Paul Rusesabagina ati: sindi Umunyarwanda

Paul Rusesabagina mu rukiko tariki 17 z'ukwa kabiri 2021

Urubanza mu mizi rwa Paul Rusesabagina n’abantu 20 bareganwa rwibanze ku nzitizi yatanze avuga ko urukiko rukuru rudafite ububasha bwo kumuburanisha kuko atakiri umunyarwanda.

Ni urubanza bigaragara ko rushobora kuzatinda. Abaregwa bose hamwe, barimo umugore umwe, basomewe umwirondoro n’ibyaha baregwa. Abaregera indishyi bo ni 84.

Mu kuvuga ku myirondoro yabo, Rusesabagina ahawe umwanya yagize ati: “Njyewe ntabwo ndi umunyarwanda, ndi umubiligi waje hano nkaza nshimuswe”.

We n’umwunganizi we Me Gatera Gashabana batanze inzitizi ko uru rukiko rudafite ububasha bwo kumuburanisha ku mpamvu zirimo ko ubushinjacyaha bw’u Rwanda bwari bwarasabye ubw’Ububiligi kuburanisha Rusesabagina kuko ari umubiligi.

Gashabana yavuze ko ubushinjacyaha bw’Ububiligi bwakoranye n’ubw’u Rwanda kugira ngo aburanishirizwe mu Bubiligi kuri dosiye yatanzwe n’ubushinjacyaha bw’u Rwanda.

Gashabana yavuze ko ubushinjacyaha bw’u Rwanda butigeze butegereza ko ubucamanza bw’Ububiligi burangiza gukurikirana Rusesabagina ahubwo “yaje gushimutwa” akagezwa mu Rwanda.

Avuga ko kumuburanisha muri uru rukiko nabyo bidakurikije amategeko kuko amategeko y’ibanze yo gufata uregwa no kumwohereza atakurikijwe.

Yagize ati: “Ibidakurikije amategeko biri mu ifatwa n’ifungwa rye bizakomeza kugaruka muri uru rubanza”.

‘Ntiyatakaje ubwenegihugu bw’u Rwanda’

Ku bwenegihugu bwa Rusesabagina, ubushinjacyaha bwavuze ko kuba Rusesabagina yarabonye ubwenegihugu bw’Ububiligi bidakuraho ubwenegihugu bw’u Rwanda.

Umushinjacyaha Ruberwa Bonaventure yagize ati: “Iyo ashaka gutakaza ubwenegihugu nyarwanda hari amategeko abiteganya ariko nta kimenyetso na kimwe yerekanye kigaragaza ko yatakaje ubwenegihugu nyarwanda.”

Yemeza ububasha bw’urukiko, Ruberwa yavuze ko ubushinjacyaha bw’u Rwanda bwakoranye n’ubw’Ububiligi kuri dosiye yo mu 2010 bwarezemo Rusesabagina nka perezida w’ishyaka PDR-Ihumure ufasha umutwe wa FDLR iterabwoba.

Yongeraho ko mu 2018 bwafunguye indi dosiye irega Rusesabagina nka perezida wa MRCD/FLN ari nayo aregwaho ubu.

Callixte Nsabimana uzwi nka Sankara yavuze ko yari yungirije Rusesabagina muri MRCD
 Callixte Nsabimana uzwi nka Sankara yavuze ko yari yungirije Rusesabagina muri MRCD

Ati: “Iyo dosiye ntabwo yigeze yoherezwa mu Bubiligi ngo buyikurikirane. Hakozwe ‘commission rogatoire’ ababiligi bafasha ubushinjacyaha bw’u Rwanda kugira ngo Rusesabagina abazwe. Iyo dosiye ntiyahawe abashinjacyaha b’ababiligi”.

Yemeza ko muri iyo dosiye ya 2018 Rusesabagina yakorewe inyandiko mpuzamahanga yo kumuta muri yombi, ndetse ko Ububiligi bwoherereje u Rwanda na dosiye ya mbere bwari bwohererejwe.

N’ubu ndacyashimuswe – Rusesabagina

Rusesabagina yavuze ko avuye mu Rwanda mu 1996 yageze mu Bubiligi agatanga ibyangombwa bye byose, akakirwa n’uwo yise “umubyeyi” [Ububiligi] kuko ngo yari abaye “impfubyi”.

