Si Kagame se réserve le droit de poursuivre les FDLR en RDC, pourquoi les Congolais ne se réservent pas le même droit de poursuivre les M23 au Rwanda?

Le Président rwandais, Paul Kagame

Dans son discours de circonstance prononcé le 8/2/2022 à Kigali au siège du Parlement rwandais pendant les cérémonies de prestation de serment de deux nouveaux ministres récemment nommés au gouvernement rwandais, le Président Kagame a publiquement et violamment menacé d’envahir la RDC sous prétexte d’y poursuivre les FDLR . Voici seulement quelques extraits de son discours : « Tous nos yeux sont tournés vers le Congo.

Nous nous concentrons là-bas à cause des groupes armés basés là-bas qui nous menacent, y compris les ADF. Nous gardons un œil sur cette affaire et soyez assurés que nous finirons par régler ce problème. Nous utiliserons tous les moyens disponibles, y compris la persuasion et le consentement sur les solutions possibles. Mais quand quelqu’un franchit la ligne rouge, nous ne demandons permission à personne pour intervenir. Pour le moment, nous en sommes encore au stade de l’évaluation de la situation et de l’analyse de différentes options pour régler le problème. Si nous voyons que le Rwanda sera impacté par cette situation, nous interviendrons directement avec ou sans le consentement de toutes les parties concernées…Quiconque nous souhaite la guerre, nous la lui donnons. Nous avons des professionnels capables de l’exécuter. Notre doctrine est de faire la guerre en territoire ennemi en raison de la petite taille du Rwanda »

Un tel discours, de tels propos venant d’un président de la république comme Kagame qui est sérieusement soupçonné d’ailleurs d’être derrière les activités des forces négatives déstabilisant la RDC y compris les ADF, M23 et des groupes Mai-Mai, suscitent de nombreuses interrogations, des critiques voire des inquiétudes quant à la stabilité et la paix dans la région des grands lacs.

Alors que les forces armées Ougandaises (UPDF) en conjointes opérations avec leurs homologues congolais (les FARDC) sont depuis déjà deux mois en opérations militaires de démanteler les ADF et autres forces négatives opérant sur le sol congolais, le Président Kagame lui menace d’envahir le Congo quand il le veut.

Ce comportement du président Kagame donne également lieu de s’interroger sur les conséquences de tels propos, la réaction des autorités de Kinshasa en particulier et celui du peuple congolais en général. Est-ce que le gouvernement et le peuple congolais vont accepter une telle provocation? Est-ce que Kagame n’a pas vraiment dépassé la ligne rouge en tenant de tels propos? Pourquoi le président Tchisekedi ne lui répond pas? Est-ce que les ADF constituent réellement une menace pour la sécurité du Rwanda tel que veut l’affirmer Kagame? Ou bien, c’est juste un prétexte pour pouvoir envahir la RDC et piller ses ressources comme ça a été toujours le cas? Ou encore, n’est-il pas une stratégie de Kagame pour pouvoir massacrer les réfugiés rwandais Hutus qui avaient survécu au génocide commis contre eux par le même régime du président Kagame? Pourquoi Kagame veut s’ingérer dans le dossier des ADF alors que déjà l’UPDF & FARDC sont en train de les démanteler efficacement? Est-ce que Kagame n’a pas déjà fini d’envoyer ses troupes au Congo? Ou encore, pourquoi Kagame se croit-il être au- dessus de tout le monde, de toutes les nations, allant même jusqu’à se réserver le droit d’envahir le sol d’un Etat souverain?

Et bien, il ya beaucoup de questions à se poser mais je voudrais tout juste à travers cet article donner ma contribution afin de tenter de passer en revue de possibles réponses et analyses à de questions posées ci-dessus et, surtout de donner des idées/conseils au peuple congolais pour qu’il puisse se mobiliser et agir de façon efficace face à cette situation de menaces imminentes et ignobles de la part de Kagame.

C’est également encore une fois l’oportunité de montrer à la communauté internationale en géneral, et des dirigeants et peuple de la région des grands lacs en particulier, combien Kagame reste toujours une sérieuse menace pour la paix dans toute la région.

