Où va l’argent du Rwanda? D’où vient la richesse de Paul Kagame ?

Le Président rwandais, Paul Kagame

Par Arnold Gakuba

Introduction

Dans cet article, deux questions principales sont posées : où va l’argent du Rwanda ? D’où vient la richesse de Paul Kagame ? The Rwandan a fait une exploration pour vous les horizons. 

Rwanda : bénéficiaire d’aides de plus grande taille 

Depuis plus de 20 ans, le Rwanda est l’un des premiers pays du monde  bénéficiaires de l’Aide Publique au Développement (APD). 

Graphique qui montre l’évolution de l’octroi de l’aide de développement au Rwanda 1960-2019 (en milliard US Dollar)

Sur la période de cinq années allant de 2013 à 2017, selon les dernières données de l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et proportionnellement à sa population, le Rwanda a été le troisième principal bénéficiaire d’aides étrangères sur l’ensemble du continent africain (hors pays en guerre, comme le Soudan du Sud, et hors très petits pays de moins d’un million d’habitants, essentiellement insulaires). Avec une enveloppe annuelle de 1,116 milliard de dollars en moyenne, il n’a été devancé, par habitant, que par le Liberia et la Sierra Leone (deux pays anglophones faisant partie des trois pays le plus pauvres d’Afrique de l’Ouest, avec le Niger). Le Rwanda a reçu 81 % et 91 % d’aides par habitant. 

Ces financements massifs que reçoit le régime de Paul Kagame sont principalement versés par les États-Unis et le Royaume-Uni, ce qui démontre bien que la Rwanda est particulièrement ‘ciblé ‘ par les aides américaines et britanniques. Compte tenu de la grande pauvreté qui frappe encore le pays (en dehors de sa capitale Kigali), de la très petite taille du territoire rwandais (qui rendrait facilement accessible l’intégralité du territoire, et bien plus facile la mise en œuvre d’une politique nationale de développement). La question qu’il convient de se poser légitimement est donc la suivante : où va l’argent?

Les rwandais bénéficient-ils de ces aides?

La réponse est claire et nette. Le Rwanda est l’un des pays les plus pauvres du continent, avec un PIB par habitant de seulement 773 dollars début 2019, selon les données fournies par la Banque mondiale. Un niveau plus faible que celui de nombreux pays d’Afrique subsaharienne pauvres en richesses naturelles, comme la Sénégal (1522 dollars, soit +97 %), le Mali (901 dollars, soit +17 %), le Bénin (902 dollars, soit +17%) ou encore la Côte d’Ivoire (1715 dollars, soit +122 %). Un écart très important avec ce dernier pays, mais qui n’a pourtant pas permis au Rwanda de réaliser une croissance économique supérieure ou égale sur les sept dernières années (période 2012- 2018).

De 2014 à 2018, des populations du sud et du nord-est du Rwanda ont été frappées par une grave crise alimentaire, suite à une sécheresse ayant également touché d’autres pays d’Afrique de l’Est. Cependant, le gouvernement rwandais a été le dernier des gouvernements de la région à reconnaître cette situation dramatique et à demander, en catimini en 2016, l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM, une des structures de l’ONU), préférant ainsi laisser se dégrader la santé d’une partie de la population plutôt que de faire connaître son échec à subvenir aux besoins les plus élémentaires des habitants du pays. Quelle attitude du régime qui se vente d’être populaire.

A la crise alimentaire qui a envahi le Rwanda ces dernières années et qui continue jusqu’aujourd’hui, s’ajoute à un autre problème structurel et touchant, à divers degrés, toutes les régions rurales du pays : celui de la malnutrition chronique des enfants de moins de cinq ans. Selon les dernières données disponibles (officielles et reprises par l’ONU), 37 % des enfants rwandais de cette tranche d’âge étaient frappés par ce problème en 2017.  Ceci explique bien la mauvaise utilisation des aides octroyées au Rwanda. Mais, au concret, que font ces aides ? 

En guise d’exemple, voici ce que font les aides octroyées au Rwanda pour le développement économique de sa population. D’après (https://www.musabyimana. net/), Paul Kagame dispose de deux jets privés via Crystal Ventures, une société appartenant au FPR dont le président est Paul Kagame. Chaque fois que Kagame voyage, ces avions sont loués par le gouvernement rwandais qui paye la société dont Paul Kagame est aux commandes. Une belle façon que Paul Kagame utilise pour piller le pays. La location de ce genre d’avion coûte une fortune. Pour avoir un ordre de prix pour ce genre de location, voici ce qu’indique le site https://www.aircharters erviceusa.com/ pour les avions de la catégorie Gulfstream:

Avion Capacité Vitesse de croisièreCoût par heure de volVol max par temps
Bombardier Challenger 85016 Passagers850 KM/H / 528 MPH$11,5005 heures
Gulfstream G30014 Passagers819 KM/H / 508 MPH$13,5006 heures
Gulfstream G55016 Passagers850 KM/H / 528 MPH$14,00014 heures
Airbus A31919 Passagers850 KM/H / 528 MPH$20,0008 heures
Boeing BBJ25 – 50 Passagers870 KM/H / 541 MPH$20,00012 heures

Comme il ressort du tableau ci-dessus, les prix affichés pour les avions Gulfstream (13.500$ pour 6 heures ou 14000$ pour 14 heures) donnent l’ampleur des dépenses faites à chaque voyage du président. A cela il faut ajouter les frais de restauration et d’hébergement. Dans son séjour à New York (USA) où il était allé assister à l’assemblée générale des Nations-Unies en 2011, Paul Kagame a logé dans un hôtel qui coûte 20.000 dollars la nuit. Quand il faut y ajouter d’autres frais occasionnés par toute une équipe qui l’accompagne : membres de la délégation, hôtesses de l’air, gardes du corps,…), le décompte total donne le tournis.

Sous-sol rwandais  et équivoque économique 

Depuis 2013, le Rwanda est le premier producteur et exportateur mondial de tantale, un élément stratégique extrait à partir d’un minerai appelé coltan. Le pays a exporté en 2013, 2 466 025 kg de tantale, soit 28% de la production mondiale. Selon les données de la Banque Nationale Rwandaise (BNR), le pays a enregistré en 2013, 226,2 millions $ de revenus miniers, 134,5 millions provenant uniquement du coltan. Cette exportation de minerais de serait-il un élément qui augmenterait le développement économique du Rwanda? Nonobstant, le Rwanda est parmi les dix pays les plus pauvres dans le monde avec 62.2% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté (1.90 dollar américain per jour). Où va réellement ce montant très énorme ? 

Pourtant, le sous-sol rwandais est très pauvre en coltan, dont la République Démocratique du Congo (RDC) détient, à lui seul, plus de 60 % des réserves mondiales (pourtant dispersées sur plusieurs continents). Ce paradoxe s’explique, simplement et tristement, par le pillage massif et systématique des riches naturelles de l’Est de la RDC, pays voisin du Rwanda. Cela explique bien la volonté de Paul Kagame de perpétrer l’insécurité à l’Est de la RDC. 

Paul Kagame : homme riche de l’Afrique

D’après le magazine économique américain Forbes, Paul Kagame a été placé parmi les tops 10 rois et présidents les plus riches de l’Afrique en 2019 avec un capital de 500 millions de dollar américain. A part le pillage des minerais de l’Est de la RDC, le président Paul Kagame s’enrichirait des aides de développement du Rwanda. Ceci fait que le pays tombe dans une pauvreté totale où une grande partie de la population vit dans une pauvreté extrême. Comme illustration, le Rwanda est l’un des pays les plus pauvres de la Communauté de l’Afrique de l’Est, à l’exception du Burundi avec 56,5% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté ; ce qui place le pays parmi les dix derniers pays pauvres du monde.

L’année 2020 ne fut pas facile pour le chef d’État mais les millions d’euros engrangés seront une douce consolation. Paul Kagame, 63 ans, dominerait largement le classement des « chef d’États les mieux payés en 2021 » avec des revenus estimés à près de 96 millions d’euros (Paul Kagame : Le chef d’État le mieux payé du monde en 2021 – Médiamass (mediamass.net). En 2018 la carrière du chef d’État semblait au point mort. Le retour au sommet en est d’autant plus spectaculaire. Selon le magazine économique américain People With Money et sa très attendue liste des « chef d’États les mieux payés du monde » publiée lundi (1 mars), Kagame aurait amassé entre les mois de février 2020 et février 2021 la prodigieuse somme de 96 millions d’euros, sonnants et trébuchants. Une hausse de quasiment 60 millions par rapport à l’année précédente, de quoi lui remonter le moral.

Les revenus de Paul Kagame lui permettent ainsi de posséder d’immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et le très lucratif contrat publicitaire avec les cosmétiques CoverGirl, plusieurs restaurants à Kigali (dont la chaîne « Chez l’gros Paul »), deux jets privés via Crystal Ventures, un parfum « L’eau de Paul », autant de succès financiers.

Conclusion

Nous ne concluons pas sur ce sujet mais nous posons la discussion car l’éclairage de la population rwandaise sur la gestion du bien commun (du Rwanda) et les recherches en cette matière continuent.  The Rwandan ouvre maintenant les yeux a ceux qui se posaient la question de savoir où va l’argent du Rwanda, l’un des pays les plus endettés du monde ; lesquelles dettes devraient améliorer le niveau de vie des rwandais. On a aussi jeté un coup d’œil sur l’origine des richesses de l’homme fort de Kigali, Paul Kagame. Il est temps de se réveiller. 

LEAVE A REPLY