HRW Irashinja u Rwanda Kwibasira Abatavuga Rumwe n’Ubutegetsi

Umuryango mpuzamahanga uharanira uburenganzira bwa muntu-Human Rights Watch, urashinja ishyaka riri ku butegetsi mu Rwanda, FPR-Inkotanyi gukomeza kuniga amajwi y’abatavuga rumwe n’ubutegetsi no kwibasira abafatwa nk’intambamyi kuri leta hamwe n’abagize imiryango yabo.

Mu byo uwo muryango uvuga, harimo ko urubuga rwa politiki mu Rwanda rufunze kandi hakomeje kugaragara ifungwa ridakurikije amategeko.

Ibyo bikubiye muri raporo Human Rights Watch yashyize ahagaragara igaruka ku byaranze umwaka w’2021 mu bijyanye n’uburenganzira bwa muntu mu Rwanda.

Umunyamakuru w’Ijwi ry’Amerika Thémistocles Mutijima yasomye ibikubiye muri iyo raporo maze ategura inkuru ikurikira ushobora kumva mu ijwi rye hano hepfo.

1 COMMENT

  1. La cruauté et l’humiliation ont été infligées à la journaliste Uwimana Nkusi Agnès alors qu’elle s’était rendue en prison pour visiter un confrère détenu dans des conditions infra-animales à savoir Cyuma Hassan Dieudonné.
    Au regard des faits, les tortionnaires (qui sont des femmes) sont dépourvus d’humanité la plus élémentaire. Ces femmes ont été spécialement formées.
    En 2022, il est impensable pour homme pourvu de discernement élémentaire de penser qu’une femme peur oser faire ce que les tortionnaires rwandaises ont fait contre cette journaliste qui, il faut le préciser, n’était pas une détenue mais une visiteuse d’un confrère.
    Par ces méfaits, Kagame n’a cessé de montrer son vrai visage et la nature réelle de son régime.
    Kagame, son ministre de la justice et le procureur général sont responsables au premier chef des actes innommables commis par les gardiens de prison.
    La mise à mort des prisonniers Hutu est une institution au Rwanda. Les morts se comptent par milliers.
    Au regard de la gravité des faits et de l’urgence de l’Affaire, les associations de défense des droits de l’homme dont CLIIR DE et autres doivent agir collectivement pour que le monde entier puisse se faire une idée sur ce qui est Kagame.
    Le Prince Charles du Royaume Uni qui, selon les dires des maîtres du Rwanda, dirigera la délégation britannique au sommet du Commonwealth qui se tiendra le mois prochain ici au Rwanda, devrait être informé au premier chef non seulement du cas de cette journaliste et mais également celui des détenus rwandais dans des conditions notoirement infra-animales.
    De deux choses l’une, soit ce sont les Rwandais qui sont membres du Commonwealth, soit ce sont Kagame et les siens qui en sont exclusivement membres.
    Si ce sont les Rwandais qui sont membres de cette organisation, sous peine de les traiter pour des animaux sans maître, ce sommet doit se tenir ailleurs qu’au Rwanda.
    Kagame ne partage aucune valeur avec les autres chefs d’Etats et des gouvernement des Etats membres du Commonwealth.
    La parfaite illustration est la cruauté, les actes inhumains et dégradants infligés aux prisonniers rwandais au mépris de total des valeurs prétendument incarnées par cette organisation.
    La règle est qu’un Etat qui ne respecte par les valeurs précisées dans la charte institutive du Commonwealth est d’office exclu. Le cas de Zimbabwe sous Robert Mugabe en est une parfaite illustration.
    Le cas Kagame est inique et sui generis. Car alors qu’il est le dictateur sanguinaire (qui n’épargne même pas les femmes et les enfants) que l’Afrique n’a jamais connu dans son histoire moderne, sous réserve de prouver le contraire, toutes les portes de du Royaume Uni lui sont ouvertes comme en témoigne la signature d’acte de commerce de migrants et demandeurs d’asile au Royaume Uni qui seront expédiés au Rwanda comme des colis sans valeur, moyennant plusieurs millions de livres sterlings.
    Il convient de préciser que contrairement à ce qui a été dit par le Ministre Biruta, le Royaume Uni gardera les bons migrants et demandeurs d’asile c’est-à-dire ceux qui ont un niveau de qualification élevé est donc ceux qui sont utiles pour l’économie du UK. Ce sont qui sont inutiles à celle-ci qui seront expédiés au Rwanda, en contrepartie de plusieurs millions de dollars US.
    Il est de notoriété publique que Kagame est dépourvu d’humanité élémentaire et de compassion. Pour lui c’est une bonne affaire pour les hôtels de sa femme et autres oligarques du régime. Pour lui et les siens, ces millions de dollars vont renflouer les déficits graves de leurs entreprises hôtelières qui étaient en voie de fermeture ou de saisie par les banques pour non remboursement des crédits contractés auprès des banques. Le taux d’occupation de plusieurs hôtels ici à Kigali est au niveau le plus bas de sorte qu’ils ont licenciés plusieurs salariés, tutsi à plus de 90%.
    Le commerce des êtres humains par Kagame et le premier ministre britannique n’est manifestement pas contraire aux valeurs incarnées le Commonwealth et véhiculées par le Premier Ministre Boris Johnson et les médias de son pays.
    Porter les cas ci-dessus évoqués à la connaissance des dirigeants britanniques aura pour effet de les mettre devant leur responsabilité.
    Kagame a droit d’aller ou entrer dans la cour des grands ou il doit être mis en quarantaine.
    Les photos et les noms de tortionnaires de la journaliste Uwimana Nkusi Agnès doivent être mis sur la toile pour que le monde puisse savoir qui elles sont.
    De même, la Commission des droits de l’homme de l’ONU doit être saisie, étant rappelé que les associations de défense des droits de l’homme peuvent légalement la saisir.
    Enfin, un concours doit être apporté à la victime pour qu’elle puisse actionner judiciairement le ministre de la justice, le directeur de la prison et les tortionnaires, le tout devant la justice rwandaise. Les juges rwandais devront être mis devant leur responsabilité. Le monde les regarde.

LEAVE A REPLY

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.