En tenant de tels propos, une chose est sûre; c’est que Kagame a franchi la ligne rouge et ce n’est pas pour la première fois qu’il agit de la sorte, surtout par rapport à la RDC. Ce n’est pas pour la première fois que Kagame dit publiquement qu’il peut unilatéralement attaquer/envahir un Etat souverain, qu’il peut frapper n’importe qui, même ses collègues présidents. Tout le monde se souvient des propos ignobles qu’il a tenu à l’encontre de l’ancien président tanzanien, Mr Kikwete.

Et dans la plupart des cas, quand Kagame tient de tels propos, il finit par les mettre en pratique. Il est donc fort probable que Kagame a déjà fini à envoyer ses troupes à envahir la RDC. Et, la raison derrière ça, c’est: (i) pour piller les ressources naturelles du Congo, (ii) pour exterminer quelques réfugiés Hutus survivant des massacres orchestrés par l’armée du même Kagame au Congo et documentés par le « Mapping Report », (iii) pour contrecarrer les actions militaires conjointes FARDC-UPDF pour qu’ils ne démantelent pas définitivement ces groupes armés justement soutenus par Kagame (ADF,Mai-Mai,Red Tabara…) plutôt que de poursuivre les ADF et FDLR car en aucun cas, ce supposé groupe ADF-FDLR ne constitue pas pour le moment aucune menace pour la sécurité du Rwanda.

Alors, face à une telle menace du Président Kagame, un tel mépris, c’est tout d’abord au gouvernement Congolais qu’incombe la responsabilité de demander des explications à Kagame sur ses propos, en utilisant toutes les voies possibles (que ce soient diplomatiques ou autres…). Le président Tchisekedi doit signifier haut et fort à son homologue Kagame que ses propos/actions sont ignobles/inacceptables.

Souvenons-nous tout de même que le gouvernement Congolais n’avait rien fait quand l’Ambassadeur du Rwanda en RDC, Mr Vincent Karega a récemment minimisé les massacres des Congolais de Kasika (en Août 1998) dans lesquels Kagame est sérieusement impliqué.

La deuxieme instance à qui incombe la stricte responsabilité de condamner/faire face aux propos du président Kagame c’est la classe politique congolaise en géneral (le parlement,les parties politiques d’opposition, les différentes coalitions politiques,…). C’est très louable qu’il y en a quelques haut politiciens congolais qui ont déjà publiquement condamné les propos du président Kagame. Dans cet ordre d’idees, la déclaration publique de l’Honorable IRACAN GRATIEN DE SAINT-NICHOLAS est à apprécier. Il faut que les autres lui emboîtent le pas.

La Société civile, les journalistes et la population en général doivent en fin aussi faire face à ces propos, que ce soient par des manifestations, des articles publiés, des messages à travers les réseaux sociaux/les radios….

La communauté internationale doit aussi intervenir pour empêcher le président Kagame d’exécuter ses barberies et surtout de lui donner un dernier avertissement pour qu’il n’ose plus à tenir de tels propos dans le futur.

Les collègues de Kagame aussi (surtout ceux des pays voisins- des organisations comme l’EAC, la CEPGL,….) doivent également réagir et signifier fort à Kagame que c’est lui le principal obstacle à la paix dans la région.

Disons pour conclure cet article, que Kagame, en tenant ces propos n’a respecté ni la loi internationale, ni la souveraineté du Congo. Alors, permettons-nous de nous/vous (lecteurs de cet article) demander, si Kagame dit qu’il va attaquer le Congo prétextant qu’il poursuit les FDLR, qu’est-ce qui va se passer si Tchisekedi lui aussi répond à Kagame qu’il peut attaquer le Rwanda à la poursuite des combattants du M23 dont le monde entier sait qu’ils ont mené une guerre sanglante à l’Est de la RDC depuis longtemps et que ses combattants sont hebergés & soutenus par Rwanda? A chacun (lecteur) sa réponse/son analyse!