Ati “Icyo gihe nari mbaye umuntu utagira igihugu, nari mbaye umuntu w’umuryango w’abibumbye. Ntabwo nongeye gusubirana ubwenegihugu bw’u Rwanda kuko sinongeye kujya kubusaba.”

Amaze kubona ubwenegihugu bw’Ububiligi yavuze ko yaje mu Rwanda inshuro ebyiri, mu 2003 na 2004, akaza nk’umubiligi.

Ati: “Uyu munsi rero nibwo gusa ndi hano mu buryo butemewe n’amategeko kuko naje nshimuswe, wa mubiligi wazaga afite passeport ubu ari hano ari uwashimuswe, n’ubu ndacyashimuswe.”

Callixte Nsabimana uzwi nka Sankara wari umuvugizi wa FLN, yavuze ko Rusesabagina yari afite inzozi zo kuba perezida w’u Rwanda.

Ati: “…nibaza ukuntu yashakaga kuba perezida w’u Rwanda kandi atari umunyarwanda. Twatangaje intambara ku gihugu iratunanira baradufata.”

Nsabimana yavuze ko abona Rusesabagina ari gushaka “gutinza urubanza nkana”, mu gihe ngo we amaze imyaka ibiri aburana, akaba yifuza ko “ruva mu nzira”.

Muhima Antoine, umucamanza ukuriye inteko y’uru rukiko, yavuze ko umwanzuro w’urukiko ku nzitizi zatanzwe n’umwe mu baregwa uzasomwa tariki 26 z’uku kwezi.

2 COMMENTS

  1. Dans cette affaire, les arguments du Ministère public rwandais sont d’une extrême sont d’une extrême légèreté.
    Rusesabagina dit à bon droit qu’il est n’est pas juridiquement rwandais qu’il a été kidnappé par le Rwanda au mépris du droit international et des lois rwandaises en vigueur, que s’il commis les faits qui sont imputés par le Rwanda, celui-ci devait l’actionner judiciairement conformément à ses lois internes et au droit international. Elle ne l’a pas fait. Dès lors en la kidnappant, il a violé non seulement le droit international mais également ses propres lois.Être Rwandais s’est avoir des droits et obligations envers l’Etat dont l’intéressé prétend qu’il est national. Rusebagina a démontré qu’il n’a aucun droit et encore moins une obligation envers le Rwanda. Le Ministère public belge n’a pas prouvé le contraire. Le fait d’être au Rwanda et d’y avoir exercé des activités professionnelles dans le passé ne signifie nullement qu’il est éternellement Rwandais. Le Ministère public fait une confusion entre être Rwandais et être d’origine rwandaise. Rusesabagina est d’origine rwandaise car il est né Rwandais mais cela ne suffit pas pour être rwandais. L’existence effective des droits et obligations de Rusesabagina envers le Rwanda un élément impératif pour dire qu’il est légitimement et légalement rwandais. or, en l’espèce, cet élément fait défaut.
    Le même ministère public semble pitoyablement oublié que dans l’Affaire Père Nahimana Thomas, le Rwanda, en application de ses lois internes, le Gouvernement rwandais lui a refusé d’entrer au Rwanda au motif qu’il n’est pas Rwandais mais Français et partant étranger et qu’en qualité d’étranger, il aurait dû demandé le visa d’entrée sur le territoire rwandais comme tous les autres étrangers, que le fait d’être né au Rwanda et d’y avoir exercé une activité ne lui confère pas la qualité de citoyen Rwandais ou la nationalité rwandaise. Autrement dit, dans cette Affaire Nahimana, pour le Rwanda, le fait de n’être pas détenteur du passeport est un élément éléments suffisant pour prouver que tel ou tel personne est de nationalité rwandaise. Par ailleurs, il convient de rappeler que selon les dires du Ministre de la Justice et Procureur Général, pour justifier le refus d’entrée de Nahimana sur le territoire rwandais, il a excipé la jurisprudence de la Cour Internationale de la Justice de la Haye selon laquelle chaque Etat détermine souverainement qui est ou qui n’est pas national. Selon lui, c’est à bon droit que le Rwanda a considéré que Nahimana n’est pas Rwandais mais Français et que pour ce motif, pour entrer sur le territoire rwandais, il doit respecter les conditions posées par la loi rwandaise. Le même ministre de la justice et procureur général opposer aux opposants politiques rwandais de l’extérieur le même motif: Dans un premiers temps, le Rwandais rejette les demandes de passeports formulées par les intéressés. Dans un second temps, lorsqu’ils décident de revenir dans le pays dont ils sont nationaux, ils sont refoulés ou interdits d’entrer sur le territoire rwandais en raison de l’absence de visa s’entrée apposé dans leurs passeports. In fine, pour Kagame et les siens , les opposants politiques qui n’ont pas de passeport rwandais ou la carte d’identité nationale ne sont pas des Rwandais mais des étrangers, sauf en l’espèce Risesabagina (refus de passeport rwandais et absence donc celui-ci et de carté d’identité nationale).
    Dans le cas Rusesabagina, le procureur de Kigali dont le supérieur hiérarchique n’est autre que le Ministre de la Justice et Procureur Général dit le contraire.
    Au regard de l’ensemble de ses invocations, il a opéré une fuite en avant et démontré la vraie nature du régime dont il est serviteur.
    La défense demande la libération pure et simple sans aucune forme de procédure.
    Au surplus, cela permettra au Rwanda de faire des économies car les procès coûtent cher au contribuable rwandais. Il ne faut gaspiller inutilement les deniers publics dans les procès bidons qui, au demeurant, jettent un discrédit sur le régime Kagame.

