Rwanda: il urge d’accorder plus d’attention au sort des personnes âgées

Par The Rwandan Analyst

Il y a une mentalité déplacée que les personnes âgées sont prises en charge par leurs enfants et leurs familles, mais ce n’est pas toujours le cas, a déclaré un groupe de defense des droits humains. Elie Mugabowishema, le président de Nsindagiza, une organisation qui cherche à promouvoir le bien-être des personnes âgées dans le pays, a déclaré mardi 16 juin que les personnes âgées souffrent souvent aux mains de leurs propres enfants et ont besoin d’une protection supplémentaire. Il s’adressait au New Times à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, une journée internationale consacrée à attirer l’attention sur le sort des personnes âgées en vue d’améliorer leur situation.   Au Rwanda, comme ailleurs en Afrique, on croit à tort que les personnes âgées sont respectées et soignées par leur famille et la communauté en général », a déclaré Mugabowishema.

Mauvais traitements envers les aînés

Les mauvais traitements envers les aînés sont définis comme « un acte unique ou répété, ou l’absence d’action appropriée, survenant dans toute relation dans laquelle on s’attendrait à ce qu’il y ait confiance, causant un préjudice ou de la détresse à une personne âgée ». Il s’agit d’un problème social mondial qui affecte la santé physique et mentale des personnes âgées.

Les chiffres montrent que le nombre de personnes âgées a plus que doublé, passant de 231 999 en 1978 à plus de 511 000, a déclaré Mugabowishema.

À l’échelle mondiale, on estime que la population mondiale âgée de 60 ans et plus totalisera deux milliards d’ici 2050, contre 900 millions en 2015. Aujourd’hui, 125 millions de personnes dans le monde sont âgées de 80 ans ou plus.

La Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées (WEAAD), célébrée chaque année le 15 juin, a été officiellement reconnue par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2011.

Le WEAAD n’est pas breveté au Rwanda, ce que Mugabowindeke qualifie de  « malheureux ». Cette année, la journée s’est tenue sous le thème « Accès à la justice », qui a servi de « rappel de la nécessité de s’attaquer pleinement aux problèmes touchant les personnes âgées qui peuvent introduire un recours, qui ont vécu des situations de violence, d’abus et de négligence ».

Il a ajouté que les personnes âgées maltraitées « sont souvent confrontées à de multiples obstacles pour accéder aux recours judiciaires tels que les questions d’accessibilité, d’abordabilité, d’accommodement raisonnable, les retards excessifs et les arriérés dans les processus judiciaires, l’impact de la numérisation, les normes culturelles, les préjugés sexistes, la discrimination et l’âgisme enraciné dans les politiques, les normes et les pratiques ».

L’activiste s’est également penché sur les mécanismes de plaintes formelles en cas d’abus.

Pour une mise en oeuvre effective de nouvelle politique nationale 

« Si nous considérons que le dépôt de plaintes officielles a lieu en ligne et que la majorité des personnes âgées ne connaissent pas bien la technologie, le coût de la défense est élevé compte tenu des capacités de la plupart des personnes âgées », a-t-il déclaré. « Il devrait y avoir une chambre spécifique ou un autre (autre mécanisme) pour que les personnes âgées aient un meilleur accès à la justice en tant que droits et non à la pitié. »

Il a toutefois souligné qu’aujourd’hui « plus que jamais, le gouvernement se prépare à changer les systèmes, les politiques et l’environnement juridique » pour améliorer le bien-être des personnes âgées. Au niveau politique, il a noté que le gouvernement a ratifié la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relative aux droits des personnes âgées (en 2019), tout en approuvant la politique nationale des personnes âgées en mai 2021.

Cette politique nationale couvre 3 aspects majeurs, à savoir: les défis liés à la santé causés par la vieillesse en assurant un accès aisé aux soins de santé et le suivi de la fourniture d’assurances, la préparation économique des personnes âgées du secteur formel et informel grâce au système d’épargne Ejo heza et à d’autres services de protection sociale; ainsi que la solidarité intergénérationnelle en vue de créer un pont entre les personnes âgées et les jeunes générations.

« Une approche multisectorielle est nécessaire »

Jean-Bosco Nyemazi, secrétaire exécutif de la Plate-forme de la société civile rwandaise, a déclaré que la politique nationale sur les personnes âgées récemment approuvée était un instrument important, mais a fait appel à des efforts de collaboration pour s’assurer qu’elle soit pleinement mise en œuvre.

« Nous nous attendons à voir une amélioration des moyens de subsistance des personnes âgées », a-t-il déclaré. « Mais il est nécessaire d’adopter une approche multisectorielle délibérée qui relie les organisations de la société civile, le MINALOC et d’autres acteurs pour permettre un effort global. »

Il a ajouté : « Les cadres juridiques et politiques doivent être resserrés pour protéger ces personnes âgées ainsi qu’une approche de responsabilité communautaire pour lutter contre l’âgisme dans la société. »

Godfrey Kayiganwa, spécialiste de la protection sociale au MINALOC, a déclaré que la nouvelle politique sur les personnes âgées contribuera à améliorer considérablement leur bien-être.

LEAVE A REPLY