JMV MINANI
11.02.2022

1 COMMENT

  1. Depuis la nuit des temps, pour exiger le respect, l’homme doit prouver qu’il le mérite. A défait, même son chien ne peut le respecter.
    Kagame, à l’instar d’Israël à l’égard des Palestiniens ou de la Palestine, pense disposer du droit d’intervenir militairement en RDC quand il veut et comme il l’entend, en toute impunité. Il l’a maintes fois fait sans conséquence aucune, au vu et au su des Congolais. Etant précisé qu’il est dit que la RDC est un Etat indépendant et a un président, un parlement et une armée.
    Kagame a créé, formé, armé et financé des milices pour semer la mort et la terreur dans le Kivu. Kivu fait partie intégrante de l’Etat Congolais et par conséquent les Kivutiens sont des Congolais. Ces milices sont commandées par les soldats de l’armée de Kagame et donc par Kagame, commandant en chef de l’armée de son pays. Des milliers de soldats rwandais sont en RDC depuis plusieurs années. La milice la plus connue est M23. Kagame pille les pierres précieuses de la RDC au vu et au su du monde entier. Le chef d’un Etat est garant au premier chef du respect de l’honneur et de la dignité de son pays d’une part et de la sécurité de son Peuple d’autre part. Plusieurs millions de morts, femmes, enfants et hommes de tous âges congolais du Kivu. Les auteurs de ces crimes sont autre Kagame au premier chef.
    Face à ces faits sans poussière et conséquemment établis, qu’ont fait les Président congolais à savoir Kabila fils et Tshisekedi?
    Kabila est un ex-soldat soldatesque de l’armée de Kagame. Il ne pouvait conséquemment pas agir contre le maître qui l’a fait et donc celui à qui il doit ce qu’il est devenu et ce qu’il est. La parfaite illustration est l’armada de moyens mis en oeuvre par le trio Kagame-Museveni-Kabila fils pour empêcher la création d’un tribunal pénal international ayant pour mission: rechercher et juger les auteurs des crimes de masse contre plusieurs millions de congolais.
    Quant à Tshisekedi, après sa prétendue élection ou son positionnement par Kabila fils à la tête de son pays, il est venu ici au Rwanda. Il est allé se prosterner devant les ossements des Rwandais réduits aux seuls Tutsi. Ce qu’il n’a pas fait pour des millions de morts congolais. Ce qui signifie que pour lui, les victimes tutsi méritent plus de compassion, de respect et de justice que les victimes congolaises. Devant Kagame et des Rwandais, il s’est publiquement engagé de ne faire quoi que ce soit susceptible d’entacher ses liens avec Kagame dits liens entre la RDC et le Rwanda. Il a dit qu’il faut oublier des millions de morts congolais et regarder l’avenir. Ce qui veut dire que pour lui, ces millions de victimes ne signifient rien ( voir son discours sur la toile et dans tous plusieurs journaux congolais).

    Aussi bien sous Kabila que sous Tshisekedi, la RDC n’a émis aucun mandat d’arrêt des bouchers de millions de Congolais du Kivu qui sont pourtant vautrés au chaud ici au Rwanda. Pire encore,Tshisekedi a rencontré officieusement certains d’entre eux dont Nkundabatware qui vit aussi à Kigali sans être inquiété outre mesure.
    Par contre, sur demande de Kagame, il a livré comme des colis avariés certains éléments du FDLR à Kagame.
    Et pour prouver sa bonne foi, à la demande de Kagame, Tshisekedi a donné l’ordre à ses soldats de massacrer des misérables réfugiés Hutu rwandais dépourvus de moyens de défense qui vivent dans son pays. La grande majorité des réfugiés Hutu était des enfants nés en RDC qui vivaient et vivent dans des conditions infra-animales. Le monde entier a vu des images insoutenables des victimes majoritairement enfants dont plus de 80 bébés de moins de deux ans qui sont tombés sous les balles des soldatesques de l’armée congolaise, brûlés vifs et des femmes et petites filles de moins de dix ans violées. Le corps de Tshisekedi est imbibé pour toujours du sang de ces réfugiés Hutu Rwandais. L’ironie du sort est que le fameux M23 est toujours actif. Ses actions en RDC a fait la Une d’actualité. Kagame fait toujours ce qu’il dit, surtout qu’il sait qu’il n’y a aucune conséquence de quelque nature que ce soit. Il agira le moment opportun n’ont pas pour neutraliser les FDLR comme il l’a dit mais pour montrer à Tshisekedi, au fond aux Congolais, qu’il peut agit comme bon lui semble à l’endroit de leur pays. Il lance donc un défi à Tshisekedi. A celui-ci de le relever. Ce qu’il ne peut sûrement pas faire. Il ne peut même pas oser régir sur les propos méprisants de Kagame à son endroit. Ce que l’on appelle parlementaires congolais ont observé le silence. Il en a été de même des opposants politiques. Il viendra se prosterne devant Kagame.
    r

LEAVE A REPLY