Rwanda: Une économie bâtie sur le sable!

Par RUGEMINTWAZA Erasme.

« RwandAir n’est pas beaucoup rentable, mais c’est un levier de l’économie », a déclaré le Ministre des Finances et de la Planification du Rwanda, M. Uzziel Ndagijimana. Selon Nicholas Norbrook, dans theafricanreport.com, le Rwanda nourrit de grands espoirs pour RwandaAir, une information qui surprend plus d’un car le Ministre des Finances et de la Planification M. Uzziel Ndagijimana rapporte un bilan désastreux dans ces dernières années. Le Ministre a par ailleurs déclaré que le Rwanda a augmenté le budget du tourisme mis sous l’épreuve par le coronavirus. Cette lueur d’espoir pour RwandAir émanerait  probablement  de son partenariat avec Qatar Airways.

Cela est plus que surprenant car RwandAir n’est pas une propriété privée du gouvernement du Rwanda. Selon Le New York Times de février 2020, deux mois après que Qatar Airways ait  acheté 60% d’actions dans l’aéroport international de Bugesera, les compagnies aériennes publiques du Qatar ont aussi acheté 49% d’actions de RwandAir. Cependant, le Ministre rwandais des Finances, Uzziel Ndagijimana, se réjouit du rôle majeur que RwandAir jouera dans l’économie du pays et que le Rwanda ait augmenté le budget 2020/2021 de l’entreprise pour laquelle il n’a pas tous les droits. Voici le hic !

Le Ministre rwandais des Finances reconnaît que l’économie rwandaise a été dévastée par les effets du coronavirus dans tous les secteurs économiques, plus particulièrement l’industrie du tourisme. Mais dans l’effort pour faire face à la crise provoquée par le coronavirus, le gouvernement a décidé d’investir 100 millions de dollars au cours des deux prochaines années dans le secteur privé. « Et nous prévoyons de le doubler », a déclaré Ndagijimana. «Au moins 50 millions de dollars seront alloués aux hôtels ». «‘’Nous avons autorisé les banques à restructurer leur politique de dettes, à augmenter la maturité jusqu’à 15 ans et à prévoir trois ans de différé d’amortissement et à réduire le taux d’intérêt», a-t-il ajouté. Cela montre combien le Gouvernement concentre beaucoup d’efforts dans le secteur du tourisme pourtant très tributaire des étrangers. Qu’en est-il des secteurs économiques de la classe moyenne?

Le gouvernement a également majoré de plus de 145 millions de dollars, le budget de RwandAir pour 2020/2021, contre 122 milliards de francs rwandais de l’année passée. Ndagijimana dit que le transport était l’un des secteurs les plus vulnérables, mais que même si  RwandAir « n’a rapporté aucun bénéfice, il a, malgré tout  joué, un rôle majeur dans le développement ».  Bien que l’industrie du tourisme fût en plein essor avant l’épidémie, « RwandAir facilite l’exportation des produits manufacturés localement de bonne qualité ainsi que le transport des produits horticoles vers l’Europe ». Et lorsqu’il n’y avait plus de voyageurs, RwandAir aidait à  l’importation du matériel médical essentiel, tel que du matériel de vaccination et du matériel de test de coronavirus. Ici, le ministre tient à souligner que même si la société ne rapporte pas d’intérêts, elle a encore des taches à faire, c’est pourquoi le gouvernement doit investir. Quel paradoxe! Selon RwandAir-Wikipedia, la société était toujours déficitaire depuis de nombreuses années, selon les rapports budgétaires du gouvernement.

Le partenariat entre RwandAir et Qatar Airways vise à augmenter la capacité afin que la compagnie ne tombe pas dans la même situation difficile qu’ont connue Kenya Airways ou South African Airways. «Nous sommes dans les dernières étapes des négociations, et la société va continuer à faire beaucoup de voyages et ainsi générer de plus en plus de bénéfices», déclare Uzziel. Il a déclaré que le gouvernement rwandais est le plus gros actionnaire dans RwaandAir, puisqu’il en détient 51%. Ces actions sont-elles vraiment si différentes avec seulement 2% de différence ? De plus, économiquement, on ne peut pas dire qu’il y ait un partenariat d’autant plus que les actionnaires de l’entreprise partagent les bénéfices en fonction de leurs actions. Peut-on croire que le Rwanda bénéficiera de RwandAir avec une participation de 51% d’actions ? C’est la richesse du pays qu’on cède à autrui ! Est-il vraiment nécessaire d’investir beaucoup d’argent dans une société dans laquelle le Rwanda ne détient que la moitié des actions ? Ou il y a un agenda caché?

Qatar Air investit également dans le nouvel aéroport international de Kigali. Le projet de construction a continué de prospérer malgré l’épidémie. Ceci se fait afin de répondre aux exigences de la préparation du conseil du Commonwealth prévu en juin 2021. D’ici 2022, le nouvel aéroport devrait avoir la capacité d’accueil de sept millions de passagers par an, contre un million actuellement. Dans l’entretemps, RwandAir continue de s’étendre et est récemment devenu le premier avion africain à tester l’espace aérien international pour apporter des vaccins sous les auspices de l’IATA, indiquant ainsi que le gouvernement est prêt à ouvrira ses frontières. 

Le Ministre Ndagijimana, affirme que la reprise économique ne dépend pas seulement du tourisme. En 2020, lorsque le Rwanda a réglementé le confinement à partir de mars, le chiffre de croissance du PIB du deuxième trimestre était de -12,4%. ‘’Nous n’avons jamais connu cela sauf pendant le génocide’’, dit-il. Une reprise progressive a été observée dans l’industrie et commerce, avec une croissance de -3,4% au troisième trimestre. « Nous n’avons pas de chiffres pour le dernier trimestre, mais nous espérons qu’il y eu un changement positif notoire », déclare le ministre des Finances.

Une priorité immédiate – outre l’investissement dans le secteur privé – est d’assurer la sécurité alimentaire, en investissant dans le domaine agricole. « Le gouvernement a renforcé la sécurité sociale pour aider les gens à sortir de la pauvreté après la suspension impromptue des activités, en leur rassurant les besoins de base, comme la nourriture et autres », dit Ndagijimana. Le budget national a également alloué de fonds supplémentaires dans le secteur de la santé.

Tout cela nécessite des fonds supplémentaires: Ndagijimana a demandé au parlement rwandais d’augmenter le budget de 7% soit 3,4 milliards de francs rwandais. Après avoir reçu une dette 28 millions du FMI en 2020, le gouvernement prévoit augmenter l’endettement de 5,6% en 2021. 

Que dire? L’économie rwandaise repose sur les entreprises pourtant privatisées et l’accumulation des dettes ! Ceci est ressorti de ce que le Ministre des finances qui pourtant tentait de convaincre le public sur la croissance économique du pays, a dévoilé. Ce qui est archi-faux !  Ce sont là, les discours habituels du gouvernement rwandais qui tente toujours de redorer l’image de l’économie du Rwanda qui pourtant est bâtie sur le sable ! D’aucuns appellent cela « techniquer » (Mot miraculeusement proposé à l’académie française par la Secrétaire Générale de l’OIF, Louise Mushikiwabo, une rwandaise qui s’illustra, comme ses paires du gouvernement rwandais, dans la pratique de « techiniquer » et qui signifie falsifier les rapports !). Une seule question reste à poser : à quand tout cela ? 

LEAVE A REPLY