  2. Sur la nationalité de Rusesabagina, les allégations du Procureur sont d’une extrême légèreté.

    II s’est fourvoyé dans les invocations contradictoires , parcellaire et approximatives. Aussi, il a oublié ses propres affirmations dans l’Affaire Nahimana Thomas, il y a quelques années.

    1- Les Rwandais se rappellent de l’Affaire Père Nahimana Thomas.
    Père Nahimana Thomas , de nationalité française par naturalisation, a légitimement demandé un passeport rwandais auprès de l’Ambassade à Paris.
    Sur décision de Mushikiwabo Louise alors Ministre des Affaires Etrangères, le Rwanda lui a refusé le visa.
    2- Après ce refus, il a demandé le visa d’entrée au Rwanda. La même ministre, au nom de l’Etat Rwandais, lui a refusé le visa.
    Considérant qu’il est Rwandais et que celui-ci n’a pas besoin de passeport ou de visa d’aller dans ou sortir de son pays, le Rwanda, il a alors décidé de revenir dans son pays.
    Lorsque les autorités rwandaises ont appris que Nahimana est en route vers le Rwanda, elles ont décidé que celui-ci ne pourra pas entrer sur le territoire rwandaise.
    Le motif excipé par le Ministère de la Justice et Procureur Général du Rwanda:
    – Le Rwanda est un Etat souverain. Il détermine souverainement qui est ou qui n’est pas Rwandais, conformément à ses lois. Il délivre le visa à qui il veut et comme il l’entend. Il n’est tenu de justifier le refus.
    – Nahimana Thomas n’est pas détenteur d’un passeport rwandais. Il est détient un passeport Français.
    – Etant exclusivement détenteur d’un passeport français, il est dès lors Français et nullement Rwandais et corrélativement étranger.
    – En sa qualité de Français et partant d’étranger, pour entrer sur le territoire rwandais, il doit impérativement être muni d’un visa d’entrée apposé dans son passeport délivré par son pays, la France.

    Il ressort de cette Affaire Nahimana qu’ est Rwandais: toute personne en possession du passeport rwandais, délivré en application des lois rwandaises en vigueur.
    A contrario, est étranger, tout homme ou toute femme qui n’est pas en possession du passeport rwandais et corrélativement de la carte nationale d’identité délivrée par le Rwanda.

    En alléguant que Rusesabagina, détenteur exclusivement du passeport belge, est Rwandais alors que dans l’Affaire Nahimana, il a affirmé devant des millions de Rwandais que celui-ci n’est pas Rwandais parce qu’il n’est pas en possession du passeport rwandais et de carte d’identité nationale rwandaise, le Procureur, agissant au nom de l’Etat Rwandais a ruiné la crédibilité de ses accusations contre Rusesabagina. Le procureur a également oublié ses explications contradictoires sans tête ni queue relativement à la négation de nationalité rwandaise de Twagiramungu Faustin à qui le Rwanda a maintes fois refusé le passeport, la carte nationale d’identité et le visa d’entrée au Rwanda.
    Il a mélangé pêle-mêle la politique et la loi. Or, le droit ne retient pas la spéculation.
    La défense doit persister dans sa demande de libération pur et simple de l’otage de Kagame.

LEAVE A REPLY

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.