par le FPR qui l’a nommé” Porte-Parole Adjoint du gouvernement” ( donc aux ordres de Mme Makolo du cercle réduit de la famille Kagame-Nyiramongi). 

Alain Mukuralinda est marié avec la fille de Félicien Gatabazi ancien Ministre des Travaux Publics assassiné en février 1994 par des tueurs du FPR qui l’ont filé après une réunion regroupant le FPR et les partis d’opposition alliés à lui ( MDR. PSD, PL) dans laquelle comme Secrétaire Exécutif du PSD,  il avait marqué son désaccord avec le plan proposé par le FPR pour la déstabilisations du pays.

L’humiliation à laquelle le FPR a condamné Alain Mukuralinda est de chaque fois affirmer que son beau-père le Ministre Felicien Gatabazi fut assassiné par les Interahamwe du MRND au grand dam de sa belle-mère qui elle connaît comment et par qui son mari fut assassiné.

9. Juvénal Marizamunda

Cet officier de la Police est un ancien des FAR car en 1994, il venait à peine de terminer sa formation à l’ESM et était versé dans la Gendarmerie comme Sous-Lieutenant. Après quelques mois d’exil en 1994, il retournera au Rwanda et le FPR va le réintreger dans la Gendarmerie d’abord et puis dans la Police qui l’a remplacée. Il a alors gravi tous les échelons et est actuellement Commissaire principal et chargé des Prisons du pays. 

Son calvaire à lui et son humiliation consiste à lui faire garder les prisons dans lesquelles croupissent son beau-père et même son fils, mais sans être autorisé à les voir. Bien plus, tous les crimes, sevices et tortures que les geôliers font subir aux prisonniers dans toutes les prisons du pays qui hébergent plus de 150.000 prisoniers ( le double de ce qu’en compte la France qui a 60 millions d’habitants et est vingt-cinq fois plus étendue que le Rwanda), sont mis sous sa réponsabilité alors que lui-même ne peut même pas voir un membre de sa famille emprisonné.

Les sous-fifres et rigolos

Et pour finir, signalons les cas de ces individus insignifiants mais dont le FPR a besoin pour réafirmer sa main mise sur le peuple jusqu’à rendre certains des sous-hommes sans aucune notion d’honneur ou de respect des parents.

Albert Rukerantare

Cet individu qui avant 1994 était un simple informateur du SCR dans la sous-prefecture de Kabaya, car il ne pouvait pas monter plus haut étant donné son niveau d’instruction ( Normale primaire),  a défrayé la chronique à Bruxelles comme à Kigali depuis les années 2000 jusqu’à ce jour. A Bruxelles il a commence à fonder une association dite” COSAR: Collectif du Six Avril 1994 au Rwanda”. Cette association entendait commémorer la date du 06 avril 1994, date de l’assassiat du Président Habyarimana par Kagame. Les lobbies du FPR et le penchant du gouvernement belge ont eu raison du COSAR qui s’est sabordé. Après, le même Albert Rukerantare a fondé un parti politique qu’il a vite quitté ou en a été chassé. C’est alors qu’il va faire allégeance au FPR qui n’en demandait pas tant. En Europe dans les messes de “ Rwanda Day” pour chanter les louanges de Kagame a l’occasion de ses visites, Albert Rukerantare allait désormais être placé  aux premieres loges. A Kigali à l’occasion des” Come and See” Albert va parcourir le Rwanda promettant de vanter de retour en Belgique, les bienfaits du FPR.  Pour impressionner , le FPR le présentait comme celui qui a été “ Chef des Renseignements sous Habyarimana”, alors qu’il n’était qu’un simple informateur et en milieu rural. Ce n’est pas tout, la propagande du FPR partant du fait que Albert Rukerantare fut un moment en liaison avec une des filles du Président Habyarimana après leurs divorces, ces services le présentent comme “ un des gendres de Habyarimana” et donc qu’il serait membre de “ l Akazu” dont il détiendrait des secrets. Et il ne dément pas.

L’humiliation et la croix qu’il doit porter tel que le lui a ordonné le FPR est de dire toujours que son père Rukera, détenu depuis plus de 20 ans et pour rien , mérite bien ce châtiment. En plus, quand il va au Rwanda, il ne doit pas aller le voir dans la prison de Ruhengeri ou il est détenu. 

Mais contrairement à d’autres qui tirent des bénéfices matériels et de prestige( titre ronflants dans l’administration) le pauvre Albert est inclassable car dans le Rwanda de Kagame où des Ingénieurs font les motards et les Masters en Economie vendent des cacahouètes dans la rue pour survivre, un diplômé de Normale Primaire, comme Albert Rukerantare est difficile à classer surtout qu’à son âge ( plus d’une soixantaine) plusieurs opportunités lui sont devenues inabordables.

Edouard Bamporiki

Celui-ci constitue une illustration caricaturale de la déshumanisation et le mépris du FPR envers les hutu conquis et soumis.  Bamporiki est en effet un des individus dans le monde sinon le seul à sortir du néant et à moins de 10 ans à devenir Ministre. En effet Edouard Bamporiki était comme il l’avoue lui-même un” creuseur de latrines”. C’est à dire qu’il a passé sa jeunesse à creuser des latrines pour fosses sceptiques et donc il passait ses journées souvent à plus de 10 mètres de profondeur et en sortait le soir tombé. Dans ces conditions il se situait loin des domaines de l’éducation livresque et donc du système scolaire classique. 

Mais dès la conquête militaire du Rwanda par le FPR, un talent inattendu va sortir Edouard Bamporiki du néant et donc des fosses sceptiques. C’est le talent de “ Clown et fou du Roi”  qui était en lui et qui s’est manifesté avec le FPR. Bamporiki va alors fréquenter la Cour royale en amusant Kagame, sa femme est leurs enfants… tellement qu’il a été nomme même Député sur le quota réserve à la jeunesse à  l’Assemblée Nationale. Son talent de clown va encore le propulser en avant . Il deviendra en effet , Chef de “ Itorero” c-à-d le Département du FPR chargé de l’endoctrinement, le lavage du cerveau et la formation des milices armées. Le jeune creuseur Mushi de Cyangugu sera même nommé “Ministre” même s’il vient d’être destitué pour des motifs obscurs. Mais force est de reconnaître que le parcours de cet illettré , creuseur de latrines et clown et amuser de la Cour est exceptionnel.

Comme dans d’autres cas , Edouard Bamporiki est sommé chaque fois qu’il s’exprime ou quand le FPR le lui demande, de maudire et insulter sa maman  qui lui avait  conseillé et en toute confidentialité qu’il devrait se méfier des Inyenzi-Inkotanyi qu’il ne connaît pas, et modérer son zèle, car sa probable chute serait aussi brutale comme a été son ascension fulgurante.

Voilà quelques cas illustrant la torture morale et psychologique que le FPR fait subir à ces hutu de service  qu’il nomme à certains postes. Peu de personnes au monde peuvent supporter cette humiliation et ce calvaire.

LEAVE A REPLY